Body Horror tagged posts

Body Melt (1993)

Body Melt

(1993)

The first phase is hallucinogenic.
The second phase is glandular.
The third phase is body melt.

Philip Brody c’est le fondateur du groupe expérimental → ↑ → (ça se prononce “tsk tsk tsk”, ou “tch tch tch” selon votre diction), de la musique australienne se classant dans le registre “art rock”. Un projet multimédia qui l’amène à toucher à la vidéo, réalisant dix courts-métrages en Super 8 qu’il réunira en une compilation en 1982, époque à laquelle il rencontre le producteur Rod Bishop qui va travailler avec lui sur son dernier album en date. L’expérience aura marqué les deux hommes car les voilà de nouveau ensemble dix ans plus tard avec ce Body Melt, film gore que l’artiste semble d’abord vouloir créer sous la forme d’une série de courts-métr...

Lire...

Savaged (2013) AKA. Avenged

Savaged

(2013)

Une bonne petite surprise que ce Savaged (parfois aussi nommé Avenged), un rape and revenge qui prend un détour surnaturel inattendu pour mieux devenir un slasher très sanglant et sans doute inspiré par The Crow (et plus précisément The Crow: Flesh & Blood, qui se déroulait dans le même décors désertique avec une héroïne en guise de vengeur d’outre-tombe). L’histoire raconte comment Zoe, une jolie sourde-muette, traverse le Nouveau Mexique en voiture afin de se rendre chez son petit ami avec qui elle veut faire sa vie. En chemin elle passe par la petite ville d’Acme, un trou perdu où elle rencontre une bande de rednecks forcément racistes qui s’amusent à assassiner quelques indiens...

Lire...

The Twilight Zone (1.15a) – Monsters ! (1986)

ROAD TO HALLOWEEN V

The Twilight Zone

Monsters !

(1986)

Midnight. Not 12 at the clock, but mid night. When twilight and dawn are evenly balanced. One no stronger than the other, each pulling against each other in the opposite directions so that the very fabric of the night is torn appart. Midnight. When the monsters come out.

Monsters ! est le meilleur film de Joe Dante qui n’a pas été réalisé par Joe Dante. Son ombre plane tellement sur ce court qu’il est difficile de croire qu’il n’a rien à voir avec cet épisode, et pourtant… En réalité on le doit au scénariste Rober Crais, qui n’a jamais rien fait de très remarquable si ce n’est écrire le livre à l’origine du sympathique Otage avec Bruce Willis...

Lire...

Giant Monster (2005)

Giant Monster

(2005)

L’industrie du comic-book voit venir un renouveau du genre horrifique au début des années 2000, avec tout particulièrement l’émergence de trois nouvelles séries qui devinrent populaire bien rapidement, et leurs auteurs respectifs. Ce sont Tim Seeley avec Hack/Slash, le moins connu mais le plus fun du lot, Robert Kirkman avec The Walking Dead, le plus célèbre et paradoxalement le moins bon, et enfin Steve Niles avec 30 Jours de Nuit, probablement le meilleur même s’il se fait très discret. Ces hommes vont continuer leurs carrières avec d’autres titres tandis que leurs créations respectives gagneront en popularité et continueront de grandir, avec ou sans eux.
Au cours de sa profession, Niles s’est associé plusieurs fois avec l’illustrateur métalleux N...

Lire...

House of Mystery #1 – The Hollows (2008)

House of Mystery #1

The Hollows

(2008)

For, even though all mysteries contain secrets,
not all secrets contain mysteries.
– Cain

House of Mystery et House of Secrets étaient deux titres servant d’anthologies horrifiques et fantastiques chez DC Comics, flirtant également avec le récit à suspense. Totalement inspirés par le succès les EC Comics. Il y a là justement une histoire secrète autour de leur création puisque les fondateurs de DC étaient autrefois les partenaires du père de Bill Gaines (patron d’EC et créateur des Tales From the Crypt et compagnie). C’est Gaines, Sr. qui révolutionna – relança ! – l’industrie comics aux États-Unis et sans lui, rien de ce qui n’existe désormais n’aurait été possible...

Lire...

The Vault of Horror #27 – Strictly From Hunger ! (1952)

ROAD TO HALLOWEEN IV

The Vault of Horror #27

Strictly From Hunger !

(1952)

 

Oui, encore du EC Comics pour cet Halloween cuvée 2017. Et a vrai dire je pourrai continuer comme ça éternellement tant ils sont une source d’inspiration inépuisable: il me serait très facile de m’emparer de n’importe quel numéro de Tales From the Crypt, The Vault of Horror ou de The Haunt of Fear et de sélectionner une histoire au hasard, chaque revue renfermant d’innombrables trésors de l’Horreur qui méritent d’être explorés. Pour autant cette fois, j’ai voulu choisir l’une de mes favorites, une de celle que je n’ai jamais oublié malgré les années et peu de relecture. Et dont le monstre est particulièrement horrible.
Avec Strictly From Hunger !, EC signe un épisode qui n’a jamais été repr...

Lire...

Carnage: It’s a Wonderful Life (1996)

Carnage: It’s a Wonderful Life

(1996)

Second one-shot dédié à Carnage après l’excellent Mind Bomb de Warren Ellis, ce It’s a Wonderful Life en constitue un très bon supplément puisqu’il en reprend les thèmes pour les pousser encore plus loin. A la manière du film The Cell, le Dr. Kafka va cette fois s’introduire au sens propre dans le mental détraqué de son patient et se laisser contaminée par sa folie. Quant au graphisme organique de Kyle Hotz, qui faisait des merveilles dans l’opus précédent, il ajoute une touche de continuité bienvenue à l’ensemble.

L’intrigue se déroule plusieurs mois après Mind Bomb et entre temps se sont déroulés les événements de Web of Carnage, dans les pages de Spider-Man, durant lesquels le symbiote a tenté une évasion en utilisa...

Lire...

Carnage: Mind Bomb (1996)

Carnage: Mind Bomb

(1996)

Les années 90 furent une période sombre pour l’industrie des comics, une époque où la notion d’héroïsme et d’aventure céda la place à l’ultra-violence, la sexualisation à outrance et à la provocation gratuite. Tout était “extrême” et la frontière entre héros et vilains devenait assez mince, l’émergence de nouvelles figures anti-héroïques devenant à la mode. Le personnage de Carnage pourrait être vu comme l’incarnation de ces temps immatures puisque victime des symptômes les plus flagrants…

Clone de Venom (lui-même version négative de Spider-Man) en plus dangereux, doté de pouvoirs jamais clairement définis (on l’a vu devenir géant, se déplacer par ordinateur interposé, générer tout un arsenal selon ses besoins en plus d’ê...

Lire...

Preview: Bio-Slime

Encore en pleine production, arrive ce Bio-Slime, un gros B (ou Z ?) qui sent bon le monstre visqueux d’antan, du type The Blob, The Stuff, The Thing, les frasques d’un Street Trash et une foulée de petits films qu’on pouvait trouver à tour de bras dans nos vieux vidéo-clubs (les sympas où on restait quelques temps, pas les machins expéditifs ou les machines d’aujourd’hui). Bio-Slime raconte la transaction d’un dealer qui tourne mal. Le client et le trafiquant décèdent tous les deux et la compagne du dernier prend la fuite avec une étrange mallette qui appartenait à l’acheteur. Elle revient à son appartement où elle habite avec quelques losers (un artiste alcoolique, une jeune femme battue par son petit ami et un voisin de chambre accro aux amphétamines)...

Lire...

Street Trash 2, ou le retour d’une Légende

La rumeur la plus folle du moment est qu’un Street Trash 2 va voir le jour.

Quant on sait que Creepshow 3 ou Day of the Dead 2 (nooooooooooooon !!!!!) existent, ça ne devraient plus autant nous étonner que ça. Désormais au nom de l’argent on n’hésite plus à (re)créer une franchise à partir de vieux classique. Cependant Street Trash a toujours était un titre de légende et une œuvre chaotique très particulière, et prendre ce film-là pour lancer une entreprise pareil aurait été non seulement risqué mais très peu envisageable de la part d’un producteur mainstream

Et bien voilà que l’annonce de cette suite ne vient pas d’un quelconque grand manitou d’Hollywood mais du génial Roy Frumkes lui-même ! L’homme ayant scénarisé le film original, et entre autre réalisé le superbe ...

Lire...