Category Cinéma

Henry Silva (1926-2022)

Il s’appelait Henry Silva, et il était pratiquement l’image que ce faisait Ian Fleming de son James Bond. Un type grand, brun, froid, au visage marqué et au regard terrifiant. Un homme qui, s’il n’avait pas été acteur, aurait pu être un tueur professionnel tant il avait le physique de l’emploie. Il décida plutôt de devenir comédien, ce qui était sans doute le meilleur choix, mais cela ne l’empêcha pas de jouer plus d’une fois les assassins, les criminels et les militaires fous, massacrant ses collègues par dizaines, par centaines mêmes, des années 50 jusqu’au tout début des années 2000 et à travers aussi bien la série B américaine que le Bis italien et même le cinéma tout à fait normal...

Lire...

Tomb of Dracula (1980) | Dracula: Sovereign of the Damned

tombofdracula (1)

Dracula

(1980)

tombofdracula (8)

Bonkers. Il n’y a pas vraiment d’autres mots pour qualifier ce Dracula, ou Tomb of Dracula, ou 闇の帝王 吸血鬼 ドラキュラ de son vrai titre (Dracula: Le Vampire Empereur des Ténèbres), qui est l’une des choses les plus folles que vous verrez jamais à propos du célèbre Comte. Sur le papier le concept était pourtant simple: une adaptation animée de la série Tomb of Dracula de Marvel Comics, où le personnage est ramené à la vie au XXème siècle et sème la terreur de part le monde, se retrouvant poursuivit par divers chasseurs de vampires (dont le fameux Blade, au look très disco-seventies) quand il ne rencontre pas quelques super-héros comme Doctor Strange ou les X-Men...

Lire...

Mirror Mirror (1990)

mirrormirror (1)

Mirror Mirror

(1990)

mirrormirror (15)

On a tendance à dire que l’Horreur est l’apanage de la gent masculine. C’est évidemment faux et Mirror Mirror est là pour le prouver avec son équipe constituée à 60% de femmes tant devant que derrière la caméra. Initialement titré The Black Glass, le film traite de thèmes résolument féminins sans pour autant oublier le quota d’atrocité qu’il est censé livrer, présenté dans des visuels assez sanglants et démonstratifs. Il n’y a donc pas tromperie sur la marchandise et le résultat fonctionne beaucoup mieux que nombre de productions modernes du même genre, tellement préoccupées à mettre leurs messages sociaux en avant qu’elles se vautrent dans un pseudo-intellectualisme creux et insupportable...

Lire...

Sleepaway Camp III: Teenage Wasteland (1989)

sleepawaycamp3 (2)

Sleepaway Camp III: Teenage Wasteland

(1989)

PARTY ALL NIGHT ! TEENAGE WASTELAND !

sleepawaycamp3 (12)

Dire que la mise en chantier de Sleepaway Camp III fut précipitée est un euphémisme. Le projet fut conçu en plein pendant le tournage du second opus, la faute à la bonne ambiance générale et les images prometteuses déjà emballées qui montèrent à la tête des producteurs. Donnant le feu vert sans attendre de voir les chiffres du box office, ils ne laissèrent guère de temps à l’équipe pour se préparer, ce qui força le scénariste à rédiger le script alors que le réalisateur filmait encore des scènes pour Sleepaway Camp II tandis que l’équipe n’eut qu’une semaine de pré-production une fois celui-ci achevé pour tout planifier...

Lire...

Psycho Pike (1992)

psychopike (1)

Psycho Pike

(1992)

psychopike (8)

Quiconque s’intéresserait à une histoire de brochet mangeur d’hommes sera prié de se reporter au livre The Pike (le brochet, donc) de Cliff Twemlow, un individu au parcours intéressant puisqu’il fut écrivain, vigile de nightclub et compositeur de stock music pour publicités. Il écrivit son roman durant la petite mode anglaise du pulp horror initiée par Les Rats de James Herbert et poursuivit par un tas d’imitateurs qui, poussant toujours le gore et l’horreur un peu plus loin, donnèrent malgré eux naissance au splatterpunk. Des types comme Guy N. Smith, Richard Laymon et Shaun Hutson en firent leur carrière, et quelques autres comme Twemlow y trempèrent les doigts de pieds afin d’arrondir leurs fins de mois...

Lire...

The Bermuda Triangle (1978) | Triangle: The Bermuda Mystery

thebermudatriangle (7)

The Bermuda Triangle

(1978)

Have a drink with me. It’ll be a lot easier for you to enter Hell.

thebermudatriangle (14)

En 1978, René Cardona Jr. tourne consécutivement deux films catastrophes se situant au beau milieu de l’océan. Deux co-productions entre l’Italie et le Mexique qu’il réalise au même endroit, pour les mêmes compagnies, avec la même équipe et en partie les mêmes acteurs. L’un est Cyclone, survival plutôt traditionnel avec ces naufragés à la dérive qui ont recours au cannibalisme, l’autre est ce The Bermuda Triangle qui se montre déjà plus intéressant puisque confrontant le genre au surnaturel. Comme l’indique ses multiples titres (Le Mystère du Triangle des Bermudes chez nous, Il Triangolo delle Bermude pour l’Italie et El Triángulo Diabólico de las Bermudas au Me...

Lire...

Bloody Murder 2: Closing Camp (2003)

bloodymurder2 (11)

Bloody Murder 2: Closing Camp

(2003)

bloodymurder2 (8)

Il n’y avait strictement rien dans Bloody Murder premier du nom qui puisse justifier l’existence d’une suite. Et pourtant, trois ans plus tard, nous y voilà. Exit Ralph E. Portillo, le réalisateur, parti continuer sa carrière vers d’autres horizons tout aussi fauchés, et pour le remplacer les producteurs embauchent un Rob Spera au CV un peu plus convaincant: Leprechaun 5, Witchcraft et quelques épisodes de la série Black Scorpion de Roger Corman. Ils engagent aussi Tiffany Shepis, pin-up bien connue du Z américain que l’on a pu voir chez la Troma et dans quelques titres un minimum connu des amateurs (Death Factory, Embrace the Darkness III, Scarecrow) histoire de donner un peu plus de cachet à leur film...

Lire...

Sand Sharks (2011)

sandsharks (4)

Sand Sharks

(2011)

sandsharks (11)

Conçu par rien de moins que quatre companies différentes et géré dix producteurs, dont Mark L. Lester, le réalisateur de Class 1984 qui s’est depuis reconverti dans le monster movie DTV (Jurassic Attack, Poseidon Rex, Yeti: Curse of the Snow Demon), Sand Sharks est un énième film de requins en CGI qui n’a rien de spécial à proposer. Comme les autres représentants de la sharksploitation moderne, il compte surtout sur un gimmick pour attirer l’attention, transformant ses squales en mutants délirants afin de paraître volontairement ridicule et jouer la carte cynique du nanar. Il faut au moins lui reconnaître de faire simple et de ne pas tomber dans la surrenchère de ses concurrents qui nous balancent des poissons préhistoriques, aliens ou robots à tout va...

Lire...

Beach Babes From Beyond (1993)

beachbabesfrombeyond (1)

Beach Babes From Beyond

(1993)

“– You mean… You’re a beach babe from beyond ?
Bet your ass, dude !

beachbabesfrombeyond (6)

S’il ne fallait citer qu’un film de David DeCoteau pour prouver qu’il est l’un des pires cinéastes de tous les temps, ce serait probablement Bigfoot vs. B.D. Cooper. Mais s’il fallait en citer un autre… A Talking Cat !?! se pose là. A Talking Pony !?! aussi. En fait, des purges, il en a pondu des tas: Ancient Evil, Talisman, Totem, Voodoo Academy, sa longue série des The Brotherhood… Des trucs où il ne se passe souvent rien, filmés platements et vous plongeant dans un tel ennui que vous jurerez après coup de ne plus jamais regarder une autre de ses productions...

Lire...

Sleepaway Camp II: Unhappy Campers (1988)

sleepawaycamp2 (13)

Sleepaway Camp II: Unhappy Campers

(1988)

sleepawaycamp2 (5)

♫ Oooooooooh, I’m a happy camper, I love the summer sun
I love the trees and forest, I’m always having fun
Oooooooooh, I’m a happy camper, I love the clear blue sky
And with the grace of God, I’ll camp until I die ♪

sleepawaycamp2 (9)

Sleepaway Camp II: Unhappy Campers aurait aussi bien pu s’appeler Sleepaway Camp II: Hard Rock & Grand Guignol tant c’est tout ce qui le caractérise. Car il ne s’agit pas de la suite à laquelle on pourrait s’attendre, celle-ci partant à l’opposé total de son modèle en terme de ton, de mise en scène et de personnage, troquant l’ambiance sérieuse, les morts douloureuses et l’intrigue mystérieuse pour une franche parodie aux meurtres cartoonesques et à l’histoire inexistante...

Lire...