Horreur tagged posts

Hollow Gate (1988)

ROAD TO HALLOWEEN IX

hollowgate (15)

Hollow Gate

(1988)

Happy Halloween, gook !

hollowgate (5)

Débarquant à la fin des années 80, Hollow Gate (ou plutôt Hollowgate comme le disent l’écran-titre et une pancarte sur un portail) est l’un de ces slashers médiocres qui contribuèrent à saturer le genre, cherchant à profiter de sa popularité sans rien avoir à proposer pour autant. Mais celui-ci possède au moins la particularité d’avoir été produit par Richard Pepin et Joseph Merhi à une époque où ils n’avaient pas encore fondé la PM Entertainment. Ils opéraient alors la moins connue City Lights International, qui certes tapait déjà dans l’actioner à bas budget (L.A. Crackdown et sa suite), mais faisait aussi dans l’horreur à l’occasion, avec par exemple Death by Dialogue et The Newlyde...

Lire...

Tomb of Dracula (1980) | Dracula: Sovereign of the Damned

tombofdracula (1)

Tomb of Dracula

(1980)

tombofdracula (8)

Bonkers. Il n’y a pas vraiment d’autres mots pour qualifier ce Dracula, ou Tomb of Dracula, ou 闇の帝王 吸血鬼 ドラキュラ de son vrai titre (Dracula: Le Vampire Empereur des Ténèbres), qui est l’une des choses les plus folles que vous verrez jamais à propos du célèbre Comte. Sur le papier le concept était pourtant simple: une adaptation animée de la série Tomb of Dracula de Marvel Comics, où le personnage est ramené à la vie au XXème siècle et sème la terreur de part le monde, se retrouvant poursuivit par divers chasseurs de vampires (dont le fameux Blade, au look très disco-seventies) quand il ne rencontre pas quelques super-héros comme Doctor Strange ou les X-Men...

Lire...

Mirror Mirror (1990)

mirrormirror (1)

Mirror Mirror

(1990)

mirrormirror (15)

On a tendance à dire que l’Horreur est l’apanage de la gent masculine. C’est évidemment faux et Mirror Mirror est là pour le prouver avec son équipe constituée à 60% de femmes tant devant que derrière la caméra. Initialement titré The Black Glass, le film traite de thèmes résolument féminins sans pour autant oublier le quota d’atrocité qu’il est censé livrer, présenté dans des visuels assez sanglants et démonstratifs. Il n’y a donc pas tromperie sur la marchandise et le résultat fonctionne beaucoup mieux que nombre de productions modernes du même genre, tellement préoccupées à mettre leurs messages sociaux en avant qu’elles se vautrent dans un pseudo-intellectualisme creux et insupportable...

Lire...

Horror High (1973)

horrorhigh (1)

Horror High

(1973)

horrorhigh (9)

S’il était sortie dans les années 50, Horror High se serait appelé quelque chose comme I Was a Teenage Mr. Hyde. Car c’est bien à un film de drive-in que nous avons affaire ici, qui ne raconte pas grand chose et semble juste aligner quelques séquences de blabla entre deux scènes chocs pour permettre au public de teenagers de fricotter dans leurs voitures. Débarquant au début des années 70, le film se retrouve un peu le cul entre deux chaise, avec d’un côté le scénario d’un ancien temps où il n’y a ni personnage, ni intrigue, et de l’autre la mise en scène moderne qui insiste sur le gore, utilise des musiques funky bien de leur époque et se permet quelques mouvements de caméra intéressants...

Lire...

Ultimate Fantastic Four – Crossover (2005)

ultimatefantasticfourcrossover (17)

Ultimate Fantastic Four #21-23

Crossover

(2005)

ultimatefantasticfourcrossover (9)

Écrit par le british Mark Millar, Crossover est probablement l’une des story arc les plus mémorables de Ultimate Fantastic Four, surtout à l’époque. L’une des raisons est bien sûr la qualité franchement moyenne des histoires qui précédèrent, mais une autre est le point de départ alors surprenant puisque Marvel avait juré mordicus que leur nouvel univers Ultimate ne rencontrerait jamais le principal (616) via un quelconque big event ou crossover afin de ne pas tomber dans la facilité et de préserver le principe même de leur ligne éditoriale, plus réaliste et plus modernes où les anciens clichés ne sont pas censés avoir lieu (les morts sont définitives, le gouvernement surveille étroitement les agissements des héros, etc)...

Lire...

Tales From the Crypt (1972)

talesfromthecrypt1972 (1)

Tales From the Crypt

(1972)

talesfromthecrypt1972 (5)

La Amicus persiste et signe avec le format de l’anthologie, adaptant ici les comics américains de EC Comics bien avant que la chaine HBO ne produise sa célèbre série du même nom. Tales From the Crypt ne change donc en rien la formule initiée avec Le Train de l’Epouvante du même Freddie Francis en 1965 et en reprend le cahier des charges à la lettre...

Lire...

Journal – Children at Play

journalchildrenatplayVision de Children at Play (aka Beware! Children at Play), un vieux Troma, sur un DVD de très mauvaise qualité en double pack avec un autre film édité par la même compagnie: Blood Hook. Je ne garde pas un très grand souvenir du film, d’une part en raison de la mauvaise copie du film (image horrible), ensuite parce que l’œuvre est très mauvaise malgré son concept: dans une petite ville, des enfants se mettent subitement à tuer leur parents et à se réunir en groupe, comme une tribu sauvage.

Hélas le film est lent, mal joué, et j’ai fini par ne regarder la chose qu’à moitié en faisant autre chose à côté...

Lire...

Death…

death (3)

C’est d’une source pas vraiment officielle mais suffisamment sérieuse (Devil Dead) pour être considérée comme réelle que j’apprends la triste nouvelle: la firme Fantastic Factory disparaît. Brian Yuzna et Filmax International viennent de mettre un terme à leur collaboration.

death (1)

Fantastic Factory ne sera jamais connue des cinéphiles respectables et lecteurs de Télérama. Et pourtant, elle avait des couilles, chose très rare pour notre époque. Co-création espagnole et américaine, elle fut fondée par le producteur Julio Fernández (celui qui nous aura permis de découvrir LE grand nom du Fantastique espagnol actuel, Jaume Balagueró, avec La Secte Sans Nom) et du réalisateur américain Brian Yuzna que l’on ne présente plus (le délirant Society, les suites de Re-Animator)...

Lire...

Shark Attack (1999)

Shark Attack

(1999)

Si on connaissait surtout Nu Image pour ses films de guerre et d’action au rabais, l’aube du nouveau millénaire signe un renouveau chez la firme. Celle-ci relance sur le marché du direct-to-video une batterie de films fantastiques animaliers dans l’espoir de redorer un peu son blason et d’élargir son cercle de vente. Sortirent alors simultanément Spiders, Crocodile, Octopus et, un peu avant, ce Shark Attack (ou Alerte aux Requins à la télévision française) qui va rapidement devenir un titre phare de la firme et le premier volet d’une trilogie.

Shark Attack se déroule à Amanzi, en Afrique du Sud. Nous y voyons le biologiste Marc Desantis être assassiné par deux policiers: tailladé, il est jeté à l’eau et aussitôt attaqué par un requin...

Lire...

Dracula 3000: Infinite Darkness (2004)

Grosse réputation de navet, ce Dracula 3000. Alors que M6 vient de nous le diffuser, c’est avec un œil distrait que j’ai suivi l’aventure. Un compte-rendu pas très détaillé donc, mais qui répondra à la question: “Alors, c’est naze ou pas ?

L’histoire est (très très) simple: c’est quasiment celle du Dracula de Stocker, mais en l’an 3000. D’où Dracula 3000 (le Infinite Darkness pouvant facilement s’expliquer que l’espace, ben c’est comme la nuit, mais à l’infinie, parce qu’il fait rarement jour). Alors on retrouve la galaxie des Carpates et un grand vaisseau cargo qui s’appelle le Demeter, lequel a disparu depuis déjà 100 ans. Inutile d’en dire plus, vous l’aurez compris: c’est Dracula qui a décimé tous l’équipage.
Arrive l’habituel groupe de victimes potentielles, appât...

Lire...