Pin-Up – Blake Gaines (San Andreas, 2015)

Lost (and found) in the 5th Dimension

Épisode 32

 

Pin-Up

BLAKE GAINES

Alexandra Daddario – San Andreas (2015)

 

pinupblakegaines (2)

 

Héroïne du film catastrophe San Andreas, la jolie Blake est la fille du super-sauveteur Ray Gaines, qui se retrouve évidemment en danger lorsqu’un tremblement de terre surpuissant ravage la la fosse de San Andreas et pulvérise les villes de Los Angeles et San Francisco. Une demoiselle en détresse qui fait office de moteur du film puisque ses parents, en plein divorce suite à une tragédie (la mort de leur autre enfant, que Ray n’est pas parvenu à sauver), vont devoir se réunir au sens propre comme au figuré pour la retrouver, mais qui n’est pas impuissante pour autant. Larguée dans une cité en proie au chaos, elle a beaucoup à faire pour assurer sa propre survie en attendant la cavalerie et va mettre à profit toutes les choses que son papa adoré lui a appris, se retrouvant même avec un beau prétendant et son mioche de petit frère dans les pattes. Certes le film cliché à mort, le genre étant désormais désuet car refusant d’évoluer depuis les années 70, mais dans son genre il reste supportable car plus branché action que drame larmoyant.

 

pinupblakegaines (3)

 

Et puis le film possède un atout de taille: Dwayne “The Rock” Johnson, qui incarne une sorte de surhomme à l’ancienne et qui cimentait alors sa carrière Hollywoodienne, miraculeusement ressuscitée quelques années plus tôt avec Faster. L’autre attraction de taille, c’est évidemment l’incroyable paire de… yeux bleus d’Alexandra “Mammario” Daddario, sincèrement impressionnante. Elle a aussi de très gros seins si l’on pense à regarder un peu plus bas, et l’actrice n’hésite jamais à les mettre en valeurs pour s’amuser, étant facétieuse et très à l’aise avec son corps contrairement à certaines de ses collègues. Elle le prouve une fois de plus ici, sa première apparition se déroulant au bord d’une piscine où elle se prélasse, ne portant rien d’autre qu’un bikini et quelques bijoux. Une scène de quelques secondes hélas, le réalisateur faisant de son mieux pour ne pas trop s’attarder sur elle au point que cela en devient comique, mais qui suffit à capter l’attention du spectateur au moins autant que les scènes de destructions.

 

pinupblakegaines (1)

 

D’abord allongée sur un transat, elle se rasseoit vite et fini par cacher son corps avec ses bras tandis que la caméra fait de son mieux pour trouver l’angle le moins raccoleur possible. Mais peu importe, c’est l’intention qui compte, et elle se rattrape quelques scènes plus tard en accueillant son père dans une autre tenue d’été sexy, avec short miniature et un débardeur très échancré au niveau des bras qui laisse entrevoir son soutien-gorge. Peu importe à quel point le scénario tente d’attirer notre attention sur le désastre imminent, on se dit que le week-end de camping prévu entre le père et la fille n’aurait pas été désagréable à suivre, la vraie catastrophe étant de ne pas en voir un peu plus. Heureusement, quelqu’un quelque part s’est souvenu qu’Alexandra est basiquement l’incarnation de la jiggle physics sous forme humaine et a décidé d’en profiter un maximum avec plein de plans décolletés sympathiques dont vous trouverez une compilation ci-dessous. Un véritable don du ciel que le scénario n’en fini plus d’exploiter.

 

pinupblakegaines (4)

 

Car lorsque la miss ne court pas à s’en balloter la poitrine, elle se penche ou s’accroupit juste sous la caméra, sautille sur place, et fini même par retirer sa veste pour exhiber un débardeur moulant de la manière la plus gratuite possible: son amoureux étant blessé, son vêtement servira à bander la plaie. On ne s’en plaindra pas, bien au contraire, d’autant que la dernière partie se déroule dans un immeuble en partie immergé suite à un raz-de-marée. Blake se retrouve donc toute mouillée pour notre plus grand bonheur, avec ses vêtements lui collant à la peau. Le climax du film (c’est le cas de le dire) la montre se noyer dans une salle inondée alors que son père tente de la sortir de là. L’occasion de quelques plans sous-marin où ses beaux flotteurs ne lui seront d’aucun secours mais auront le mérite d’illuminer l’écran. Tout ça se termine avec le traditionnel happy ending où le Rock parvient à sauver sa fille et son mariage en même temps, tout en gagnant un futur gendre pour l’occasion. Une bonne expérience, très honnêtement.

 

pinupblakegaines (5)

 

Et pas uniquement pour la plastique de la comédienne, San Andreas réussissant là où de nombreux blockbusters du même type se plantent grâce à un bon sens du rythme et d’un casting réduit qui permet de se focaliser sur deux groupes de personnages seulement. En tout cas Rocky et sa partenaire s’y seront bien amusés, devenant copain dans la vraie vie et se retrouvant à l’occasion sur quelques supers productions comme Baywatch et Rampage (une scène bêtement coupée au montage). Faut-il être surpris d’apprendre qu’Alexandra Daddario y porte le maillot de bain dans les deux cas ? Sans doute pas, et c’est tant mieux ! Cela fera d’autant plus de raisons de soutenir Hollywood en ses temps difficiles: quitte à aimer le cinéma spectacle débile, autant l’aimer pour les bonnes raisons. Et Mammario nous en donne au moins deux. Quant à San Andreas, je lui donne un Russ Meyer Seal of Approval bien mérité.

 

pinupblakegaines (6)

 

 

GALERIE

 

 

 

 

 

 

3 comments to Pin-Up – Blake Gaines (San Andreas, 2015)

  • Gwendoline Vignes  says:

    Un article plutôt “développé”. Je préfère quand même voir The Rock sur un ring mais bon 😁

    • Adrien Vaillant  says:

      Oh mais je comprends très bien ! 😃 L’avantage du film c’est qu’il y en a pour tout le monde.

      Bon après dis toi bien que cet article était plus une blague qu’autre chose hein 😉

      • Gwendoline Vignes  says:

        Ah mais il n’y a aucun problème 😉🤣. J’avoue j’aurai préféré The Rock en photo plutôt que la demoiselle, mais pas grave je vais mater AB1 ce soir et ça ira 😂😂

Leave a reply

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>