Category Cinéma

Candy Corn (2019)

Candy Corn

(2019)

N’y allons pas par quatre chemins: Josh Hasty, le réalisateur de ce Candy Corn, est un hipster. Avec sa grosse barbe huilée et taillée, ses cheveux laqués et ses grosses lunettes, il est de ces jeunes hommes qui pensent exprimer leur personnalité “unique” avec leur look sans comprendre qu’ils obéissent à la même mode comme des moutons et se ressemblent tous: interchangeables et semblant sortir d’une pub pour parfum ou vêtements chics. Et l’air de rien ceci explique beaucoup de choses sur son film...

Lire...

The Vineyard (1989)

ROAD TO HALLOWEEN VI

The Vineyard

(1989)

Dans l’univers de la série B, l’acteur James Hong est comparable à un véritable trésor qu’il convient de chérir et de protéger. D’autant que le bonhomme, désormais âgé de 90 ans, va sans doute sur ses derniers jours et qu’il faut s’attendre à tout moment à le voir disparaitre. Aussi lorsque ressort dans une copie haute définition The Vineyard, l’une de ses rares réalisations et seul vrai  représentant du cinéma d’exploitation dans le lot, il convient de revisiter ce petit film passé plutôt inaperçu à l’époque. L’expérience Big Trouble in Little China en 1986 l’a sans doute beaucoup marqué, et comme celle John Carpenter son histoire opère une surprenante fusion des genres, empruntant aussi bien à l’horreur qu’au récit...

Lire...

Lumberjack Man (2015)

ROAD TO HALLOWEEN VI

Lumberjack Man

(2015)

You’ll all end up in the asses of an ocelot !

Film d’horreur indépendant présenté en son temps dans au festival annuel 8 Films to Die For organisé par After Dark Films, Lumberjack Man semble a priori être l’habituel slasher mettant en scène un boogeyman surnaturel à la Freddy ou Jason. Un énième avatar du genre qui marche sur les traces de Hatchet pour son aspect grand guignolesque et l’exagération à l’extrême des scènes sanglantes. C’est en grande partie vrai, mais attention, car comme le titre l’indique un peu (l’homme-bûcheron, ce qui ne fait pas très sérieux) il s’agit en fait d’une parodie. Pas une caricature façon Scary Movie où tout est résolument absurde mais une comédie impossible à prendre au sérieux en...

Lire...

Robert Forster (1941-2019)

Il y a quatre jours s’est éteint l’acteur Robert Forster, mort à l’âge de 78 ans d’une foutue tumeur au cerveau. Une triste fin pour cet homme qui forçait naturellement la sympathie par son simple charisme. C’était comme ça, il n’y pouvait rien: aussitôt qu’il apparaissait à l’écran, on ne pouvait s’empêcher de le trouver cool. Fils d’un entraineur pour éléphants de cirque (!), il n’a jamais vraiment accédé à la grande célébrité même si les médias et le grand public se rappellera l’avoir vu chez Quentin Tarantino avec Jackie Brown et surtout dans Breaking Bad, l’un des plus grands hits télévisés de notre temps. Et hélas, c’est généralement à ça que la masse populaire limite sa carrière...

Lire...

A Return to Salem’s Lot (1987)

ROAD TO HALLOWEEN VI

A Return to Salem’s Lot

(1987)

Lorsque Larry Cohen va chez la Warner Bros. dans l’espoir d’obtenir les droits de House of Wax pour en faire un remake, il rentre chez lui avec un deal complètement différent: les producteurs acceptent de le financer mais seulement s’il réalise une seconde suite à It’s Alive et un remake du Salem’s Lot de Tobe Hooper. Le cinéaste se retrouve à tourner ces deux projets l’un derrière l’autre avec pratiquement la même équipe, le même casting, et peut-être bien le même budget ! En résulte A Return to Salem’s Lot, qui malgré son titre n’est absolument pas une séquelle au téléfilm de 1979, et It’s Alive III: Island of the Alive, deux œuvrettes mineures dans la carrière du metteur en scène destinées à alimenter le marc...

Lire...

Pledge Night (1990)

ROAD TO HALLOWEEN VI

Pledge Night

(1990)

Si l’on se souvient principalement de la Shapiro-Glickenhaus Entertainement comme étant la boite responsable de l’Exterminator avec Robert Ginty, celle-ci n’a pas pondu que des films d’action et possède quelques titres horrifiques dans son catalogue: C.H.U.D., Maniac Cop, Frankenhooker, les suites de Basket CasePledge Night n’est pas le plus connu du lot, slasher tardif développé à la fin des années 80 alors que le genre s’essouffle et qui ne fut pas distribué avant le tout début de la décade suivante...

Lire...

Sid Haig (1939-2019)

On s’en doutait un peu depuis l’annonce de son hospitalisation en début de mois, mais l’éternel barbu Sid Haig s’en est allé, n’ayant finalement pas survécu aux complications liées à son infection pulmonaire. Il part malgré tout au très bel âge de 80 ans et avec un dernier film sortant actuellement dans les salles ! Une maigre consolation, même s’il faut admettre que le géant avait prit un sacré coup de vieux ces derniers temps, son apparition dans la bande-annonce de 3 From Hell le montrant plutôt amoindri. On préfèrera garder de lui l’image d’un gros dur au sourire carnassier, celle-là même qu’il n’a eu de cesse de nous montrer à travers une longue liste de bandes d’exploitation débridées et ultra violentes...

Lire...

Jason Goes to Hell: The Final Friday – Official Movie Adaptation (1993)

Official Movie Adaptation

Jason Goes to Hell: The Final Friday

(1993)

Dire que Jason va en Enfer est l’opus le plus controversé de sa saga est un euphémisme. Si Jason Takes Manhattan est souvent perçu comme le plus mauvais film de la franchise en raison de sa lenteur de progression, de sa faible violence et de son titre quasiment mensonger, il demeure accepté en tant que tel malgré tout. L’œuvre d’Adam Marcus, en revanche, est presque universellement conspuée pour ses choix scénaristiques qui relègue le tueur au masque de hockey à l’arrière-plan et modifie sa mythologie de telle manière que l’intrigue se connecte très difficilement avec le reste de la série. Même de nos jours, après de multiples séquelles et la disponibilité d’une version uncut restaurant un grand...

Lire...

Billy Drago (1945-2019)

Avec Brion James et Richard Lynch, Billy Drago était sans doute mon second couteau préféré à retrouver au hasard des films et des séries télé. Une trogne mémorable et naturellement imposante lui ayant valu de continuellement jouer le méchant de service. Sadique, menaçant, le pauvre acteur se montrait si naturel dans la peau d’un antagoniste qu’il serait presque plus facile de retenir les nombreux sévices qu’il commit dans sa longue filmographie (plus d’une centaine de rôles au total) que de la qualité de son interprétation, qui elle était plutôt variable d’une production à l’autre. Capable du meilleur comme du pire (son jeu outrancier dans l’épisode “interdit” de Masters of Horror, c’est quand même quelque chose), l’homme se donnait à fond dans tous les cas, se mo...

Lire...

B-Movie Posters, Volume 3 (2019)

Damien Granger

B-Movie Posters, Vol. 3

(2019)

Les volumes se suivent et se ressemblent, et du coup il me parait difficile de parler de ce troisième B-Movie Posters sans répéter tout ce que j’ai déjà dis à propos des livres précédents. On ne change pas une équipe gagnante et nous retrouvons donc le journaliste Damien Granger et son maquettiste Matthieu Nédey pour une nouvelle fournée débarquant juste quelques mois après le dernier opus. Une vitesse de production assez hallucinante puisque cette fois ce sont carrément deux tomes qui nous parviennent en même temps: l’attendu Volume 3 et le spin-off Creature Feature Edition, qui comme son titre l’indique traite exclusivement des gros monstres peuplant le genre horrifique, des animaux géants aux mutants radioactifs...

Lire...