iPOP Zombies (2013)

 

Schylling

iPOP Zombies

(2013)

 

 

Et encore un petit gadget de bureau, parce que c’est à peu près tout ce que je peux me permettre en terme de collectibles ces temps-ci. Il s’agit cette fois d’adorables petits morts-vivants en plastique mou, que l’on peut serrer très fort afin d’activer leur particularité: cela fait jaillir leurs yeux hors de leurs orbites, et le cerveau de la boite crânienne ! Squishy toys. C’est le terme anglo-saxon et je ne suis même pas sûr qu’un équivalent existe dans la langue de Molière. Le concept est similaire aux petites balles anti-stress, encore que la qualité des matériaux fait qu’une utilisation prolongée détériorerai la figurine très rapidement. Comme je l’ai dis: gadget.
On doit ces mini créatures à la compagnie anglaise Schylling, un fabriquant de jouets et accessoires de petites importances dans le même genre (mais également distributrice de Nanoblock sur leur territoire, comme quoi, tout se rejoint), cependant leurs zombies sont du pur Made in China: construit à Dongguan, comme l’atteste le tampon sous leur pied. Autant dire que le produit n’est pas particulièrement séduisant dit comme ça et nombreuses sont les marques qui vous proposeront mieux dans le registre zombies rigolos (Zombiezz, Zombie Zity et les produits dérivés de Plants vs. Zombies, entre autres). Mais très honnêtement, difficile de repousser ces iPOP Zombies lorsqu’on les croises. Je veux dire, regardez-les !

 

 

iPOP constitue une ligne de jouets plutôt conséquente pour Schylling et il n’y a qu’à visiter leur site pour découvrir une nombre impressionnant de variations autour de ce concept: robots, crânes, dinosaures, parachutistes (?) et animaux divers. On trouve même de craquantes statuettes Tiki et des petits “monstres” qui provoque plus l’attendrissement que l’effroi. Toutes des bestioles à gros yeux qui fonctionnent de la même façon: flexibles, il faut les presser comme des citrons pour voir leurs globes oculaires (et autres éléments) jaillir de leurs corps. Une idée parfaite pour un jouet Gore, même si la compagnie ne cherche pas à taper dans l’horreur absolue. Cela reste un produit pour les bambins ou pour décorer son bureau sans choquer les prudes collègues.
iPOP Zombies est ce qui s’en reproche le plus toutefois, ne serait-ce parce l’idée reste d’écrabouiller des corps en putréfaction à en faire éclater leurs têtes, avec les yeux et la cervelle sautant comme des bouchons de champagne. Mais bien évidemment les créatures sont très sobres et n’abordent ni plaies ouvertes, ni moignons sanglants, sauf pour ce qui est du crâne ouvert laissant le cerveau à l’air libre, bien entendu (on trouvera toujours des parents pour s’en plaindre). C’est mieux que rien et comme pour les iPOP Monsters, la bouille adorable de ces zombies aux yeux globuleux suffira à vous faire craquer.

 

 

Mesurant 8cm (8,5 avec la cervelle), les figurines existent en trois exemplaires: un individu chauve au cerveau rose-bonbon, sans doute le plus sympathique de la série avec ses yeux rouges, ses dents manquantes et son costume rétro déchiré qui évoque sensiblement les années 70. Et les deux autres, qui hélas sont basiquement le même personnage de jeune garçon pieds nus et en T-shirt jaune. Il y a bien quelques différences dans la sculpture mais elles sont plutôt subtiles (la position des mains et des dents, l’un croise légèrement les pieds par rapport à l’autre) et la coloration ne change pas énormément, les deux zombies possédant des cheveux bruns / châtains plutôt similaire. Les yeux et le pantalon sont différent mais, très sincèrement, personne n’y prêtera attention: c’est le cerveau qui va surtout permettre de les reconnaitre, l’un vert et l’autre bleu, ainsi que les yeux puisque l’un des personnages n’en possède qu’un seul à exorbiter par pression.
En regardant l’illustration du produit, on peut remarquer que l’un d’eux devait porter un veston rouge pour se différencier un peu plus. Le vêtement est bien sur la figurine, mais le producteur a dû penser que ça ne valait pas la peine de dépenser quelques livres de plus pour colorier une surface aussi petite…
Le chauve et le “cyclope” sont donc les plus remarquables, avec un troisième luron plutôt générique et accessoire. A tel point d’ailleurs que le magasin de jouets où je les ai découvert ne l’avait pas en stock. Il faut dire qu’il s’agit de petites babioles à prix réduit vendues près des caisses et, plutôt que d’avoir le présentoir complet, la boutique a préférée les envelopper individuellement dans des sachets plastiques et de les empiler dans un cageot sans y repenser.

 

   

 

Pas bien grave puisque ce mort-vivant était un poil moins séduisant que ses compagnons et que les trois figurines étant similaire, il ne m’était pas nécessaire à la rédaction de cet article. Car hormis leur look, les iPOP Zombies sont totalement interchangeables car conçus avec les mêmes matériaux, disposant de la même fonction, et dotés de la même forme générale. Jusque dans les petits détails, comme les déchirures sur les vêtements ou les tâches/boutons sur la peau, qui sont globalement les mêmes d’un personnage à un autre.
Quoi que vous choisissiez votre iPOP Zombie fera bel effet sur votre étagère, car indépendamment de son petit budget et des limites qui vont avec, cette création demeure bien faite. Les sculptures sont détaillées et sans défauts et même si le matériau utilisé soit de faible qualité, il ne se dégrade pas aussitôt manipulé. La peinture déborde ici et là, notamment dans les reliefs, mais ce n’est jamais grossier. Bref, tout gadget qu’il soit, le mort-vivant Schylling s’expose sans problème. D’ailleurs à ce propos, mentionnons un assez bon point: sa taille. Suffisamment grand pour être bien visible, mais pas trop pour être encombrant, l’objet est plutôt parfait en son genre. Pour quiconque regrettant la petite échelle des Zombiezz ou Plants vs. Zombies, iPOP fera un remplaçant parfait et dans le même esprit.

 

 

Conclusion, pour quelque chose qui ressemblerait limite à un jouet pour chien qui couine, avec son plastique tout mou, ce n’est pas mal du tout. Bien que la “fonction” de cette gamme soit extrêmement limitée (d’autant que le résultat n’est finalement pas tellement extraordinaire, les yeux étant même déjà dehors), le design général, avec les gros yeux ronds et le teints gris, évoque une parodie cartoonesque des morts-vivants du Zombie de George A. Romero (surtout le chauve en costume, moins coloré que les autres) et rend ces petits monstres très amusants à regarder. Leurs trognes, ainsi que le prix réduit des figurines (environ 5 euros pièce) justifient amplement un achat pour décorer son environnement.
Notons que la compagnie recyclera l’illustration des iPOP Zombies pour un autre de ses jouets, un petit flipper à billes logiquement nommé Zombie Attack !

 

Tags:  ,

Leave a reply

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>