17 ans de chroniques, 1 an de site Internet – Spécial double anniversaire

 

Difficile d’admettre que cela fait maintenant 17 ans que dure cette odyssée imaginaire que j’ai débuté un beau jour, sur un coup de tête, en commençant avec quelques mots sur un cahier. Depuis lors quantité de textes ont vu le jour, relatant mes rencontres improbables avec des barbares Cimmériens, des ninjas adeptes de la magie, d’extraterrestres cannibales et autres morts-vivants maléfiques. Sans faire le compte, il est plutôt amusant de repenser à ses chroniques comme des souvenirs d’aventures extraordinaires passés en compagnie de personnages issus d’autres dimensions, et c’est d’ailleurs comme ça que je pense de plus en plus à ce petit coin de net. Juvénile peut-être, mais en l’état toujours plus amusant que de simplement le considérer comme un énième site de critique de films et de BD, représentation finalement trop ennuyeuse. Se voir comme un explorateur écumant le Multivers à travers l’espace et le temps, à la recherche d’histoires, de héros, de trésors et de merveilles, est toujours plus séduisant que de se positionner en simple spectateur analysant une fiction forcément fausse de A à Z. Et après tout ce temps, cela en devient presque une obligation afin de continuer à œuvrer.

 

 

Car il devient difficile de préserver un minimum d’excitation dans ce paysage culturel en chamboulement constant, où il est impossible de simplement se laisser aller puisqu’il faut composer avec la censure et la politique où il convient de ne jamais se plaindre de rien – ou au contraire se plaindre de tout – sous peine d’être traité de fasciste sexiste. On se retrouve presque contraint de rester enfermé dans le passé, entre de nouvelles productions pas toujours originales ou réussies, et des rééditions parfaites d’anciens cultes que l’on redécouvre encore et encore puisqu’il y a toujours un nouveau montage ou un nouveau transfert HD en guise d’appât. Bref, ça part dans tous les sens et il devient souvent difficile de s’y retrouver ou même de se motiver pour parler de tout ceci sous un regard “normal”, “banal”, avec des tournures de phrases professionnelles pour faire sérieux. Ceci provoque également un rythme d’intérêt en dents de scie, avec quelques hauts et beaucoup de bas, et parfois on se surprend à tout vouloir laisser tomber. Combien de fois ai-je, à travers ces articles d’anniversaire, avoué avoir eu envie d’abandonner ?

 

 

Du coup dans ce contexte, et bien oui, il me parait presque incroyable de souffler quelques bougies supplémentaires. Mais tel un missionnaire en proie au Doute, je n’abandonne pas mon chemin pour autant et continue d’aller de l’avant dans le but de disséquer et d’analyser mes découvertes psychotroniques. Et cette année 2018/2019 était un peu spéciale puisque, pour la première fois depuis mes débuts, me voilà embarqué sur un navire de guerre (un vrai site Internet) plutôt que sur une coque de noix prenant l’eau (un blog gratuit). A ce titre je ne peux que répéter mes remerciements de l’an passé à ceux qui ont rendu tout cela possible: Ayla, qui m’a basiquement tout expliqué et aidé à mettre la structure en place, Rigs Mordo, qui a joué le middle man et offert un chouette logo, Wendy Layne, pour ses encouragements qui ont commencé il y a 17 ans, et Maël Ström, pour m’avoir éclairci un jargon technique franchement rédhibitoire. Verdict ? Concernant l’aspect purement technique de la chose, c’est bien une révolution. Tout y est bien plus simple, plus pratique, au point que j’ai non seulement totalement adopté le système, mais que j’en délaisse même le blog d’origine que je m’étais pourtant juré de continuer mettre à jour par principe.

 

 

Si les débuts furent assez long à démarrer du fait d’avoir à tout construire, m’obligeant à republier des tas d’articles déjà disponibles histoire d’avoir du contenu à proposer, cela carbure plutôt pas mal. Moi qui d’ordinaire accumule le retard sous la pression, me voici depuis ce début 2019 avec une poignée d’écrits finalisés en attente d’être publié ! Je peux d’emblée annoncer du Bis italien avec le faux Alien 2, où un Xénomorphe informe traque une bande de spéléologues dans une jolie grotte, du Fred Olen Ray médiocre où des serpents venimeux envahissent un sous-marin, un faux slasher avec un clown chanteur venant du fond du Wisconsin, un DTV où Robert Lasardo se bat contre quelques dinos et un striptease de Misty Mundae dans le rôle d’une chasseuse de momies qui préfère l’amour à la guerre. Aussi, un décryptage de Funny Man, un de mes coups de cœur depuis les années 90. Viendront également quelques retours sur pas mal de bouquins, entre le récit hyborien By The Sword de Thierry Auge, les deux nouveaux B-Movie Posters de Damien Granger et les mémoires du pourtant pas si vieux David Didelot.

 

 

Le bilan de cette première année serait plutôt positif et encourageant si ce n’était pour l’absence d’une audience participative qui, je crois, n’existe tout simplement plus à ce jour. Malgré des partages dans tous les sens, les gens ne prennent plus la peine de lire, ni même de cliquer – les réseaux sociaux ont favorisés une approche “rapide” de la messagerie où tout doit se résumer à une image ou une vidéo. Et à l’opposé il y a ceux qui préfèrent en rester à leur format papier et dénigre donc, inconsciemment ou non, le digital forcément inférieur. Du coup, Perdu dans la 5ème Dimension ! est particulièrement désert, avec des hordes de bots chinois en guise de visiteurs qui ne laissent évidemment pas de commentaires, ces sales communistes. Mais tant pis, car après autant d’années à m’intéresser à des homards géants, des épées buveuses de sang, des drogues lycanthropes et à la plastique avantageuse de jolies pin-up, comment s’arrêter pour si peu ? Au moins je me sens l’impression d’être un véritable Geek en cette période de fausse Nerd Culture manufacturée par les médias, où tout le monde pense être spécial après avoir vu un Seigneur des Anneaux, deux Star Wars et trois Harry Potter pourtant bien mainstream.

 

 

Bref, comme toujours je ne sais jamais trop où je vais avec ce genre de texte (à se demander pourquoi même s’embarrasser à les écrire à chaque fois) aussi vais-je conclure. A la base le concept était juste de repartager cette idée d’exploration du cinéma B, Bis et d’exploitation sous la forme d’une véritable aventure, mais passé le premier paragraphe je me suis sans doute égaré faute d’inspiration. Décidément ça commence bien pour cette 18ème année !

 

2 comments to 17 ans de chroniques, 1 an de site Internet – Spécial double anniversaire

  • Rigs  says:

    Beau texte mec, et belle collec aussi! Faudrait que tu prennes des tofs pour qu’on puisse zieuter le reste 🙂

    • Adrien Vaillant  says:

      Merci mec ! 😀 Ouais les photos c’était un test voir comment ça pouvait rendre. Je ferais sans doute un album ou quelque chose un de ces jours !

Leave a reply

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>