1950s tagged posts

Crime Detector #5 – Ultimate Destiny (1954)

ROAD TO HALLOWEEN VI

Crime Detector #5

Ultimate Destiny

(1954)

Il est difficile d’expliquer a quel point, dans les années 50, l’influence EC Comics s’est faite ressentir à travers tout le territoire américain, au point d’attirer l’attention du gouvernement sur une industrie jusqu’ici totalement libre de publier ce qu’elle veut sans avoir de compte à rendre. Outre DC et Marvel, encore toutes jeunes, de nombreuses autres compagnies désormais oubliées ont surfer sur la vague Horreur engendrées par Tales From the Crypt et ses petits frères, chacune créant ses propres anthologies afin de copier la formule gagnante...

Lire...

Strange Tales #21 – The Man Who Cried Vampire ! (1953)

ROAD TO HALLOWEEN VI

Strange Tales #21

The Man Who Cried Vampire !

(1953)

Qu’il est loin le temps où la Marvel s’appelait encore Atlas Comics ! Pour cela il faut remonter aux années 50, et même alors l’éditeur existait sous une forme plus ancienne encore nommée Timely Comics. L’univers des super-héros n’en étant qu’à ses balbutiements après le Golden Age, avec seulement une poignée de personnages en activité au sein de la compagnie (la première Torche Humaine, en fait un robot, Namor le Prince des Mer et l’oublié Marvel Boy), il fallait que les scénaristes mises sur d’autres genres à la mode pour attirer l’attention: espionnage, guerre, romance, suspense… et bien sûr l’horreur, alors très à la mode grâce aux EC Comics dont les publications – The Haunt of Fear

Lire...

The Vault of Horror #27 – Strictly From Hunger ! (1952)

ROAD TO HALLOWEEN IV

The Vault of Horror #27

Strictly From Hunger !

(1952)

 

Oui, encore du EC Comics pour cet Halloween cuvée 2017. Et a vrai dire je pourrai continuer comme ça éternellement tant ils sont une source d’inspiration inépuisable: il me serait très facile de m’emparer de n’importe quel numéro de Tales From the Crypt, The Vault of Horror ou de The Haunt of Fear et de sélectionner une histoire au hasard, chaque revue renfermant d’innombrables trésors de l’Horreur qui méritent d’être explorés. Pour autant cette fois, j’ai voulu choisir l’une de mes favorites, une de celle que je n’ai jamais oublié malgré les années et peu de relecture. Et dont le monstre est particulièrement horrible.
Avec Strictly From Hunger !, EC signe un épisode qui n’a jamais été repr...

Lire...

The Vault of Horror #30 – Who Doughnut ? (1953)

ROAD TO HALLOWEEN IV

The Vault of Horror #30

Who Doughnut ?

(1953)

J’ai toujours voulu trouver une excuse pour parler de cette histoire. Pas de la série The Vault of Horror en générale, pas même de ce 30ème numéro dans son entier, juste cette petite histoire. Ce n’est ni une des meilleures, ni une des plus graphiques ou des plus drôles, et en fait c’est tout le contraire ; Who Doughnut ? est l’une des plus anecdotiques, des plus poussives et des plus oubliables contributions aux titres Horreur des EC Comics. A la lire, on est même en droit de penser que c’est le genre de truc avec quoi on se retrouve quand les scénaristes n’ont plus d’idées, improvisant n’importe comment pour atteindre leurs quotas !
Publié dans le numéro d’Avril / Mai 1953, ce conte est pourtant écrit ...

Lire...

The Blob (1958)

The Blob

(1958)

Dans les années 50, le cinéma Drive-In cartonne, notamment chez les jeunes adultes et les adolescents, ces teenagers qui forment une grande partie du public et qui deviennent très vite la cible prioritaire d’un cinéma d’exploitation, en pleine expansion. C’est l’époque de La Fureur de Vivre, avec James Dean, qui remporte un très gros succès et devient rapidement un film culte. Un marché juteux en devenir dans lequel certains producteurs injectent de la science-fiction, ce qui donne par exemple des œuvres comme I Was a Teenage Werewolf, parfait spectacle de distraction pour un public de jeunes spectateurs se déplaçant en groupe au cinéma. Une petite production indépendante décide alors de suivre le mouvement en lançant The Blob (traduit par Blo...

Lire...

The Blob (1958)

The Blob (ex-The Glob) est un petit classique de la science-fiction.

Il y est question d’une masse de gelée rougeâtre (conçue avec un ballon météorologique et du gel de silicone) provenant de l’espace qui arrive sur Terre après s’être extraite d’un petit météore. La chose n’étant pas pacifique, elle dévore tout être humain qui aura le malheur de la croiser et c’est à Steve McQueen de se débarrasser d’elle.
Revoir ce film aujourd’hui, c’est se replonger dans la naïveté des films américains des années 50, avec tous les clichés et les incohérences que cela implique. Stevie drague sous les étoile tandis que la police ne s’inquiète pas plus que cela de la disparition progressive des citoyens.

Mais The Blob c’est aussi de longue scène de blabla et un monstre invisible les t...

Lire...