Canuxploitation tagged posts

Aquaslash (2019)

aquaslash (12)

Aquaslash

(2019)

aquaslash (5)

Aussi étrange que cela puisse paraître, le slasher n’a jamais exploité le milieu du parc aquatique ou de la pataugeoire malgré les possibilités que cela représente. Une occasion pourtant parfaite pour réunir du jeune, mettre les filles en bikini et inventer des meurtres créatifs en lien avec l’environnement. Seul l’allemand The Pool a vraiment tenté le coup, mais dans une piscine couverte et avec bien peu d’inventivité, à l’exception de cette machette traversant un toboggan et venant stopper brutalement la glissade d’une malheureuse en se fichant entre ses jambes. C’est peut-être justement cette scène qui inspira le québécois Renaud Gauthier, déjà auteur d’un slasher à thème avec Discopath, pour cet Aquaslash dont le titre est évidemment un jeu d...

Lire...

Snake Eater II: The Drug Buster (1989)

snakeeater2 (1)

Snake Eater II: The Drug Buster

(1989)

snakeeater2 (8)

En 1989 sort Snake Eater, un film d’action qui propulse son héros, un McGuyver de la guérilla, dans l’univers du survival à la Massacre à la Tronçonneuse. En 1989 sort également Snake Eater II, suite tournée back-to-back avec son prédécesseur et réunissant la même équipe créative. George Erschbamer reste à la réalisation, les producteurs John Dunning et Michael Paseornek s’occupent toujours du scénario (cette fois aidés d’un troisième larron, Don Carmody, collègue ayant bossé sur les mêmes films qu’eux) et naturellement Lorenzo Lamas reprend le rôle de Jack “Soldier” Kelly, ancien militaire devenu flic à la brigade anti-drogue...

Lire...

The Brain (1988)

thebrain (15)

The Brain

(1988)

– Look, its tail is growing.
– Spinal cord, Verna. It’s a brain, not an animal.

thebrain (3)

Par l’équipe responsable des pas très fins Alien Warrior et Bloody Birthday, j’ai nommé le scénariste Barry Pearson et le cinéaste Ed Hunt, voici venir The Brain, une grosse série B en caoutchouc qui, comme son titre l’indique, traite d’un gros cerveau. De la matière grise extraterrestre et carnivore qui dévore ses proies autant qu’elle les asservie à l’aide de ses ondes mentales surpuissantes. De la pure science-fiction grossière des années 50 qui a priori n’est pas sans évoquer certaines références en la matière comme The Brain From Planet Arous et Donovan’s Brain...

Lire...

Snake Eater (1989)

Generated on March 23, 2015, 7:58 pm

Snake Eater

(1989)

Jack Kelly, a former Marine and undercover agent, was found dead today.
Cause of death: excessive masturbation, due to extreme boredom while waiting for a drug bust.

snakeater (11)

Lorenzo Lamas, tout le monde semble le connaitre malgré que sa filmographie ne propose pas un seul grand film, pas un seul gros succès qui aurait pu permettre d’établir son nom. Toute sa réputation repose en fait sur sa participation à une vieille série connue chez nous sous le titre du Rebelle: l’image de l’acteur, cheveux long, tatouages sur les bras, chevauchant une Harley Davidson tandis qu’un narrateur raconte son passé tragique, est devenu culte même pour ceux qui n’ont jamais vu un seul épisode du show. C’est ainsi depuis 1992 et c’est encore le cas maintenant...

Lire...

Blue Monkey (1987) | Insect !

bluemonkey (18)

Blue Monkey

(1987)

bluemonkey (11)

Vers la fin des années 80, le producteur Sandy Howard signe un contrat de trois films avec la RCA-Columbia, assurant la distribution en salle de petits films d’exploitation à faible budget. Le voilà donc à superviser en même temps la mise en chantier de chacun de ces titres: l’actioner Nightstick, avec Leslie Nielsen, le film d’horreur Dark Tower, sans lien avec Stephen King, et le thriller médical Green Monkey, qui s’inspire de l’horrible propagation du SIDA qui affolait alors tout le monde. Le titre est notamment issu de la théorie voulant que le virus serait originaire de l’espèce des vervets, ou singes verts d’Afrique, et le scénario co-écrit avec George Goldsmith (Les Démons du Maïs, d’après Stephen King pour le coup) ne parlait de rien d’autre q...

Lire...

Tiger Claws III (2000) | Tiger Claws III: The Final Conflict

Tiger Claws III

(2000)

Tiger Claws III, parfois titré Tiger Claws III: The Final Conflict, est le prototype même du film inutile. La séquelle de trop qui n’apporte rien de neuf et fait de l’ombre à ses prédécesseurs déjà pas vraiment bons. On y retrouve pourtant la même équipe, de Jalal Merhi qui produit et joue le premier rôle au scénariste / réalisateur qui assure un minimum de continuité entre les différents volets alors qu’on ne lui en demande pas tant, en passant par une Cynthia Rothrock forcément sous-employée et d’ailleurs grossièrement mise à l’écart via sa mort expéditive qui intervient au bout de vingt minutes. N’ayez crainte, elle revient malgré tout à la fin grâce à un twist final inattendu mais ridicule qui donne surtout l’impression d’avoir pe...

Lire...

Tiger Claws II (1996)

Tiger Claws II

(1996)

Suite tardive que ce Tiger Claws II, toujours produit par Jalal Merhi et sa propre compagnie FilmOne mais désormais sans la participation de Shapiro-Glickenhaus Entertainment. Un projet évidemment influencé par le succès de Mortal Kombat sorti l’an passé dont il reprend l’idée du tournoi clandestin et des éléments surnaturels. Un choix étrange tant le premier opus était ancré dans la réalité, mais au moins le virage ne se fait pas à cent quatre-vingt degrés car le film poursuit bel et bien les évènements de celui-ci pendant deux bons actes, réunissant les protagonistes originaux pour une nouvelle chasse à l’homme avec ici l’inclusion des Triades en guise d’antagonistes supplémentaires...

Lire...

Tiger Claws (1991)

Tiger Claws

(1991)

Kiss my yellow ass !

Un personnage intéressant que ce Jalal Merhi, avec son physique à la Steven Seagal, son accent indéfinissable et son incapacité à émettre la moindre émotion. Autrefois joaillier, il a un jour décidé de devenir une action-star et de gonfler son égo en portant le plus de casquettes possible sur les productions où il apparait: acteur, scénariste ou encore chorégraphe des scènes de combat. Un fantasme qui lui est devenu possible lorsqu’il revendit sa bijouterie pour une grosse somme d’argent et qu’il s’associa avec Shapiro-Glickenhaus Entertainment, parfaite rivale de la PM Entertainment sur le marché vidéo des années 90. Ainsi, après Fearless Tiger en guise de premier essai, le bonhomme remet le couvert avec ce Tiger Cl...

Lire...

Summer of ʽ84 (2018)

Summer of ʽ84

(2018)

“Vaginas are magical !

L’été touche à sa fin, aussi voilà l’occasion parfaite pour parler de Summer of ʽ84, un film qui se déroule trente-quatre ans dans le passé. Je le sais bien puisque c’était mon anniversaire ce mois d’Août. Quoiqu’il en soit, étant donné le paysage cinématographique actuel, ce titre suffit à exposer les intentions des responsables: jouer sur la nostalgie du public pour les Eighties et ainsi capitaliser sur le succès fulgurant de Stranger Things et du nouveau Ça. L’intrigue s’intéresse ainsi à l’aventure dangereuse vécue par une bande de garçons qui n’ont ni Internet, ni Xbox, ni iPhones pour passer le temps...

Lire...

The Brood (1979)

The Brood

(1979)

Tout juste après avoir mis en place son univers avec ses deux véritables premiers films, Frissons et Rage, David Cronenberg termine les années 70 en réalisant deux films. Le premier est Fast Company, basique film de course automobile plutôt éloigné de l’esprit de ses films précédents, puis ce The Brood (oublions le titre français Chromosome 3, tout bonnement nonsensique quoiqu’en bonne concurrence avec celui, canadien, de La Clinique de la Terreur), un film dans la continuité de son œuvre et marquant une étape fondamentale dans l’évolution de celle-ci.

On note tout d’abord la volonté d’assumer pleinement l’œuvre à la vue du titre, précédant celui-ci par le nom du réalisateur (David Cronenberg’s The Brood), un peu à la manière ...

Lire...