Full Moon Features tagged posts

Killjoy 2: Deliverance From Evil (2002)

killjoy2 (1)

Killjoy 2: Deliverance From Evil

(2002)

People need to get more fun out of death.

killjoy2 (5)

Le moins que l’on puisse dire c’est que Killjoy premier du nom n’était pas vraiment un chef d’œuvre impérissable. Malgré tout le film dû être suffisamment rentable pour que Charles Band en commande une suite, avec pour seule condition qu’elle soit aussi cheap que possible afin qu’il puisse en tirer un minuscule bénéfice, aussi insignifiant soit-il. Et ainsi Killjoy 2: Deliverance From Evil accomplit l’exploit d’être encore plus misérable et mal foutu que son prédécesseur, limite incompétent sur le plan technique et dépourvu du moindre scénario. En gros voilà du shot on video tourné à l’arrache dans la forêt avec un simple caméscope et une dizaine d’acteurs au total...

Lire...

Killjoy (2000)

killjoy (1)

Killjoy

(2000)

killjoy (4)

L’humanité est rarement du genre à s’entendre, c’est la raison pour laquelle le monde est secoué par toutes sortes de conflits. Il existe pourtant en ce monde une chose qui semble mettre tout le monde d’accord: Killjoy est une grosse merde. Pas un seul critique ou chroniqueur ne se risquera à dire le contraire, et il est difficile de nier que le film est raté, mal branlé et sans aucune originalité. Rien de surprenant à ça puisque l’on retrouve Charles Band à l’origine du projet, à une époque où sa compagnie commence à gravement piquer du nez...

Lire...

Deadly Ten, la nouvelle arnaque Full Moon ?

Charles Band et sa Full Moon, c’est depuis longtemps une vaste blague pas vraiment drôle, qui ne manque jamais de faire sourire autant que pleurer quand on voit à quoi la compagnie en est réduite depuis sa vieille heure de gloire. Prêt à tout pour gagner le moindre dollar, son créateur s’est lancé dans des affaires tenant parfois de l’arnaque pure et simple depuis ces dernières années. Les films, réalisés au caméscope avec un budget minable, sont secondaires par rapport au merchandising foireux qu’il tente de refourguer à ses vieux fans: souvenons-nous des Badass Dolls, des Monster Bras et de ces boites de céréales dégueulasses avec un DVD en bonus à l’intérieur ! Avec l’explosion actuelle des services streaming, il était évident qu’il s’intéresserait à l’affaire, pouvan...

Lire...

Trancers: The Adventures of Jack Deth (1991)

Trancers: The Adventures of Jack Deth

(1991)

Avant que la compagnie Malibu Comics ne soit rachetée par Marvel au milieu des années 90, elle espérait comme beaucoup percer dans le milieu et disposait de son propre catalogue de titres et de ses propres labels. Rock-It Comix s’intéressait aux groupes de rock, Ultraverse avait sa ligne de super-héros, et Eternity Comics servait de gros fourre-tout où venaient atterrir des revues horrifiques ou au contenu un peu plus mature. Brian Pulido y fit débuter Evil Ernie avant de fonder sa propre boite, Chaos! Comics, et on y trouve un grand nombre d’adaptations de films d’horreur: des grands classiques (Frankenstein et Phantom of the Opera) aux premiers gores (Blood Feast et 2000 Maniacs, déjà chroniqués ici), en passant par de la SF vie...

Lire...

Return to Castle Freak

Cinestate, c’est une petite compagnie dont l’existence remonte à il y a quelques temps déjà mais à qui personne n’a jamais vraiment prêté attention. Cela va changer et particulièrement au sein de la communauté horrifique, puisqu’elle vient d’y faire son nid il y a peu en rachetant les droits du légendaire magazine Fangoria, qui était alors en hibernation depuis l’année 2017 suite à de gros problèmes de publication. Non content de relancer le magazine avec un certain dynamisme et sous le prisme de la nostalgie, le duo à la tête de l’entreprise – Dallas Sonnier et Amanda Presmyk – voient là une occasion en or pour capitaliser sur le genre horrifique.
En plus de récupérer Fangoria, sa réputation et ses fans, ils disposent également des revues sœurs que sont Starlog et...

Lire...

Le Démon et l’Ourson (Look Who’s Talking Too, 1990)

Lost (and found) in the 5th Dimension

Épisode 16

LE DÉMON ET L’OURSON

Look Who’s Talking Too (1990)

Il y a des films auxquels il semble impossible d’échapper à certains moments, et puis avec les années ils disparaissent de toutes les mémoires comme s’ils n’avaient jamais existé. Par exemple, vous souvenez-vous du film Allô Maman, Ici Bébé, avec John Travolta ? Moi non plus, si ce n’est pour quelques images. Je me rappelle d’une intro où les spermatozoïdes commentent leur course à l’ovule et du principe qui était d’entendre le bébé parler comme un adulte, commentant la vie de couple de sa mère et de son nouveau petit ami, et des situations entre adultes et tout petits...

Lire...

Jigsaw (2002)

Jigsaw

(2002)

Having never lived, Jigsaw must die for our sins.

Le boulimique de productions Charles Band l’aura sans doute remarqué, mais il existe différentes “périodes” dans l’histoire de la compagnie. La plus connue et la plus glorieuse est évidemment l’époque Empire, soit juste avant la naissance officielle de la Full Moon, où Band aura fait ses premiers succès via des classiques comme Dolls ou Re-Animator. Puis c’est le déclin progressif, la chute vers le DTV qui est un marché encore très lucratif jusqu’à la première moitié des années 90s. C’est l’époque des premiers Puppet Master, Trancers et Subspecies qui, malgré de grosses différences budgétaires, vont permettre à la Full Moon Entertainment d’accéder à un certain triomphe dans sa catégorie...

Lire...

Puppet Master – Axis Termination et l’état de la saga

1. Puppet Master, bilan d’une franchise

Cela fait maintenant quelques jours que la bande-annonce du prochain Puppet Master vient d’être mise en ligne par la Full Moon – à peine plus d’une semaine après celle de Cult of Chucky, quel hasard – et il y aurait bien des choses à en dire. Suffisamment en tout cas pour ressusciter la rubrique Preview pour l’occasion, chose que je ne fais plus sauf en de rares exceptions...

Lire...

Qu’est-ce qu’un Creepozoid ?

Qu’est-ce que Creepozoids ?

Un film de David DeCoteau, réalisateur “légendaire” de séries B ayant roulé sa bosse dans le fantastique, l’horreur et le porno gay. Sa réalisation compte parmi les plus célèbres des clones d’Alien, sortant du lot grâce à quelques créatures mémorables, une musique type synthé-disco et la présence des seins de Linnea Quigley. En fait il fut un temps où Creepozoids était le film le plus emblématique de sa filmographie, la chose ayant fait sa petite vie dans les vidéo-clubs grâce à son titre amusant et ses séduisantes illustrations de jaquettes. DeCoteau y reviendra constamment tout au long de sa carrière d’ailleurs, ses protagonistes regardant le film à la télévision (Sorority Babes in the Slimeball Bowl-O-Rama, Dr. Alien, Killer E...

Lire...

Phantom Town (1998) | Spooky Town

Phantom Town

(1998)

Avec Charles Band, rien n’est jamais simple et quiconque ne connait rien à ses méthodes risque d’être sérieusement confus en explorant son univers. Entre le renommage constant de sa compagnie (Full Moon Productions, Full Moon Studios, Full Moon Pictures, Full Moon Features) et ses multiples labels eux-mêmes retitrés au fils des ans (Torchlight Entertainement devenant Surrender Cinema, Alchemy Entertainement devenant Big City Pictures, Wizard Video devenant Cult Video – celui-ci ressortant les productions Empire, soit le proto-Full Moon), voir fusionnés ou abandonnés (Shadow Entertainement, Pulp Fantasy Productions, Monster Island Entertainment), il est facile de s’y perdre.
C’est encore pire lorsque ces bannières utilisent le nom de films produit par ...

Lire...