The Walking Dead (5.07)

The Walking Dead
Ep.5.07

Crossed

 

 

Avant-dernier épisode avant la pause du mid-season et on peut lui trouver une certaine redite avec le tout début de cette cinquième saison. Encore une fois Team Rick part à l’assaut d’un autre groupe et ses membres infiltrent les lieux en se préparant à faire le ménage. Pas con, le scénariste réalise que tout ça pourrait finir en copier/coller de la destruction du Terminus et donne le change en faisant choisir à nos héros un stratagème plus pacifique: capturer quelques hommes de Dawn et les échanger contre Beth et Carol. Ainsi chacun obtient ce qu’il veut et tout le monde peut repartir de son côté, sans bain de sang.
Un plan avancé par se bisounours de Tyreese évidemment, mais aussitôt approuvé par Daryl. Et si c’est Daryl qui le dit, c’est forcément bien. On voit l’excuse grossière, mais à sa décharge le responsable essaye de faire passer ça sur une faille du personnage principal, Rick, de plus en plus prompt à foncer dans le tas et dégommer tout ce qui bouge. Daryl lui-même doit le reprendre lorsqu’il tient un adversaire en joue, et lui rappeler qu’un otage vivant est plus profitable pour eux. J’ignore s’il s’agit d’un prétexte temporaire destiné à justifier le stratagème des protagonistes, où s’il y a là les graines d’un futur développement de personnalité pour la saison à venir, mais je n’ai rien contre un Rick implacable et à deux doigts de devenir comme ceux qu’il combat, une sorte de Max Rockatansky dans le territoire des morts-vivants. Tiens, ça tombe bien puisque Mad Max 4 sort bientôt.

 

 

Si l’intrigue se tourne vers un conflit, il est cependant difficile d’y trouver la moindre ampleur tant Team Rick a été divisée avec le temps. L’épisode se disperse sans cesse, saute de groupes en groupes, et la narration ainsi fracturée ne parvient guère à intéresser. Ou bien on se retrouve à suivre des personnages dont on se moque éperdument, nous obligeant à attendre le prochain saut de narration, ou bien l’intrigue qui nous intéresse tourne court et il faut prendre son mal en patience pour avoir la suite. Crossed se retrouve à devoir jongler entre quatre situations différentes en parallèle, certaines destinées à se recouper, d’autres peut-être pas.
Et c’est justement en dressant un constat de chacune d’entre elles qu’on réalise qu’il ne se passe pas grand chose cette semaine, le rythme se retrouvant totalement perdu entre ce qu’il doit montrer au public et conserver pour les temps à venir. En ressort une impression de remplissage et je suis certain qu’en remontant sensiblement ce Crossed avec l’épisode de la semaine prochaine, en sacrifiant certains groupes moins intéressant, la narration aurait gagnée en fluidité et en efficacité. Je ne comprends vraiment pas l’intérêt de revenir deux fois sur les personnages restant dans l’église, tout ça pour montrer le prêtre s’enfuir en douce, alourdissant trop le propos. Même chose concernant la troupe d’Abraham, qui en est finalement toujours au même point depuis la dernière fois et dont les interactions sont tellement minimes qu’elles auraient pu être réservées à un autre épisode pour avoir plus de conséquences.

 

 

Pour dresser un rapide tour d’horizon, voilà ce qui se déroule globalement au cours de ces quarante minutes. A l’hôpital, Beth tente toujours de sauver Carol et trouve un allié inattendu en la présence de… Dawn. Celle-ci réalise que la petite blondinette est bien plus forte qu’elle ne l’aurait cru et qu’elle a sûrement des chances de réussir ce qu’elle entreprend. Peut-être parce que Dawn réalise que son règne touche à sa fin (elle avoue ne pas faire confiance à ses hommes), elle offre une chance de soigner Carol en toute discrétion avant que le personnel ne la débranche de sa machine par soucis d’économie.
De son côté Abraham reste prostré dans son coin, totalement anéanti par les révélations récentes et le fait qu’il n’a désormais plus aucun but pour se donner la force de continuer à avancer. Sa compagne sympathise avec Glen et accepte sa proposition de le suivre sur le long terme, continuer à vivre au sein du même clan et se protéger les uns les autres.
Alors que Team Rick part à l’assaut de l’hôpital, quelques personnes demeurent à l’église afin de rester avec le bébé. Carl et le prêtre, naturellement, mais également Michonne pour je ne sais quelle raison. Étant donné ses capacités de combat, on penserait qu’elle ferait partie du groupe offensif, mais non. L’idée est certainement de continuer a développer ses liens avec le petit garçon et son instinct maternelle ou quelque chose comme ça. Quoiqu’il en soit Carl tente de convaincre l’homme de Foi de trouver la volonté de se battre mais celui-ci refuse et fini par prendre la poudre d’escampette.

 

 

Reste l’équipe de Rick qui s’aventure sur le territoire de la Croix Blanche et prévoient de capturer quelques officiers en patrouilles afin de les échanger contre les leurs. Ce n’était visiblement pas l’idée première de Rick mais ses compagnons l’implorent de trouver une solution moins extrême (pour quelle raison ?) et celui-ci accepte. Naturellement comme il faut un peu d’action, une seconde patrouille arrive au moment des faits et une petite bataille éclate, donnant à l’épisode un sursaut de dynamisme et son habituelle scène gore à base de zombies. Au final nos héros parviennent à soumettre leurs adversaires, mais l’un d’entre eux s’évade, ce qui va permettre à l’intrigue de prendre évidemment une direction beaucoup plus sombre que ce que les personnages avaient prévus.
Du moins pour ce qu’avaient prévus nos héros, car nous autres spectateurs nous doutions bien que les choses allaient vite escalader vers la classique lutte jusqu’à la mort entre les deux équipes. Beaucoup de bruit pour rien en gros, et je me demande vraiment pourquoi Tyreese et Daryl ont voulu opter pour un échange d’otages. A part pour les rendre forcément gentils car ne désirant pas tuer immédiatement ceux qui croisent leur route. Et a part pour faire du remplissage et étirer toute l’intrigue sur deux épisode. Bref, autant dire que seule la partie avec Rick et la Croix Blanche vaut quelque chose et le reste apparaît comme terriblement inutile. Tout cela n’a aucun sens d’un point de vue narratif mais je flaire l’épisode concept, qui tente d’avoir l’air profond et subtile.

 

 

C’est surtout le titre qui me met la puce à l’oreille. Crossed. Aucun rapport avec les comics du même nom naturellement, même si il est impossible de ne pas y penser. Croyez-le ou non, mais je pense qu’ici l’idée était de montrer que tout va déraper par la suite car Team Rick n’est pas unis face à l’adversité. La conclusion du mid-season va s’achever dans un bain de sang ou sur une note sombre car nos héros ne sont pas tous réunis pour s’en sortir. Il y a le fait que tous les membres soient divisés en quatre groupes, bien sûr, mais je ne peux m’empêcher de penser à cette définition du verbe utilisé en guise de titre.

 

v. crossed, cross·ing
To betray or deceive; double-cross.

 

Il y a effectivement une notion de trahison en guise de thème récurrent dans l’épisode et chaque troupe doit faire face à la défection d’un membre ou une remise en cause de leur fondamentaux. Ainsi Dawn avoue à Beth qu’elle ne peut tenir tête aux siens et lui permet de sauver sa camarade, trahissant ouvertement son camp ce faisant. En terme de récit cela permet de montrer que le personnage n’est pas si négatif et sa mort (inévitable) n’en sera que plus tragique. A l’église, le prêtre ne parvient pas à accepter les méthodes de ses nouveaux compagnons et on peut le voir frotter nerveusement une tâche de sang sur le sol, souvenir de la confrontation avec les cannibales. Carl tente de lui expliquer que le monde a changé mais l’homme de Dieu préfère s’isoler et s’enfuir en secret, laissant Michonne et les enfants derrière lui.
La compagne d’Abraham réalise que puisque Washington n’est plus une destination valable, le mieux est de continuer son chemin avec Glen et les autres. L’idée lui plaît et elle prend cette décision d’elle-même, sans en référer à Abraham qui était son leader et son amant. Sans aller jusqu’à dire qu’elle brise sa confiance, elle fait définitivement une croix sur cet ancien “groupe dans le groupe” et intègre pleinement Team Rick, là où ses partenaires n’ont pas encore prit de véritables décisions. Enfin il faut mentionner le personnage de Sasha, rongée par la colère et le remord, incapable de faire son deuil de Bob et prête à se lancer dans une guerre ouverte avec la Croix Blanche. L’un de ses otages, pourtant, va la faire réagir puisqu’il porte le même nom que son défunt amant et semble a priori être une personne honorable. Pour ses croyances, ses propres sentiments, elle va avoir une discussion avec lui et l’isoler du groupe sans en avertir qui que ce soit. Et évidemment celui-ci avait prévu un beau discours pour retenir son attention et la trahir par la suite, ce qui lui permet de s’évader.

 

 

On pourrait aller encore plus loin et évoquer le fait que les policiers n’ont plus aucune confiance en Dawn, la considérant faible, et qu’ils avouent attendre le moindre prétexte pour la remplacer. Quant à Rick, j’ai déjà évoqué qu’il était présenté comme borderline et pas loin de franchir une limite que le reste de son équipe ne pourra accepter. On peut même percevoir Daryl comme un successeur éventuel si les choses venaient à déraper (ce qui, disons le honnêtement, n’arrivera jamais, même si pour le coup cela serait un superbe pied-de-nez à la bande-dessinée et tout à fait logique dans le concept du show, qui était de s’en éloigner). Le problème c’est que tout ça est mal écrit, mal exécuté, tout se voit à des kilomètres et devient même une routine après quatre saisons. Je comprends où le scénariste voulait en venir mais je doute que Walking Dead possède la moindre substance pour rendre tout cela légitime. Ou même efficace.
Comme d’habitude la seule chose qui remporte vraiment l’attention est la scène gore / zombie hebdomadaire, prouvant encore une fois que la forme l’emporte sur le fond. Ici c’est la découverte de très beaux zombies fondus au sol, probablement les victimes d’un terrible incendie si l’on en croit la présence d’un campement brûlé dans les parages. C’est original, bien fait, et offre une scène d’action assez tendue puisqu’elle montre deux adversaires s’affronter en lutte au sol au milieu des corps animés mais immobilisés. Les combattants se rouent de coup, s’empoignent, mais doivent aussi éviter les mâchoires qui claquent près de leurs poings. Une sorte de variation du combat à mains nues en plein champ de mines.

Je me garderai de tout jugement définitif puisque Crossed n’est clairement que la première partie d’une histoire en deux épisodes, mais le constat n’est pour l’instant pas très favorable. J’attends de voir la semaine prochaine, mais le showrunner a intérêt à trouver un bon cliffhanger pour maintenir l’intérêt jusqu’à la reprise.

 

2 comments to The Walking Dead (5.07)

  • Ingloriuscritik  says:

    je ne vais pas t’apprendre que je suis fan addict de cette série , donc forcément toujours un peu plus indulgent …toutefois je te rejoins sur le fond en ce qui concerne cet épisode , qui , bien que effectivement prévu en 2 parties , est assurément un des plus confus de toutes les saisons ! et la division scénaristique vers plusieurs groupes est beaucoup moins justifiée que ne l’était par exemple l’explosion de “l’équipe” suite a ‘l’invasion de la prison .la on nage en pleine confusion , au point de perdre le fil de la chronologie , ne sachant plus par moment si on “flash backe” ou on “directe”. De plus coté de la Abraham team c’est très pesant par l’inaction ,très statique limite contemplatif …coté église et prêtre ca n’améne pas grand chose , je pensai a un twist sur la personnalité du dit pretre, et on a droit a …une évasion ! bref j’attends la suite et je te rejoint sur les espoirs d’une voire plusieurs surprises du showrunner ,car la rick team a perdu de cette noirceur qui apportait ce supplément d’âme trés prometteur dans les 2 premiers épisodes..

    • Adrien Vaillant  says:

      Je m’attendais effectivement a quelque chose d’autre avec le prêtre, qu’il cachait quelque chose sous le plancher de l’église, mais en fait non. Dommage parce que pour l’instant il me paraît franchement pas intéressant en plus de ne pas trop avoir de sens (un prêtre qui n’accepte pas la fin du monde je veux bien, mais après 4 ou 5 ans quand même, c’est pas crédible).

      On verra pour la suite mais si en plus l’intrigue de la Croix Blanche est totalement résolue la semaine prochaine, je ne vois même pas où la série va se diriger…

Leave a reply Cancel reply

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>