Castlevania II: Simon’s Quest (1987, NES)

 

Nintendo Entertainement System

Castlevania II: Simon’s Quest

(1987)

 

Le succès de Vampire Killer a engendré la création de Castlevania en raison des différents support existant dans le monde des jeux-vidéos. Mais qu’est-ce qu’un succès multi adapté peut engendrer ? Une séquelle bien sûre ! Et Castlevania II: Simon’s Quest (Dracula II: Noroi no Fuiin, traduit par Dracula II: The Accursed Seal) est la première et seule “suite” directe, véritablement liée a l’original. L’histoire se déroule 7 ans après le premier opus, nous sommes donc en 1698. Nous apprenons que suite à sa victoire contre Dracula, Simon est désormais victime d’une malédiction lancée par le vampire: ses forces déclines avec le temps et il va vers une mort certaine. Son seul salut est de retrouver les os de Dracula, dispersés dans la région, de les réunir pour ressusciter le vampire puis de brûler celui-ci dans les ruines de Castlevania. Simon reprend donc son fouet et va devoir affronter des légions de monstres pour s’emparer de la dépouille de son ennemi…

 

 

Avec cette séquelle, Konami innove une nouvelle fois en changeant le gameplay du jeu, transformant le scrolling linéaire fonctionnant par une progression de level en level en un jeu d’aventure proche du RPG avec la possibilité d’explorer plusieurs fois les mêmes régions. A cela se rajoute également le principe des points d’expérience ainsi qu’une gestion du temps via le passage du jour à la nuit. Des trouvailles qui améliorent l’intérêt du jeu: en plus des power-up permanent, Simon peut donc gagner en level up grâce aux points d’XP. Quant à la nuit, elle empêche de visiter les magasins et rend les monstres plus puissant. Parmi les autres rajouts, il y a l’apparition du système de passwords ainsi que la possibilité d’obtenir des fins différentes. Elles sont ici au nombre de trois et changent selon le temps (nombre de jours dans le jeu) entamé pour parvenir au bout du jeu. Les musiques sont toujours aussi entraînantes et cette opus introduit cette fois le thème Bloody Tears qui reviendra dans la série par la suite.

 

   

 

Cependant Castlevania II possède de nombreux défauts très souvent soulignés par les joueurs: très peu de renseignements sur les directions à prendre, donnant l’impression de tourner en rond, ainsi que de fausses informations données par les villageois. Il n’y a pratiquement aucun boss (la Mort, un masque vivant et Dracula ressemblant lui-même trop à la Mort), sachant qu’il est même possible de passer outre les deux premiers. Et, élément perturbant, le château Casltevania n’est présent qu’en toute fin de jeu, en ruine et sans monstres ! Simon’s Quest n’est donc pas la révolution que fut le premier Castlevania, mais il permis toutefois à la série de perdurer. De nombreux systèmes liés à ce jeu seront ainsi repris plus tard, influençant notamment le gameplay du célèbre Castlevania: Symphony of the Night.

 

 

Aucun “remake” ni réadaptation du jeu ne fut produit si ce n’est sur une petite console de Tiger Electronics la même année. Attention cependant de ne pas confondre ce Castlevania II: Simon’s Quest, suite directe de Castlevania, avec Castlevania II: Belmont’s Revenge, qui lui est une suite du Castlevania: The Adventure sur Gameboy (ces deux derniers jeux se déroulant chronologiquement avant Castlevania et Simon’s Quest).

 

Leave a reply

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>