Bellydance tagged posts

Pin-Up – Daphne Blake (Scooby-Doo #8, 1996)

Lost (and found) in the 5th Dimension

Épisode 26

Pin-Up

DAPHNE BLAKE

Scooby-Doo #8 (1996)

pinupdaphnescoobydoo8 (7)

Aaaah, Daphne Blake ! Sans doute l’un des plus vieux coup de foudre de petits garçons, puisque cela fait maintenant des décennies que la jolie rousse roule des hanches à travers la longue série des Scooby-Doo. Les animateurs et les scénaristes le savent bien et c’est sans doute pour cette raison qu’elle déambule souvent dans des tenues affriolantes au fil des aventures: bikini, lingerie et même costume de danseuse du ventre, puisque après tout Hanna-Barbera était aussi responsable de la version dessin animée de Jinny de mes Rêves en son temps. Citons pour la forme ces épisodes des Treize Fantômes de Scooby-Doo, de Quoi d’neuf Scooby-Doo ? et du tout récent Scooby-Doo et Compagn...

Lire...

Where Samantha Storm Meets The Crimson Ghost

Where Samantha Storm

Meets The Crimson Ghost

The old warehouse was burning, the fire rising higher every minutes. And while anyone in their right mind would have fled the scene, two women could still be seen climbing up on a facade of the building. Samantha Storm, elite operative of the mysterious Section Seven, was clambering on an old metal ladder, trying to keep up with the extraordinary speed of her opponent. “Goddamnit” she muttered under her breath. She had been running for a long time to get to this point and was now starting to feel the pace. She tried to ignore the sting in her chest, the hot metal bars in her hands, and started to climb faster. With a quick look around, she spotted her target on a nearby wall...

Lire...

Inara, the Jungle Girl (2012)

Inara, the Jungle Girl

(2012)

Il y a quelques années je vous avais parlé de films fétiches japonais, que l’on peut apparenter à du cinéma pornographique du fait de son lien étroit avec le BDSM à la différence que la représentation du coït lui-même, parfois même de la nudité, peut en être totalement absent. Par définition le fétiche est une “préférence” qui va exciter, et il n’est ainsi pas nécessaire d’en faire plus. Et si pendant longtemps cette notion se rapportait à des pratiques érotiques et/ou sexuelles ou a des tenues que l’on retrouve dans le milieu proche du bondage (uniforme militaire, de secrétaire, latex, cuir, etc), la nouvelle génération a fini par lui trouver de nouveaux terrains d’exploration...

Lire...

Secret Slave, Chapitre II

Secret Slave

II. La Esmeralda

L’air lui paru tout de suite plus frais et respirable que la fournaise du train fantôme. Sur le toit règnaient quelques sorcières, pendus et pauvres hères enfermés dans des cages suspendues, mais surtout trônaient les lettres géantes énonçant le nom de la maison hanté: Horreur Show. Un barbarisme mélangeant français et anglais, comme on en trouve dans toutes les fêtes foraines qui se respectent. Entre les deux mots, un autre fauteuil, dont le dossier était surmonté d’un crâne géant couvert de diodes. C’est là que Vincent se positionnait parfois, en costume, prenant la pose pour les photographes d’occasion, où faisant signe à quelques clients pour les inciter à entrer...

Lire...

Secret Slave, Chapitre I

Secret Slave

I. Le calme avant la tempête

Le petit garçon s’enfuit en hurlant. Poussé par ses amis à explorer seul la maison hantée en une sorte de pari stupide, il avait pu encaisser le train fantôme du rez-de-chaussée sans trop de problèmes pour son jeune âge. Même à neuf ans, les squelettes en plastiques et les monstres en caoutchouc n’avaient plus rien d’effrayant. C’est à l’étage qu’il sentit le stress monter en lui, lorsqu’il lui fallu descendre de la voiturette pour faire le reste du chemin à pied. Il n’arrêtait pas de se répéter que c’était exactement comme dans la Maison du Rire, avec ses tapis roulants et son labyrinthe de miroirs, mais le fait d’être plongé dans le noir était perturbant...

Lire...

She Freak (1967)

She Freak

(1967)

En Septembre 2015, j’étais en pleine frénésie d’écriture et j’essayais de tenir le rythme impossible d’une chronique par jour via la rubrique Mental Hurlant. L’un des premiers films dont j’ai parlé était le très mauvais Freakshow de la Asylum, qui avait la particularité d’être un remake de Freaks, le grand classique de Tod Browning et véritable classique humaniste de l’Histoire du Cinéma. Une reprise à l’opposé total de la direction artistique du célèbre metteur en scène, puisque échangeant le noir et blanc classieux par de la couleur digitale, le discours de paix par une intrigue de vengeance et le regard humain par de l’ultra violence…
Mais bien avant cette relecture peu glorieuse, il existait déjà en 1967 un film similaire quoique beaucoup plus ...

Lire...

Uchronie, Les Steampunks (Édition 2014)

Enfin reçu après tant d’années, l’imposant livre de photographies de Bernard Rousseau, accompagnateur régulier des sorties Steampunk parisiennes. Du moins à l’époque. Après avoir vu ces images à travers mon ordinateur depuis si longtemps, il faut avouer que le résultat présenté ici paraît bien plus grandiose, bien plus imposant. C’est quelque chose dont on perd un peu conscience, je crois, ce à quoi ressemble vraiment une photo de bonne qualité sur un support physique. Avec Uchronie, l’artiste mélange ici divers sessions tournant autour des mêmes thèmes et univers (et personnes, car chacun s’étant rencontré à un moment ou à un autre), ainsi que divers styles puisque s’y retrouvent autant des photos “mises en scène” dans un décors véritable, que derrière un fond vert modifi...

Lire...

Tribal Shadow. Fin.

 

Inutile de trop s’attarder là-dessus, voilà donc ma toute contribution à l’association Tribal Shadow: un shooting photo Instagram réalisé par téléphone qui n’avait pas d’autre but que d’exhiber les créations de la modèle. Celle-ci voulait montrer le rendu de sa jupe et les images servent simplement à montrer l’ampleur du vêtement et l’effet des mouvements. Rien de créatif dans le procédé, juste quelques filtres ici et là et le tour est joué. La créatrice continuera certainement les choses en solo et j’ignore totalement si elle utilisera toujours le nom de Tribal Shadow, mais peu importe.

 

       

       

Lire...

From Dusk Till Dawn: The Series (1.07)

From Dusk Till Dawn
Ep.1.07

Pandemonium

J’ai longuement hésité avant d’écrire quelque chose au sujet de la série, avant de finalement laisser tomber face à la qualité franchement discutable de cette adaptation. Pour résumer l’ensemble de la saison jusqu’ici, From Dusk Till Dawn: The Series est chiant, longuet, poussif et pas franchement intéressant. La faute a cette idée stupide de reprendre étape par étape le film original, moins quelques modifications, et de rallonger l’intrigue artificiellement en mettant en scène le moindre éléments narratifs qui n’était alors qu’accessoire.
Avions-nous vraiment besoin de voir Seth Gecko se rendre au fast-food du coin pour acheter ses burgers ? De croiser son ex-femme alors que son existence ne provient que d’une punch-line ridic...

Lire...

Shooting création – Tribal Dust

 

Et voilà des photos de la nouvelle tenue de Nathalie, Tribal Dust, qui vient d’être finalisée. Un costume mélangeant le style Tribal avec l’esprit du rock’n roll et des bikers américains, comme le prouve le cuir clouté, conçu pour des danses dynamiques sur du Métal et pour l’utilisation du feu. Loin d’être artistique, le shooting s’est fait à l’arrache avec un iPhone pour un rapide partage sur le compte Instagram de la créatrice.

 

       

       

       

       

       

      

Lire...