I Still Believe in Tim Cappello !

Tim Cappello (autrefois Timmy Cappello, mais il a changé son nom suite à une crise existentielle lors d’un voyage au Népal) est un personnage passionnant. Fondamentalement il est un simple musicien, particulièrement connu pour son talent au saxophone. Il a travaillé avec de grands noms comme Peter Gabriel, Ringo Starr, et bien sûr Tina Turner avec qui il a collaboré pendant de nombreuses années, se retrouvant même impliqué sur les chansons We Don’t Need Another Hero et One of the Living pour Mad Max 3. Il fut également le partenaire de scène de Bob Dylan sur Hearts of Fire et s’associa avec Billy Crystal pour quelques spectacles.
Mais s’il retient l’attention, c’est moins par son travail que par son physique...

Lire...

Leprechaun: Back 2 tha Hood (2003)

Leprechaun: Back 2 tha Hood

(2003)

“Even if you steal for God, you still have to pay the Devil.

Compte-tenu des mystérieux problèmes de production dont a souffert Leprechaun in the Hood, il n’est pas étonnant de voir la Trimark plaquer la franchise. Celle-ci est heureusement récupérée par Lions Gate (qui en toute honnêteté récupère un peu n’importe quoi dans son catalogue) qui engendre un nouvel opus après quelques années de gestation. Bonne nouvelle: Gabe Bartalos et Warwick Davis reviennent, garantissant la continuité entre ce nouveau Leprechaun et les précédents, et assurant surtout le retour de la fanbase. Car bien que la série change de bannière, la formule reste la même et l’idée est de continuer les aventures du lutin irlandais comme d’habitude...

Lire...

ʽNamwolf (2017)

ʽNamwolf

(2017)

War is Hell

ʽNamwolf est né d’un amusant quiproquo lors du HeroesCon 2014, durant une conversation entre le scénariste Fabian Rangel, Jr. et son ami, l’illustrateur Logan Faerber. Alors qu’ils entretiennent une discussion sur Predator et le cinéma d’action des années 80, ils dérivent sur les films de loups-garous et, quand le dessinateur évoque le génial Loup-Garou de Londres, l’autre comprend mal le titre: plutôt que An American Werewolf in London, il entend An American Werewolf in Vietnam. Tout le concept est là et le duo va s’amuser à en faire leur nouveau projet. Environ un an plus tard ils accouchent d’une petite copie ashcan (un prototype promotionnel) de huit pages qui présente personnages et intrigue. Le titre: ʽNamwolf, avec une apostr...

Lire...

Razor sort des limbes !

Cela fait longtemps que j’avais envie de vous parler de Razor, un des nombreux comics “extrêmes” des années 90. Publiée en son temps chez London Night Studios, boite indie spécialisée dans les histoires en noir et blanc (c’est moins cher) violentes et érotiques (c’est la mode), la série n’est pas particulièrement connue puisque noyée dans un océan de semblables et ayant débutée avec un artiste loin d’être doué. Malgré ses dessins brouillons et son intrigue clichée, la série a survécu à travers le temps et a su se faire remarquer par un lectorat porté sur l’underground (et le death metal) au point d’être ressuscité durant les années 2000 via l’éditeur Avatar Press. Mieux: il s’agit du seul titre au monde possédant un crossover avec The Crow, la mythique bande...

Lire...

Inara, the Jungle Girl (2012)

Inara, the Jungle Girl

(2012)

Il y a quelques années je vous avais parlé de films fétiches japonais, que l’on peut apparenter à du cinéma pornographique du fait de son lien étroit avec le BDSM à la différence que la représentation du coït lui-même, parfois même de la nudité, peut en être totalement absent. Par définition le fétiche est une “préférence” qui va exciter, et il n’est ainsi pas nécessaire d’en faire plus. Et si pendant longtemps cette notion se rapportait à des pratiques érotiques et/ou sexuelles ou a des tenues que l’on retrouve dans le milieu proche du bondage (uniforme militaire, de secrétaire, latex, cuir, etc), la nouvelle génération a fini par lui trouver de nouveaux terrains d’exploration...

Lire...

Giant Monster (2005)

Giant Monster

(2005)

L’industrie du comic-book voit venir un renouveau du genre horrifique au début des années 2000, avec tout particulièrement l’émergence de trois nouvelles séries qui devinrent populaire bien rapidement, et leurs auteurs respectifs. Ce sont Tim Seeley avec Hack/Slash, le moins connu mais le plus fun du lot, Robert Kirkman avec The Walking Dead, le plus célèbre et paradoxalement le moins bon, et enfin Steve Niles avec 30 Jours de Nuit, probablement le meilleur même s’il se fait très discret. Ces hommes vont continuer leurs carrières avec d’autres titres tandis que leurs créations respectives gagneront en popularité et continueront de grandir, avec ou sans eux.
Au cours de sa profession, Niles s’est associé plusieurs fois avec l’illustrateur métalleux N...

Lire...

Iron Maiden – World of Warplanes

Iron Maiden et les jeux vidéos, c’est une vieille et triste histoire qui n’a jamais connue de grands succès. On peut remonter jusqu’en 1998 avec Carmageddon II, suite sympathique mais très en-dessous de son original. Un jeu de “course” où le véritable but est de détruire ses opposants et d’écraser le plus de piétons possible, hommage évident à Death Race 2000. Seulement le premier opus, gore et graphiquement brut, laisse place à un nouveau moteur 3D tout lisse où les victimes cubiques sonnent trop fausses. Pire: de nombreuses versions sont censurées, remplaçant les passants par des zombies et l’hémoglobine par du sang vert. Les musiques de Maiden, avec Aces High, The Trooper ou Man on the Edge restent sans aucun doute le point fort de cette suite, permettant de rester...

Lire...

When and Where – Amityville: The New Generation (1993)

Lost (and found) in the 5th Dimension

Épisode 22

WHEN AND WHERE

Amityville: The New Generation (1993)

You’re a very brave man, Paulie.
A loaded gun, with all these critics around…

J’ai commencé cette rubrique stupide en parlant d’objets bizarres et à peine visibles dans un film, souvent impossible à mentionner dans de simples chroniques. Il était temps que je revienne sur ce concept, et ainsi l’une des premières choses qui me vient en tête est cette étrange “œuvre d’art” provenant de Amityville: Darkforce, ou Amityville: The New Generation, soit le septième film de la série. Pour mettre rapidement les choses dans leur contexte, il faut mentionner l’existence de deux saga parallèles à propos de cette franchise: les films et les livres...

Lire...

Leprechaun in the Hood (2000)

Leprechaun in the Hood

(2000)

A friend with weed is a friend indeed

Il est loin le temps où la Trimark faisait tout pour imposer son Leprechaun, entre produits dérivés et parades pour le premier opus, et budget confortable avec sortie cinéma pour le second. Arrivé à Leprechaun 5, qui débarque tardivement après un rythme initial d’un film par an (quatre années d’hibernation), la stratégie marketing se montre discrète et se contente de reprendre le même gimmick que dans les volets précédents – placer le lutin Irlandais dans un cadre décalé – pour vendre son produit. Cette fois-ci le ghetto, alors très tendance en cette fin 90s / début 2000 avec les DTV de Ice-T, Snoop Dogg, Coolio et DMX qui fleurissent dans les programmes télé et les rayons DVD.
Las, ...

Lire...

Friday the 13th: Jason vs. Jason X (2006)

Friday the 13th: Jason vs. Jason X

(2006)

Pour cette ultime aventure Vendredi 13 chez Avatar Press, Mike Wolfer opère pratiquement en solo. Il scénarise et illustre son histoire, laissant la couleur à une tierce personne comme c’est de mise sur la licence House of Horror, et réalise même la plupart des couvertures alternatives avec un petit coup de pouce de Juan Jose Ryp. Presque comme s’il voulait prouver qu’il était en total contrôle de cette dernière mini-série. Et ça tombe bien puisque celle-ci se révèle être la plus intéressante, la plus fun et la plus mémorable du lot, parvenant même à se montrer originale par sa simplicité là où Bloodbath et Fearbook n’étaient que des reprises de thèmes déjà vu auparavant dans la franchise.
Profitant pleinement du vas...

Lire...