Dead Set (2008)

Dead Set

(2008)

The Walking Dead sombre de plus en plus suite à des décisions inexplicables (l’éviction du personnage de Carl), aux conséquences de celles-ci (plusieurs fans ont abandonné et Andrew Lincoln, acteur principal, a donné sa démission) et plus simplement par l’incompétence de son showrunner, Scott M. Gimple – peu aidé il est vrai par un comic-book qui a lui-même du plomb dans l’aile depuis bien longtemps. La saison à venir provoque pas mal de remous sur Internet, aussi il ne fait pas de mal de rappeler qu’il existe bien des substituts à cette calamiteuse série. Comme Dead Set par exemple, mini-série britannique en cinq épisodes de très courtes durées (une vingtaine de minutes, à l’exception du pilote qui en fait quarante-cinq) et que l’on doit entièrement ...

Lire...

Blood Feast (2016)

Blood Feast

(2016)

Conçu en 2016, ce remake de Blood Feast ne sort finalement que cette année, faute d’intéresser qui que ce soit. Il faut dire que le concept n’a rien de particulièrement séduisant puisque, contrairement aux vraies / fausses suites engendrées par l’original qui ne se prenaient pas au sérieux, cette nouvelle version choisit de faire dans le premier degré le plus absolu. Une décision difficilement compréhensible et aux antipodes de l’univers de H.G. Lewis, forain déviant qui avait le divertissement dans le sang. Le réalisateur, Marcel Walz, assume et prétend même que le Parrain du Gore était impliqué dès le début sur ce projet, appréciant cette nouvelle direction...

Lire...

Summer of ʽ84 (2018)

Summer of ʽ84

(2018)

“Vaginas are magical !

L’été touche à sa fin, aussi voilà l’occasion parfaite pour parler de Summer of ʽ84, un film qui se déroule trente-quatre ans dans le passé. Je le sais bien puisque c’était mon anniversaire ce mois d’Août. Quoiqu’il en soit, étant donné le paysage cinématographique actuel, ce titre suffit à exposer les intentions des responsables: jouer sur la nostalgie du public pour les Eighties et ainsi capitaliser sur le succès fulgurant de Stranger Things et du nouveau Ça. L’intrigue s’intéresse ainsi à l’aventure dangereuse vécue par une bande de garçons qui n’ont ni Internet, ni Xbox, ni iPhones pour passer le temps...

Lire...

Le Fanzinophile – Entretien avec Matthieu Nédey & Valentin Sannier

A lire chez l’ami Laurent, notre adoré Fanzinophile, l’interview très sympathique de deux jeunes reporters du Genre. Un “duo” qui fait partie de cette nouvelle vague de rédacteurs, au même titre que Rigs Mordo de Toxic Crypt, Jérôme dit l’Oncle Jack de Ze Curious Goods, Rog’ de La Séance à Roggy et moi-même – bref, toute l’équipe de Black Lagoon. Il s’agit de Matthieu “Mighty Matt” Nédey et de Valentin “Val le Blond” Sannier, que vous pouvez retrouver régulièrement sur le site Monsters Squad. Bien entendu, ils écrivent également dans tout un tas de canards et il faut ainsi mentionner Cathodic Overdose, La Fraicheur des Cafards, Everyday is Like Sunday ou encore Torture Oculaire (quel titre parfait !) pour ne mentionner que quelques unes des plateformes utili...

Lire...

I Still Believe in Tim Cappello !

Tim Cappello (autrefois Timmy Cappello, mais il a changé son nom suite à une crise existentielle lors d’un voyage au Népal) est un personnage passionnant. Fondamentalement il est un simple musicien, particulièrement connu pour son talent au saxophone. Il a travaillé avec de grands noms comme Peter Gabriel, Ringo Starr, et bien sûr Tina Turner avec qui il a collaboré pendant de nombreuses années, se retrouvant même impliqué sur les chansons We Don’t Need Another Hero et One of the Living pour Mad Max 3. Il fut également le partenaire de scène de Bob Dylan sur Hearts of Fire et s’associa avec Billy Crystal pour quelques spectacles.
Mais s’il retient l’attention, c’est moins par son travail que par son physique...

Lire...

Leprechaun: Back 2 tha Hood (2003)

Leprechaun: Back 2 tha Hood

(2003)

“Even if you steal for God, you still have to pay the Devil.

Compte-tenu des mystérieux problèmes de production dont a souffert Leprechaun in the Hood, il n’est pas étonnant de voir la Trimark plaquer la franchise. Celle-ci est heureusement récupérée par Lions Gate (qui en toute honnêteté récupère un peu n’importe quoi dans son catalogue) qui engendre un nouvel opus après quelques années de gestation. Bonne nouvelle: Gabe Bartalos et Warwick Davis reviennent, garantissant la continuité entre ce nouveau Leprechaun et les précédents, et assurant surtout le retour de la fanbase. Car bien que la série change de bannière, la formule reste la même et l’idée est de continuer les aventures du lutin irlandais comme d’habitude...

Lire...

ʽNamwolf (2017)

ʽNamwolf

(2017)

War is Hell

ʽNamwolf est né d’un amusant quiproquo lors du HeroesCon 2014, durant une conversation entre le scénariste Fabian Rangel, Jr. et son ami, l’illustrateur Logan Faerber. Alors qu’ils entretiennent une discussion sur Predator et le cinéma d’action des années 80, ils dérivent sur les films de loups-garous et, quand le dessinateur évoque le génial Loup-Garou de Londres, l’autre comprend mal le titre: plutôt que An American Werewolf in London, il entend An American Werewolf in Vietnam. Tout le concept est là et le duo va s’amuser à en faire leur nouveau projet. Environ un an plus tard ils accouchent d’une petite copie ashcan (un prototype promotionnel) de huit pages qui présente personnages et intrigue. Le titre: ʽNamwolf, avec une apostr...

Lire...

Razor sort des limbes !

Cela fait longtemps que j’avais envie de vous parler de Razor, un des nombreux comics “extrêmes” des années 90. Publiée en son temps chez London Night Studios, boite indie spécialisée dans les histoires en noir et blanc (c’est moins cher) violentes et érotiques (c’est la mode), la série n’est pas particulièrement connue puisque noyée dans un océan de semblables et ayant débutée avec un artiste loin d’être doué. Malgré ses dessins brouillons et son intrigue clichée, la série a survécu à travers le temps et a su se faire remarquer par un lectorat porté sur l’underground (et le death metal) au point d’être ressuscité durant les années 2000 via l’éditeur Avatar Press. Mieux: il s’agit du seul titre au monde possédant un crossover avec The Crow, la mythique bande...

Lire...

Inara, the Jungle Girl (2012)

Inara, the Jungle Girl

(2012)

Il y a quelques années je vous avais parlé de films fétiches japonais, que l’on peut apparenter à du cinéma pornographique du fait de son lien étroit avec le BDSM à la différence que la représentation du coït lui-même, parfois même de la nudité, peut en être totalement absent. Par définition le fétiche est une “préférence” qui va exciter, et il n’est ainsi pas nécessaire d’en faire plus. Et si pendant longtemps cette notion se rapportait à des pratiques érotiques et/ou sexuelles ou a des tenues que l’on retrouve dans le milieu proche du bondage (uniforme militaire, de secrétaire, latex, cuir, etc), la nouvelle génération a fini par lui trouver de nouveaux terrains d’exploration...

Lire...

Giant Monster (2005)

Giant Monster

(2005)

L’industrie du comic-book voit venir un renouveau du genre horrifique au début des années 2000, avec tout particulièrement l’émergence de trois nouvelles séries qui devinrent populaire bien rapidement, et leurs auteurs respectifs. Ce sont Tim Seeley avec Hack/Slash, le moins connu mais le plus fun du lot, Robert Kirkman avec The Walking Dead, le plus célèbre et paradoxalement le moins bon, et enfin Steve Niles avec 30 Jours de Nuit, probablement le meilleur même s’il se fait très discret. Ces hommes vont continuer leurs carrières avec d’autres titres tandis que leurs créations respectives gagneront en popularité et continueront de grandir, avec ou sans eux.
Au cours de sa profession, Niles s’est associé plusieurs fois avec l’illustrateur métalleux N...

Lire...