Final Fantasy VII – La Déchéance d’Hojo, Chap. 1

FINAL FANTASY VII

La Déchéance d’Hojo

 

Chapitre 1: I Can’t Stop Loving You

 

Science sans conscience n’est que ruine de l’âme.
Montaigne (d’après Rabelais)

 

Le Président sortit de la salle en hochant la tête, apparemment satisfait du travail de ses scientifiques. Ils étaient deux dans la pièce. L’un ne disait rien, l’autre – son assistant – ne pouvait contenir sa rage. Lorsque le Président et sa troupe les laissèrent seul dans le labo, l’assistant du professeur laissa échapper sa rage.
– De la magie ?!! Il ose dire ce mot devant nous ? De la magie !?
– Voyons Hojo, calme-toi.
– Me calmer ? Alors que l’on vient d’avoir la preuve que nos “supérieurs” ne respect pas notre travail ?!
– Tu sais bien qu’à part nous, le monde s’entête à appeler ça de la magie.
– Et nos résultats !? Nous venons à l’instant de lui montrer les résultats, de lui prouver A+B que ce n’est en aucun cas quelque chose de surnaturel, et lui qu’est-ce qu’il dit ? De la MAGIE !!!
Un autre assistant entra à cette instant. C’était une jeune femme douce et serviable.
– Excusez-moi, je suis en retard.
Le professeur souria gentiment.
– Ce n’est rien.
– J’ai manquée quelque chose d’important ?
– Non, si ce n’est que notre ami ici présent à bien faillit assassiner le Président sur place.
– Ah ?
Elle se tourna en souriant vers son collègue, qui marmonnait des propos incohérents entre ses dents. Elle s’adressa à lui.
– Encore de la “magie” ?
L’autre se retourna pour la regarder. Le visage déformé par la fureur.
– EXACTEMENT !! DEVANT NOUS !!
La jeune femme garda son calme.
– Le projet à été accepté non ? C’est ce qui compte.
Le professeur fut intrigué.
– Comment le savez-vous puisque vous n’étiez pas là ?
– Un Turk m’a croisée et je l’ai questionné.
L’assistant se calma d’un coup.
– Le projet étant accepté, nous allons avoir de nouveaux spécimens. Au fait Gast, où en êtes-vous avec la Setra ?
– Et bien nous avançons, lui répondit le professeur d’une voix aimable qui se fit ensuite plus rude. Et je préférerais que vous m’appeliez professeur.
Mais l’assistant n’avait rien entendu. Il était perdu dans ses pensées.
– Bien bien, répondit-il.
Le professeur Gast secoua la tête, désespéré. L’assistante lui posa une main sur l’épaule, sourire aux lèvres.
– Rentrez vous occuper d’elle, professeur.
Elle parlait de la Setra dont il avait la charge, Ifalna.
– Très bien. Vous remettrez les rapports vous-même au Président.
Il désigna d’un geste de la tête son autre assistant.
– J’ai bien peur qu’Hojo ne fasse une bêtise si on les laisse se retrouver.
– Bien. Au revoir professeur Gast.
– Au revoir Lucrecia.
Il sortit de la pièce. Sans un mot, Lucrecia se mit à ranger le laboratoire, alors qu’Hojo parlait encore tout haut pour lui-même. Il ne fit pas attention à la jeune fille, puis, à force de bougonner tout seul, il se lassa et regarda sa collègue ranger le laboratoire sans parler. Elle passa alors devant lui. Leur regard se croisa et Hojo cessa de penser à la science à ce moment. La science pour laquelle il aurait donné sa vie – et celle des autres. Il posa alors ses mains sur les épaules de celle qui le troublait.
– Lucrecia. Pardonne-moi de m’être emporté.
Elle sourit. Elle ne se fâchait jamais.
– Je suis habituée maintenant.
Elle se dégagea pour ranger quelques dossiers. Hojo en ressentit une certaine frustration. Il hésita puis osa lui parler de nouveau.
– Tu… Tu veux manger quelque part ce soir ?
– Volontiers.
Hojo la regarda allez et venir. Elle ne rangeait pas pour le plaisir. Elle essayait de lui cacher quelque chose.
– Lucrecia. Tout va bien ?
– Oui.
– Tu… veux peut-être que l’on parle ?
Elle lui tournait le dos. Lorsqu’il eut prononcé cette phrase, elle se figea. Hojo vit les épaules de Lucrecia s’abaisser. Elle se retourna et lui lança un regard triste.
– Oui , je veux qu’on parle.
La voix de Lucrecia était teintée d’une colère contenue.
– Alors je t’écoute.
– … Qu’est-ce qui t’arrives Hojo ?
– Mais rien. Tout va bien, je suis même en pleine forme.
– Je ne parle pas de ta santé physique.
Il la regarda d’abord sans comprendre. Puis il leva les yeux au ciel.
– Je vois. Tu ne vas pas redébattre là-dessus j’espère ?
– Tu vois ! Tu vois comment tu es ?! Avec toi je ne peux pas gagner ! Je ne peux jamais avoir le dessus. Hojo… Depuis le temps que l’on se fréquente… Notre relation est sérieuse, mais tu ne me laisse pas entrer en toi. Tu te refermes.
– Lucrecia je t’en prie…
– Je t’aime Hojo. Tu le sais non ? Au début, tout allez bien, puis lorsque l’on à trouver cette… chose.
– Jenova. C’est comme ça que Gast l’a nommée.
– Eh bien depuis Jenova, je trouve que tu te replie sur toi-même. Enfin, regarde un peu autour de toi. Il n’y en a plus que pour tes expériences !
– Et alors ? Je suis un scientifique !
– Et moi aussi ! Hojo… Pourquoi t’éloignes-tu de moi ? Je ne te plaît plus ? C’est ma faute ? Dis-moi au moins si ça viens de moi !
– Non, Lucrecia… Écoute-moi. Je… Bon. J’avoue que ces expériences m’ont un peu obsédé ces derniers temps. Mais c’était pour la bonne cause, regarde ! Le projet est accepté !
– Et tu ne fait plus attention à moi ! Depuis quand n’avons-nous pas fait l’amour, Hojo ?
Un silence embarrassant s’installa. Hojo caressa la joue de Lucrecia.
– Lucrecia. Pardonne-moi. Tout est fini maintenant. Je serais là pour toi.
– Je… Je ne sais pas Hojo… Peut-être que l’on doit s’arrêter là pendant…
– Lucia. Lucia. Je vais être beaucoup plus libre pour nous maintenant. Tu comprends ?
– Oui.
– Bon. On fait la paix ?
– Tu veux ?
– S’il te plaît Lucia.
Il s’embrassèrent. Après ça, Hojo eut un petit sourire.
– On va au resto, d’accord ? Et après ça… On aura qu’à aller chez moi et…
– D’accord Hojo. Je t’aime tu sais.
– Moi aussi Lucia. Moi aussi.
Ils rangèrent ensemble le laboratoire puis s’apprêtèrent à sortir de l’immeuble de la Shin-Ra. Arrivé au hall d’entrée, Lucrecia se figea sur place.
– Qu’est-ce qui se passe ? , s’inquiéta Hojo.
– J’ai laissé mon sac dans ma voiture , au sous-sol.
– Ce n’est pas important.
– Ça l’est pour après le resto.
– Oh ? Dans ce cas, vas le chercher.
– Je reviens, ne bouge pas !
Elle prit l’ascenseur, et Hojo la regarda s’en aller, sourire aux lèvres.

One comment to Final Fantasy VII – La Déchéance d’Hojo, Chap. 1

  • Adrien Vaillant  says:

    Une histoire peu banale, suivant la love-story chaotique (excusez, j’ai pas fais exprès) de Hojo et de Lucrecia. Évidemment, Vincent participera aussi, même si je préfère centrer mon histoire sur Hojo.

    Soyons clair. Je n’aime pas Hojo. Pour moi il est (avec Jenova) le vrai salaud de l’histoire. Mais je suppose qu’il n’est pas devenu une ordure d’un coup. Le défi que je me suis lancé avec cette fic, c’est de montrer la chute d’Hojo dans la démence. Avec ce premier chapitre, on le voit, il est déjà un peu fou. Mais il aime Lucrecia, c’est indiscutable. Cette histoire, tout le monde en connaît la fin. Mais peut-être la poursuivrais-je un peu après les événements du jeu

    Le titre. Ex-Don’t Stop Loving Me. Je pense que de toute façon, ça ne se dit pas en anglais (une faute quoi). Alors j’ai repris le titre d’une musique que j’ai entendu dans le film d’animation Metropolis (pas celui de Fritz Lang hein ?, l’autre). On l’entend vers la fin (mais je ne révèlerais pas quand). Disons que c’est lors du détonnant final du film (ceux qui ont vu comprendront).

    La colère d’Hojo. Dès le début, je voulais montrer que ce personnage pouvait exploser à n’importe qu’elle instant. Dans les souvenirs de Cloud, Sephiroth dis qu’Hojo n’aime pas appeler le résultat du Mako et des Matéria “Magie”. On voit aussi qu’Hojo ne respecte pas le Président Shin-Ra, ce qu’il continuera à faire dans l’histoire (et dans le jeu).

    Lucrecia. J’aime bien ce personnage. Je la trouve très proche de Shera, pas vous ? Avec la déchéance d’Hojo, elle suivra le mauvais chemin et son comportement évoluera sûrement avec le temps.

    Le Turk que croise Lucrecia. Ben ouais, c’est Vincent ! Et elle va le revoir, patience.

    Hojo n’utilise pas l’appellation “Professeur” pour Gast. On voit le début d’une rivalité, et l’éternel irrespect des autres par Hojo. Ca se développera.

    Le projet en question c’est l’utilisation des cellules de Jenova et de l’exposition des membres du SOLDAT au Mako. Et évidemment, dans quelques temps, le départ pour Nibelheim avec le cas Sephiroth.

    Setra. C’est comme ça que ça s’écrit. En version française, ils l’ont orthographié “Cetra”.

    La “dispute” entre Hojo et Lucrecia. Voilà mon point de vue pour Hojo: il est devenu obsédé par Jenova qui, petit à petit, l’a éloigné du seul repère qu’il avait au monde: Lucrecia. Sa folie n’en sera que plus grande. Hojo, je le vois un peu comme le scientifique Herbert West (oui celui de Lovecraft, mais je prenais en exemple celui du film de Stuart Gordon, Re-Animator et sa suite Bride of Re-Animator de Brian Yuzna, interprété par Jeffrey Combs). Insensible, obsédé par ses expériences et au caractère très très très (mais alors très) impulsif. Voyez les deux films pour comprendre.

    Voilà, c’est tout pour ce très court premier chapitre. En fait c’est parce que je voulais juste faire un essai d’écriture sur ce thème, et ça m’a plus, donc je continuerai (tant pis pour ceux qui veulent pas). Je tiens juste à dire que les autres personnages de Final Fantasy VII feront leurs apparitions dans l’histoire. Je ferais peut-être aussi télescoper cette histoire avec mon autre fic sur FF7 du moment, Le Glas du Destin. Mais bon… Pas certain.

    A bientôt !

Leave a reply

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>