Action tagged posts

Wolverine: Revolver (2009)

wolverinerevolver (6)

Wolverine: Revolver

(2009)

wolverinerevolver (1)

Petit one shot de quelques pages écrit par Victor Gischler (Red Sonja / Conan: The Blood of the God, Sally of the Wasteland), Wolverine: Revolver n’est pas vraiment un comic-book américain mais plutôt une bande-dessinée européenne publiée directement aux États-Unis. J’en veux pour preuve le découpage et l’agencement des cases, et surtout les illustrations de Das Pastoras, alias Julio Martínez Pérez, artiste espagnol ayant travaillé avec Alejandro Jodorowsky sur Castaka, un spin-off de La Caste des Méta-Barons. Comme sur une œuvre de chez nous il dessine, encre et colorise seul, et le rendu parle de lui-même, bien qu’il soit parfois étrange de voir ce style associé au personnage de Wolverine...

Lire...

CVO: Covert Vampiric Operations (2003)

cvocovertvampiricoperations (8)

CVO: Covert Vampiric Operations

(2003)

cvocovertvampiricoperations (5)

Écrit par Alex Garner (Gen 13, Danger Girl), co-fondateur d’IDW Publishing, CVO est l’une des relativements rares séries originales de l’éditeur, développée quelques années avant qu’elle ne se consacre presque exclusivement à la publication de titres à licences avec Doctor Who, G.I. Joe, Ghostbusters et bien d’autres. Comme le titre l’indique il est ici question d’une unité anti-terroriste composée de vampires, lesquels travaillent à la solde du gouvernement américain. Des agents qui n’ont plus aucun droits civiques de par leur nature de morts-vivants et qui effectuent des missions de type black operations. Dans ce one shot introductif, les voilà rendu dans un pays fictif d’Amérique central dont le Président – un dictateur – v...

Lire...

Rocky the Robot (The A-Team, 1985)

Lost (and found) in the 5th Dimension

Épisode 38

ROCKY THE ROBOT

The A-Team (1985)

saison 3, épisode 17

rockytherobottheateam (1)

Saviez-vous que dans la version originale de L’Agence Tous Risques, le personnage de Mr. T n’est pas nommé Barracuda mais B.A. Baracus ? Oui ça fait bizarre, mais nous ne sommes pas là pour parler de ça. A la place nous nous intéresserons ici au costume ridicule porté par l’autre protagoniste bien connu de la série, j’ai nommé Hannibal Smith. Car certains l’ont peut-être oublié, mais le gimmick du personnage n’était pas juste de machouiller un cigare en répétant “J’adore quand un plan se déroule sans accroc” en boucle, mais plutôt de se déguiser régulièrement et de la façon la plus grotesque possible en début début d’épisode pour surprendre ses clients ou parfoi...

Lire...

Ghostriders (1987)

ghostriders (3)

Ghostriders

(1987)

ghostriders (5)

Avez-vous déjà vu un film où il ne se passe strictement rien ? Et bien Ghostriders, ou Ghost Riders comme Internet insiste à l’appeler, est de ceux-là, n’ayant que du vent à proposer pour remplir ses 85 minutes. Théoriquement il s’agit d’un film à propos de cowboys fantômes revenant cent ans après leurs morts pour se venger sur les descendants de leur bourreau, mais le résultat se limite plutôt à une randonnée ennuyeuse dans les bois vaguement interrompue par une bande de rednecks déguisés en desperados...

Lire...

Open Fire (1989)

openfire89 (8)

Open Fire

(1989)

Why can’t you just give up this kung-fu mumbo-jumbo and, uh,
eat jelly beans like everyone else ?

openfire89 (3)

Après Bruce Le, Bruce Li, Bruce Lai et Bruce Lei, voici venir Bruce Ly. Derrière ce pseudonyme se cache en fait Henry Yu Yang, même s’il fut à l’occasion utilisé par quelques autres (comme Rey Malonzo, clone philippin du Petit Dragon, dans They Call Him Bruce Lee), un acteur et artiste martial doté d’une carrière plutôt décente du temps où il habitait en Chine, apparaissant notamment dans la célèbre 36e Chambre de Shaolin. Il ne fit que deux films sous ce nom en Occident, à commencer par ce Open Fire à ne pas confondre avec celui de 1994, avec Jeff Wincott. Engagé par quelques producteurs mexicains (dont celui d’un Chiquidrácula que j’évoque uni...

Lire...

Le Justicier d’Okinawa, enfin identifié !

justicierokinawaidentifié (10)

Parfois je regrette le temps où je tenais un blog stupide, quand je pouvais pondre un billet à propos de n’importe quoi avec une seule image à l’appuie. Ce n’était ni constructif, ni intelligent, mais au moins je pouvais écrire sans me stresser à propos de recherches appronfondies, du sens de la formule, de discipline orthographique et de mise en page. Du coup aujourd’hui je vais revenir à cette époque le temps d’un article inutile, car mon sujet est si mince qu’il ne vaut pas tellement plus. Mais après tant d’années à me pencher dessus, je me sens presque obligé d’en parler un peu: j’ai finalement réussi à identifier ce Justicier d’Okinawa, que Powder édita par chez nous en VHS...

Lire...

Cyber Tracker (1994)

Cyber Tracker

(1994)

I’ll give you a lead enema !

Cyber Tracker, on le connait tous. Si vous ne l’avez pas subi personnellement, vous l’avez forcément croisé quelque part, le film étant une sorte de mauvaise herbe de cash converter ou de bac à soldes: quoilqu’il arrive, vous en croiserez toujours un ou deux sur votre chemin. Ceux qui en on fait l’expérience en viennent généralement à la même conclusion: ce truc est chiant comme la mort. Ce qui est probablement l’un des pires crimes qu’un DTV peut commettre à l’encontre de son public, puisque le manque d’originalité ou de talent peut être pardonné si le résultat reste fun ou si mauvais qu’il provoque le rire...

Lire...

Escape From Death Block 13 (2021)

escapefromdeathblock13 (12)

Escape From Death Block 13

(2021)

escapefromdeathblock13 (6)

Enfin ça y est, Rene Perez n’a plus la mainmise sur Robert Bronzi, ce sosie hongrois de Charles Bronson que l’on a pu voir dans Death Kiss et quelques autres zéderies ces dernières années (From Hell to the Wild West, Once Upon a Time in Deadwood). C’est le revenant Gary Jones, dont on avait plus entendu parler depuis Axe Giant en 2013, qui l’utilise ici, même s’il convient de souligner le lien qui unit les deux réalisateurs: Jones fut responsable des effets visuels sur plusieurs productions de Perez et il reçu un crédit de producteur exécutif dans Death Kiss. L’acteur demeure ainsi toujours sous la coupe du metteur en scène des Playing With Dolls dans ce film qui aura peiné à trouver un distributeur, puisque finalisé depuis début 2019...

Lire...

Django (1966)

django (12)

Django

(1966)

django (1)

Si la Trilogie du Dollar de Sergio Leone constitue l’apogée du western italien pour le grand public, il existe de nombreuses autres perles qui continue de prouver que l’appelation “western spaghetti” n’est pas seulement péjorative mais aussi très réductrice. Premier volet de la trilogie thématique Blood and Mud, Django est l’un des représentant définitif du genre, ceux qu’il est difficile de surpasser. Difficile à croire à priori vu que le projet initial n’est finalement qu’un remake de Pour une Poignée de Dollars, ou plus exactement une nouvelle adaptation du supérieur Yōjimbō d’Akira Kurosawa. Une idée que l’on doit au maestro Sergio Corbucci, qui accoucha du scénario avec l’aide de tout un tas de personnes dont son propre frère Bruno...

Lire...

Passenger 57 (1992)

passenger57 (9)a

Passenger 57

(1992)

passenger57 (11)a

La raison d’être de Passager 57 est à priori simple à expliquer: il s’agit d’un clone de Die Hard, s’inspirant aussi bien de l’original, qui renouvela le cinéma d’action au l’aube des années 90, que de sa suite, qui consolida la saga et transforma la formule en un nouveau sous-genre qui devint vite à la mode. Le Die Hard scenario est né, concept jouant du huis clos où le héros est seul face à une armée de vilains qu’il va devoir éliminer les uns après les autres à la manière d’un slasher. C’est totalement le cas ici et ce serait mentir que de prétendre autre chose, pourtant les origines du film sont un peu plus étranges que cela puisque l’on retrouve Stewart Raffill derrière l’idée de base. Le réalisateur des délirants Mac and Me et Tammy an...

Lire...