Érotique tagged posts

Killer Eye: Halloween Haunt (2011)

ROAD TO HALLOWEEN VIII

killereyehalloweenhaunt (21)

Killer Eye: Halloween Haunt

(2011)

Let’s rub donuts.

killereyehalloweenhaunt (9)

En 1999, David DeCoteau réalise The Killer Eye pour Charles Band, une série B lorgnant vers le hentai live action. Une œuvre à la sexualité schizophrène puisque si l’intention était de plaire aux garçons en leur proposant de jolies donzelles nues se faisant tripoter par un monstre armé de tentacules péniens, son metteur en scène homosexuel y injectait ses propres fantasmes à bases d’éphèbes en caleçons blancs se partageant le même lit. Un film bordélique tant par son érotisme contradictoire que ses problèmes de budget, la Full Moon fonctionnant à l’économie la plus totale depuis la seconde moitié des années 90, dans lequel personne n’y trouvera son compte à part quelques fans irréductibles...

Lire...

Beach Fever (1988)

beachfever (15)

Beach Fever

(1988)

beachfever (7)

S’il fallait résumer Beach Fever en deux mots, ce serait “chaotique” et “pathétique”, le film oscillant constamment entre les deux. A l’origine du projet il y a le producteur Alexander Tabrizi, un spécialiste de la série B à petit budget (Bloodsport II, Cyborg 3, The Lost Empire de Jim Wynorski) qui décida un jour de passer derrière la caméra. S’associant avec des scénaristes qui n’auront jamais rien fait d’autres et dont les noms sonnent faux – Francis X. Cornan et Larry W.W. Talbot, certainement des pseudonymes pour le cinéastes et l’un de ses associés, il livre là une comédie grasse à destination des adolescents, du genre à taper sous la ceinture et à jouer tant du slapstick cartoonesque que de l’érotisme à la Playboy...

Lire...

Midnight Blue (1979)

midnightblue (14)

Midnight Blue

(1979)

midnightblue (6)

Midnight Blue, aussi connu sous le titre amusant de La Domenica del Diavolo (le dimanche du Diable), fait partie de ce sous-genre du home invasion / rape and revenge très populaire durant les 70s, principalement généré par La Dernière Maison sur la Gauche. L’Italie était d’ailleurs assez prolifique en la matière avec de nombreux représentants bien connus des adeptes du cinéma Bis: La Bête Tue de Sang Froid, La Maison au Fond du Parc, La Proie de l’Autostop… Réalisé par Raimondo Del Balzo, principalement scénariste (Cop Target d’Umberto Lenzi, Paganini Horror de Luigi Cozzi), ce nouvel avatar reprend à son compte le cadre de la villa en bord de mer vu dans La Dernière Maison sur la Plage, sorti tout juste l’année précédente...

Lire...

Female Prisoner Σ – Sigma – (2006)

femaleprisonersigma (18)a

Female Prisoner Σ

– Sigma –

(2006)

femaleprisonersigma (4)a

Female Prisoner Σ, ou Female Prisoner Sigma pour ceux qui ne comprennent pas le grec, est selon toutes les apparences un énième women in prison au rabais comme il en existe des tas au Japon. Une copie carbone de La Femme Scorpion tournée au caméscope qui promet beaucoup d’après l’affiche, la campagne marketing garantissant un film d’exploitation bourré de nudité et de séquences BDSM. Et c’est plus ou moins le cas, la chose étant le second opus d’une petite collection produite dans les années 2000 par GP Museum Soft, la compagnie responsable de quelques autres V-Cinema coquins comme Cruel Restaurant et Undead Pool. Tous des softcores plus ou moins épicés qui balancent leurs héroïnes en petites tenues dans les pires pénitenciers du p...

Lire...

Horrible High Heels (1996)

horriblehighheels (2)

Horrible High Heels

(1996)

horriblehighheels (5)b

Il fut un temps où Horrible High Heels était placé aux côtés d’autres grands category III comme Dr. Lamb, Ebola Syndrome ou Red to Kill. C’était à l’époque où ces bandes étaient encore difficiles à dénicher et entourées d’une aura de mystère. Depuis les choses ont bien changées et la plupart de ces titres sont devenus facilement trouvables, permettant à chacun de juger par soi-même de leurs qualités. Et si certaines demeurent effectivement à la hauteur de leur réputation (The Untold Story régnant probablement champion, suivi de près par Run and Kill) d’autres se révèlent être de sacrée déception comme celle-ci, qui est loin d’être le Massacre à la Tronçonneuse chinois que certains décrivent. De son véritable titre 人皮高跟鞋...

Lire...

Getting Lucky (1990)

Getting Lucky

(1990)

I’m not Jesus Christ, I’m a Leprechaun.

Getting Lucky, étrangement retitré Bikini Boy chez nous, est la tentative un peu triste du producteur Philip J. Jones de livrer une sex comedy pour teenagers dans l’esprit de Zapped ! et Une Créature de Rêve. Sans surprise le résultat ressemble beaucoup à son film précédent, Princess Warrior, dont il partage la même nature de softcore camouflé en film tout public (!) avec un humour au ras des pâquerettes et un rendu ultra cheap. Par là je veux dire que la chose fut filmée en deux semaines sans le moindre permis, et avec une chaise roulante pour effectuer les travellings de caméra...

Lire...

Inner Sanctum 2 (1994)

Inner Sanctum 2

(1994)

Inner Sanctum n’avait pas besoin d’une suite et il est même difficile de croire que le film a rencontré la moindre popularité, que ce soit en vidéo club ou sur le câble. Et pourtant trois ans plus tard Fred Olen Ray revient avec ce nouvel opus qu’il scénariste lui-même sous pseudonyme et avec l’aide d’un Steve Armogida, futur réalisateur de Bikini Drive-In et Masseuse. Étrangement le duo livre une histoire extrêmement fidèle à l’original au point de faire des rappels à nombreux détails insignifiants, comme pour s’assurer de ne pas perturber les fans hardcore du premier volet. Margaux Hemingway reprend son rôle mais Tanya Roberts disparait, et avec elle toute prétention qu’il s’agit là d’un thriller érotique...

Lire...

Inner Sanctum (1991)

Inner Sanctum

(1991)

Le thriller érotique est sans aucun doute le vilain petit canard de la série B, un sous-genre qui ne s’assume pas vraiment puisque sa seule raison d’être est d’aligner des scènes de sexe à la manière de n’importe quel softcore mais sans prétendre être un film de cul pour autant. Et si l’on réhabilite désormais toute forme de cinéma d’exploitation, du porno au western en passant par l’horreur, l’action et la SF, il reste sur le carreau car personne ne veut jamais parler de lui. Il faut dire que son format hybride ne l’aide pas trop, les séquences épicées n’allant jamais très loin tandis que le suspense se limite généralement au strict minimum...

Lire...

Mummy Raider (2002)

Mummy Raider

(2002)

Le tout début des années 2000 marque un tournant dans le paysage culturel et cinématographique, avec la démocratisation du DVD et l’évolution d’Internet qui devient désormais une norme. Car c’est la combinaison de ces deux éléments qui va créer un moyen de distribution alternatif pour les petites compagnies et les cinéastes indépendants: il est désormais possible de se spécialiser dans un genre très spécifique, et donc peu vendeur sur le marché général, sans dépenser des fortunes en publicité et commercialisation. Il suffit ainsi d’utiliser sites et forums pour s’adresser directement au public-cible spécifique et s’assurer de son soutien...

Lire...

Deadly Ten, la nouvelle arnaque Full Moon ?

Charles Band et sa Full Moon, c’est depuis longtemps une vaste blague pas vraiment drôle, qui ne manque jamais de faire sourire autant que pleurer quand on voit à quoi la compagnie en est réduite depuis sa vieille heure de gloire. Prêt à tout pour gagner le moindre dollar, son créateur s’est lancé dans des affaires tenant parfois de l’arnaque pure et simple depuis ces dernières années. Les films, réalisés au caméscope avec un budget minable, sont secondaires par rapport au merchandising foireux qu’il tente de refourguer à ses vieux fans: souvenons-nous des Badass Dolls, des Monster Bras et de ces boites de céréales dégueulasses avec un DVD en bonus à l’intérieur ! Avec l’explosion actuelle des services streaming, il était évident qu’il s’intéresserait à l’affaire, pouvan...

Lire...