Monthly Archives avril 2008

Doudou et Doudoune

 

Un peu de douceur dans ce monde de brutes, avec cette petite illustration romantique de Nathalie nous représentant tous les deux durant un bon moment. Pensez ce que vous voulez du titre, dans ces moments là on se laisse aller et on se moque un peu de ce que peuvent penser les autres !

Lire...

Just Nap Time ♥

 

Paperdoll Natasha d’Ambre, par Renan. Ici une version sensiblement altérée pour redonner au personnage sa véritable couleur de cheveux. Merci cependant à l’artiste pour ce boulot incroyable qui fut une sacrée surprise !

Lire...

Le retour du bonhomme de pain d’épice tueur

Charles Band et sa célèbre maison Full Moon semblent s’être repris en main depuis quelques temps, enchainant les projets les plus fous (exemple récent parmi d’autres: Ghost Poker, alias Dead Man’s Hand avec Sid Haig et Michael Berryman). Parmi les quelques productions qui émergent de cette bonne passe, la suite de Gingerdead Man, le film complètement con où Gary Busey (Point Break, L’Arme Fatale) jouait un tueur réincarné en bonhomme de pain d’épice !
Un film très court (60 minutes), très nazes (peu d’effets spéciaux) et très con (c’est pas gore, les personnages sont stupides et il n’y a aucune logique) mais dont le sujet suffisait à faire envie. Le personnage était revenu par la suite pour faire une apparition dans un autre film de la firme, Evil Bong (un film où des jeune...

Lire...

Natasha – Portrait de Black

Longuement évoquée à travers les nouvelles et les jeux de rôles, voici une représentation de “Black Nath”, la quasi deuxième personnalité de Natasha. Il s’agit en réalité d’un état d’esprit dans lequel se place l’héroïne lorsqu’elle est accablée par ses peurs, ses colères ou les hallucinations liées au stress post-traumatique. Une sorte de mécanisme de défense psychologique qui lui permet de rejeter en bloc tout ce qui la perturbe, ou d’affronter ce qui se dresse face à elle. L’illustration est encore une fois signée Renan, qui a fait un boulot fantastique pour représenter la rage qui s’empare de la jeune femme. La stylisation liée au noir et à l’effet de cheveux flottants est tout simplement parfaite pour cette scène !

Un grand merci à lui pour son énième con...

Lire...

A toi qui m’aimes…

A TOI QUI M’AIMES…

Pour toi, parce que je n’ai jamais osé le dire assez fort.
Parce que je te fais souffrir à ne pas l’affirmer.
Parce que tu m’as procuré de la tendresse, de l’amour et du plaisir.
Et parce que cette nuit, tu as fais de moi une femme.

Je t’aime Éliane.

Cette nuit là, je me suis offerte à toi. Cette nuit là, j’ai voulu te faire plaisir. Moralement comme physiquement. Cette nuit là, j’ai voulu faire un effort pour te prouver que tes actions, tes paroles et ta simple présence me font du bien.

Depuis plus d’un an tu es là, depuis plus d’un an tu me rassures, me soutiens, me conseilles et me défends. Depuis plus d’un an, tu m’aimes. Pour moi tout entière, pour ce que je suis, même quand ce n’est pas beau à voir.

Merci de me forcer à ...

Lire...

Friday the 13th (1980)

Friday the 13th

(1980)

C’est en voulant surfer sur le succès de Halloween, sorti deux ans auparavant, que Sean S. Cunningham réalise Vendredi 13, son premier film, et provoque l’émergence du slasher movie. Celui-ci ne comptait jusqu’alors que deux véritables représentants, Black Christmas et Halloween, avec pour ancêtres le Psychose d’Alfred Hitchcock et le giallo (thrillers italiens très noirs) avec notamment La Baie Sanglante de Mario Bava. Le genre ne possède pas encore ses règles ni son identité: Black Christmas se réclame du film policier tandis que Halloween est une réinterprétation de Psychose, donnant avant tout dans le suspense. Vendredi 13, lui, descend surtout du shock movie, une catégorie du film d’exploitation visant à choquer, comme son nom l’indique...

Lire...

Le retour du clou rouillé

Une Virée en Enfer, alias Joy Ride, n’aura pas laissé un souvenir impérissable. Ce mauvais amalgame de Duel et Hitcher voyait une bande d’amie aux prises avec Rusty Nail (clou rouillé), un chauffeur de camion psychopathe et meurtrier. Un film franchement bancal qui laissait une ouverture pour une séquelle hautement improbable vue la sale réception du produit.
Et pourtant, des années plus tard, voilà que sortira directement en DVD Joy Ride 2: Dead Ahead. Aucun des “grands” noms du premier ne revient: pas de John Dahl à la réalisation, et pas de Steve Zahn, Paul Walker ni de Leelee Sobieski au casting. La bonne nouvelle, c’est que c’est le sympa Louis Morneau (l’excellent Retroaction) qui mettra en scène la chose, et on le sait capable d’une très bonne mise en scène...

Lire...

Roy Scheider (1932-2008)

Et oui je reprend un peu les rennes de ce blog, via les encouragements de ma p’tite femme. Et malheureusement c’est par une bien mauvaise nouvelle que je fais ma mise à jour puisque, je ne pouvais l’ignorer, il s’agit du triste décès de Roy Scheider, datant de février dernier.

Ce 10 février 2008 décède donc Roy Scheider, plus connu pour beaucoup d’entre nous sous le nom de Shérif Martin Brody, des suites d’un type de cancer (myélome multiple) à l’âge de 76 ans. Roy Scheider, ce dur à cuir au physique pourtant doux, et à ce visage paternel qui nous aura marqué grâce à l’un des plus grands chef d’œuvre cinématographique de tous les temps… Dans le genre qui nous intéresse, Roy Scheider sera devenu une icône éternelle pour avoir, par deux fois, interprété le shérif Bro...

Lire...