La Toxic Crypt scelle ses portes et dynamite ses fondations

toxiccryptfin3

 

What the FUCK is a Toxic Crypt ?!” se demandera le profane, le nez sans doute poudré d’une farine illégale. Et bien mon ami, il est un peu tard pour se poser la question puisque l’endroit ferme ses portes après une dernière double-chronique remarquable à propos de Brett Piper. On a beau avoir été prévenu longtemps à l’avance cela fait quand même drôle, et le sentiment qu’une page se tourne devient tout aussi vrai pour le lecteur que le rédacteur. La Toxic Crypt, donc, était le site Internet d’un Rigs Mordo, métalleux fan d’Horreur et de monstres qui aura pendant plusieurs années pondu articles après articles sur le genre. Des chroniques de films principalement, même s’il n’aura jamais été contre écrire un petit quelque chose pour les copains par esprit de camaraderie et tout simplement par gentillesse. Et quand il ne faisait pas la promotion de petits sites et fanzines ayant bien besoin d’un projecteur, il invitait carrément ses collègues à venir écrire chez lui, qu’il s’agisse d’éditos mensuels, de critiques partagées ou autres.

Car on ne pouvait pas dire qu’il y avait du snobage dans la crypte, et cela était aussi le cas à travers les œuvres présentées. Rigs parlait de tout, du blockbuster à la série Z, du DTV bien branlé au shot on video moisi, en passant par les vieux films chiants à la Jess Franco comme les merdes contemporaines à la Lazarus Effect. Un tour d’horizon assez complet dans le domaine, qui n’a jamais été plus intéressant que lorsqu’il déterrait quelques titres obscures, permettant même aux experts de découvrir quelque chose. Dieu sait que ce fut le cas avec moi, de Coons! Night of the Bandits of the Night avec ses ratons laveurs empaillés, à Psycho Pike dont j’ai parlé tout récemment, en passant par Giantess Attack avec son Rocket Racoon en peluche. D’un point de vu extérieur il est ainsi regrettable que l’aventure se termine, d’autant qu’au fil du temps celle-ci a su toucher pas mal de monde, s’attirant quelques réguliers de tous bords. Mais du point de vue de l’auteur, les choses sont évidemment différentes.

Comme il l’explique dans sa toute dernière publication (que je reproduis ici histoire de l’emmerder), l’idée d’en finir pesait dans la balance depuis plusieurs années maintenant et cela pour diverses raisons. En fait certains éléments évoqués par Rigs font écho à ce que je disais aussi dans ma propre rétrospective, pour les 20 ans de cette plateforme. Il y a les élas de la vie quotidienne qui prend beaucoup de temps et change les priorités: boulot, famille, relations, santé, autant de choses qui prennent de plus en plus de place avec le temps et relativisent pas mal ce qui n’est finalement qu’un hobby. La réalisation que l’on ne pourra jamais tout évoquer se fait également ressentir, avec ironiquement cette impression inverse d’avoir fait le tour et dit tout ce qu’il y avait à dire, la faute aux similitudes trouvables dans de nombreuses productions (surtout modernes) qui entrainent un sentiment de répétition ou de lassitude. Peut-on indéfiniment encaisser les mêmes films qui s’inspirent des mêmes références, encore et encore, juste dans l’espoir de découvrir une ou deux perles ?

 

toxiccryptfin2

 

Enfin il y a la déprime de voir la rubrique nécrologique s’allonger au point de vous enterrer vous-même sous les hommages à faire, et aussi l’envie de s’essayer à d’autres choses malgré la dévotion sans borne dont on peut faire preuve. Et cela le Gardien de la Crypte l’aura déjà montré par le passé en écrivant quelques billets “hors sujet” à propos des films d’action et de la musique sur laquelle il headbang sans doute fréquemment. Tout cela – et plus – il l’explique dans son message d’adieu, tout comme la raison pour laquelle il a décidé de non pas seulement clôturer la Toxic Crypt, mais carrément la faire disparaître. Au moment où j’écris ces lignes elle est encore en ligne, mais sans doute plus trop longtemps puisque sa fin est programmée pour ce mois de Septembre. Si vous voulez sauvegarder vos chroniques préférées faites-le maintenant avant qu’il ne soit trop tard ! Mais que les fans se rassurent cela n’est pas complètement la fin puisque Rigs va continuer ses activités à travers le fanzine Black Lagoon, qu’il a créé en compagnie de l’ami Jérôme Ballay (dont le blog a lui aussi fermé il y a bon moment maintenant).

Malgré tout c’est bien une petite perte que nous avons là, puisque nombreux sont les “petits” du Net qui disparaissent avec le temps, au profit des plus grands et célèbres qui usent autant des réseaux sociaux que du format papier pour se faire entendre. Mais s’ils peuvent réunir autour de leurs noms et réputations, ils n’ont pas nécessairement le trait de caractère qui va avec, ce petit truc qui rend différent et original. Rigs, lui, avait ce côté Punk très attirant puisqu’il écrivait sans se prendre la tête, nous balançant ses phrases telles quelles sans avoir peur des mots crus. Une obligation parfois, considérant le sujet traité (peut-on vraiment parler de Video Violence avec de belles tournures de phrases ?), mais qui changeait en tout cas des pseudo intellectuelles prétentieux qui dégueulent facilement sur la série B de train fantôme. En gros, c’était un peu comme écouter un copain parler d’un film en ses propres termes, avec une appréciation sincère du genre, ce qui le mettait à des années-lumières au-dessus des critiques modernes qui se tamponnent royalement de ce qu’elles regardent, se contentant de tout déprécier sous l’angle nanar pour rigoler un coup.

C’est donc un coup dur pour quiconque aime vraiment le genre, mais certains d’entre-nous pourront se consoler avec les salutations anonymes que Rigs adresse dans son dernier article, où chacun se reconnaîtra via une référence personalisée (big Ryan fan btw), et par le fait que quoiqu’il arrive, il aura toujours une grosse bite de 10 inches. Respect.

 

toxiccryptfin4

2 comments to La Toxic Crypt scelle ses portes et dynamite ses fondations

  • Rigs Mordo  says:

    Bon, bon, bon… Je ne sais pas trop quoi dire. Beaucoup à baver en fait, mais tout pourrait se résumer en “merci”. Donc merci, mille fois! Tu as parfaitement compris où j’en étais, et j’en doutais pas de ta part. Ne serait-ce que sur les RIP : j’ai abandonné il y a un moment, toi non. Désolé d’ailleurs de faire grossir tes rangs en la matière 😀
    Comme tu le dis, avoir un site c’est être partagé entre la certitude d’avoir tout vu, tout dit, utilisé tout le vocabulaire disponible, et donc en avoir un peu marre; et l’envie d’aller le plus loin possible, de traiter un maximum. Ca ne m’a pas été facile de décider de tout stopper alors qu’il reste évidemment des films que j’avais envie de traiter. Mais d’autres seraient venus les rejoindre, la liste se serait agrandie encore et encore. Et du coup on arrête jamais. Et ça n’était plus possible pour moi.
    Merci en tout cas pour cet hommage, avoir pris le temps de le faire, et m’avoir fait rire avec tes références! Faudra d’ailleurs qu’on se cause (putain ça fait un bout d’ailleurs…), car on a de quoi causer niveau Ryan 🙂 A vite mec !

    • Adrien Vaillant  says:

      J’ai voulu écrire quelque chose de mieux que ça, honnêtement, et puis dans la lancée ça a fini comme ça. Mais ouais, je comprends bien une partie de tes raisons même si j’imagine qu’il y en a d’autres que je connais pas, et faudrait effectivement qu’on reprenne les conversations. Un peu ma faute puisque j’ai été complètement pris par mon déménagement et mon boulot au point que je commence à faire mes cartons que 4 mois plus tard. Et ouch effectivement, y aurait bien des choses à dire sur Bimmy et Ryan !

Leave a reply

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>