Category Cinéma

A Christmas Treat (1985)

12 DAYS OF CHRISTMAS

A Christmas Treat

(1985)

Tim Sullivan, c’est un cas assez fascinant puisque celui d’un gars qui a su s’associer avec les bonnes personnes aux bons moments pour élever sa position dans le cinéma de genre, qui a eu de belles opportunités, mais qui n’en a finalement jamais rien fait de bien probant. Ainsi le bonhomme a commencé très jeune sur le génial Deadly Spawn (où il n’a eu que de tout petits boulots, ce qu’il évite d’ébruiter), fut assistant sur quelques grandes productions (Le Parrain 3), s’est acoquiné avec Eli Roth durant son moment de gloire et se rapprocha de grands magazines spécialisés comme Fangoria ou Rue Morgue pour consolider sa présence dans le milieu et surtout récupérer quelques projets intéressants par leur biais, comme le Ho...

Lire...

Angels With Filthy Souls (1990)

12 DAYS OF CHRISTMAS

Angels With Filthy Souls

(1990)

“Tu vas avoir droit à dix p’tites secondes pour déplacer ton gros cul dégueulasse.
Hors de chez moi, sinon j’te plombe les boyaux avec du calibre 12 !
1…2…10 !

Si vous vous souvenez de cette citation, félicitation ! C’est que vous avez sûrement grandit en regardant Maman, J’ai Raté l’Avion ! plusieurs fois et que certains détails se sont incrustés pour toujours dans votre subconscient...

Lire...

Silent Night, Bloody Night (1972)

Silent Night, Bloody Night

(1972)

Il convient de ne pas confondre ce Silent Night, Bloody Night de 1972 avec le plus célèbre Silent Night, Deadly Night, qui lui date de 1984. Car quand bien même ils soient tous les deux des “films d’horreur se déroulant en période de Noël”, ils ne peuvent pas être plus différent, l’un étant un slasher conçu durant le boom du genre, l’autre évoquant plutôt un thriller violent dans la veine de Psychose et Dementia 13. Tourné en 1970 sous le titre de Night of the Dark Full Moon, il précède même Black Christmas dans l’utilisation de la saison des cadeaux comme toile de fond pour son intrigue, même s’il faut avouer que dans ce cas particulier cela reste pratiquement anecdotique...

Lire...

Son of Santa (2008)

12 DAYS OF CHRISTMAS

Son of Santa

(2008)

Avant Astron-6, il y avait Greypoint Films. Quelle est la différence ? Il s’agit en fait de l’association de trois des cinq membres de l’équipe avant que celle-ci ne soit pleinement formée. Plus exactement, c’est le nom choisi par Conor Sweeney et Matt Kennedy lorsqu’ils n’étaient qu’un duo faisant de petites vidéos dans leur coin pour s’amuser...

Lire...

EXCELSIOR, un adieu à Stan Lee (1922-2018)

Le légendaire Stan Lee s’est éteint hier à l’âge impressionnant de 95 ans, touché par des complications liées à une sévère pneumonie, et en réalité par de nombreux autres problèmes. Aveugle depuis plusieurs années, partiellement sourd, les derniers moments de sa vie furent particulièrement difficile à suivre entre la mort de son épouse Joan l’an dernier, des conflits avec sa propre fille par rapport à son immense héritage et des abus de nombreuses personnes désireuses de récupérer son argent, comme ce gros connard de Keya Morgan, collectionneur s’étant attiré sa confiance durant sa période de deuil afin de détourner de nombreux biens, et même de délirantes accusations de harcèlement sexuel...

Lire...

To Hell and Back: The Kane Hodder Story (2017)

To Hell and Back: The Kane Hodder Story

(2017)

En 2011, Kane Hodder s’associe avec l’auteur Michael Aloisi pour écrire son autobiographie. Ensemble ils accouchent de Unmasked: The Story of the World’s Most Prolific Cinematic Killer, un livre finalement très différent de ce que l’on pourrait en attendre. Car plutôt que de s’attarder sur la filmographie du cascadeur, de ses débuts dans la profession à son engagement dans le rôle de Jason Voorhees, avec ce que cela signifie en anecdotes sur sa filmographie et ses collègues du milieu horrifique, l’ouvrage préfère se concentrer sur un épisode très particulier de la vie de son sujet: celui où il fut victime de brûlures terribles suite à un numéro raté, de l’horreur de l’accident à sa longue et douloureuse hospitalisation...

Lire...

Blood Feast (2016)

Blood Feast

(2016)

Conçu en 2016, ce remake de Blood Feast ne sort finalement que cette année, faute d’intéresser qui que ce soit. Il faut dire que le concept n’a rien de particulièrement séduisant puisque, contrairement aux vraies / fausses suites engendrées par l’original qui ne se prenaient pas au sérieux, cette nouvelle version choisit de faire dans le premier degré le plus absolu. Une décision difficilement compréhensible et aux antipodes de l’univers de H.G. Lewis, forain déviant qui avait le divertissement dans le sang. Le réalisateur, Marcel Walz, assume et prétend même que le Parrain du Gore était impliqué dès le début sur ce projet, appréciant cette nouvelle direction...

Lire...

Summer of ʽ84 (2018)

Summer of ʽ84

(2018)

“Vaginas are magical !

L’été touche à sa fin, aussi voilà l’occasion parfaite pour parler de Summer of ʽ84, un film qui se déroule trente-quatre ans dans le passé. Je le sais bien puisque c’était mon anniversaire ce mois d’Août. Quoiqu’il en soit, étant donné le paysage cinématographique actuel, ce titre suffit à exposer les intentions des responsables: jouer sur la nostalgie du public pour les Eighties et ainsi capitaliser sur le succès fulgurant de Stranger Things et du nouveau Ça. L’intrigue s’intéresse ainsi à l’aventure dangereuse vécue par une bande de garçons qui n’ont ni Internet, ni Xbox, ni iPhones pour passer le temps...

Lire...

Leprechaun: Back 2 tha Hood (2003)

Leprechaun: Back 2 tha Hood

(2003)

“Even if you steal for God, you still have to pay the Devil.

Compte-tenu des mystérieux problèmes de production dont a souffert Leprechaun in the Hood, il n’est pas étonnant de voir la Trimark plaquer la franchise. Celle-ci est heureusement récupérée par Lions Gate (qui en toute honnêteté récupère un peu n’importe quoi dans son catalogue) qui engendre un nouvel opus après quelques années de gestation. Bonne nouvelle: Gabe Bartalos et Warwick Davis reviennent, garantissant la continuité entre ce nouveau Leprechaun et les précédents, et assurant surtout le retour de la fanbase. Car bien que la série change de bannière, la formule reste la même et l’idée est de continuer les aventures du lutin irlandais comme d’habitude...

Lire...

Inara, the Jungle Girl (2012)

Inara, the Jungle Girl

(2012)

Il y a quelques années je vous avais parlé de films fétiches japonais, que l’on peut apparenter à du cinéma pornographique du fait de son lien étroit avec le BDSM à la différence que la représentation du coït lui-même, parfois même de la nudité, peut en être totalement absent. Par définition le fétiche est une “préférence” qui va exciter, et il n’est ainsi pas nécessaire d’en faire plus. Et si pendant longtemps cette notion se rapportait à des pratiques érotiques et/ou sexuelles ou a des tenues que l’on retrouve dans le milieu proche du bondage (uniforme militaire, de secrétaire, latex, cuir, etc), la nouvelle génération a fini par lui trouver de nouveaux terrains d’exploration...

Lire...