20th ANNIVERSARY (2002-2022)

20th ANNIVERSARY

– 2002-2022 –

 

20thanniversary (1)a

 

Ainsi donc nous y sommes. Le 20ème anniversaire, non pas du site, encore tout jeune, mais de cette improbable odyssée que j’ai entamé alors que je n’avais pas le Bac, que je vivais chez mes parents et que j’étais encore puceau. Bien des choses ont changé depuis, à commencer par mes talents de rédacteur qui sont passé d’inexistants à vaguement acceptable, et après tout ce temps ce qui commença comme une simple expérience est devenu une habitude tenace. Une de mes seules activités si je devais être franc, et pourtant à voir les chiffres, on ne dirait pas ! Car actuellement It Came From the 5th Dimension ! c’est approximativement 406 chroniques de films, 136 de bandes-dessinées en tout genre, 96 de productions télévisées, 42 concernant zines et bouquins, 13 de jeux-vidéos et pratiquement aucune de musique car je ne suis toujours pas foutu de mettre des mots sur des notes et des sons. C’est aussi beaucoup trop d’articles à propos de n’importe quoi, de gribouillis moches et d’histoires ridicules, des contributions d’artistes bien plus doué que je ne le serais jamais et plus de contenu de remplissage que je ne peux en compter.

Autant dire très peu sur vingt ans, la faute à tout un tas de choses liées à la vie de tous les jours. Mais cela amène malheureusement à la question de l’utilité de tout ça, surtout au fur et à mesure que le temps passe. Avec une pandémie mondiale, un crash de disque dur catastrophique et une possible Troisième Guerre Mondiale à l’horizon, et en comptant les aléas de la vie privée et professionnelle, il devient de plus en plus dur de voir sur le long terme. Des collègues infiniment plus célèbres et intéressants que moi doivent également revoir leurs priorités, de nombreux bloggeurs et fanzineux semblant être moins productif qu’avant. Même Rigs Mordo a déjà annoncé la fin prochaine de la Toxic Crypt en début d’année. A cela se rajoute une industrie du divertissement de plus en plus rongée par la culture Woke, ce qui est forcément un problème pour quiconque aime les œuvres “autres” forcément provoquantes, sexuelles, violentes et politiquement incorrectes, et de supposés fans qui n’explorent jamais le genre et se contentent de parler en boucles des mêmes trucs, ne daignant découvrir que ce que les influenceurs leurs conseilles.

Forcément cela donne une vision plutôt négative des choses, et même sans ça il faut se rendre à l’évidence: on ne rajeunit pas, et malgré toute la bonne volonté du monde, il sera impossible de voir et parler de tout ce qui existe. Je possède moi-même une gigantesque liste de sujets à évoquer s’étalant sur une centaine de pages dans laquelle je pioche, et si autrefois cela me valait un sourire du genre “ça va, j’ai de quoi faire”, désormais je sais que n’en finirai pas un dixième avant de mourir. Un peu décourageant d’autant que j’ai tendance à sélectionner au hasard en reportant toujours les gros articles qui me tiennent à cœur à plus tard, par crainte de mal faire. Bref, le regard vers le futur n’est pas franchement prometteur, en revanche – et pour les mêmes raisons – un coup d’oeil sur le passé passe beaucoup mieux. Non pas que je garde beaucoup de bons moments en mémoire, ma jeunesse ayant connue pas mal de bas dans son ensemble, toutefois j’ai récemment réalisé que j’ai gardé une trace de presque toutes les personnes qui ont croisées ma route à travers mon travail, que cela soit en photos ou vidéos, par mentions ou collaborations.

 

20thanniversary (3)

 

Différentes époques et différents groupes s’y retrouvent, évoqués entre deux critiques ou à travers un court-métrage fait-maison ou une partie de jeu de rôles. Je n’ai plus de contact avec au moins 99,5% d’entres eux, mais alors que parler de films et de BD étaient censé être un échappatoire à mon quotidien, il est plutôt étrange de voir que ce beau monde s’est immortalisé au détour de quelques mots et images. Relire certaines parties du site, c’est parfois revisiter certaines parties de ma vie, et malgré les mauvais moments cela permet aussi de se rappeler de périodes plus funs, celles des amitiés et des découvertes, de la jeunesse ambitieuse et créative, avant que n’arrivent les désillusions, les échecs, les factures et les soucis de santé. Du coup, même si je l’ai déjà fait auparavant, j’en profite pour remercier tous ces gens qui ont participé à l’aventure malgré eux, et qui partagèrent un peu de leur temps avec moi:

Merci à Damien Janvier, Fabien Hazon, Gabriel et Sylvain Deleplancque, Robin Dutheil, Thibaut, Stéphanie Clément, Benjamin Haupais, Wendy Layne Puche, Théréza Taputuarai, Richard Perel, les membres du groupe Dying Days, Boris / Gabrielle, Guillaume Richard, Jonathan Guillon, Jean-Philippe Saban, Priscilla Savigny, Slimer, l’équipe de Scandal Prod Vidéo, la classe théâtre du Lycée Dessaignes en 2002-2003 (Mathieu Mocquant, Savin Rassam, Alexandra Brunet et toutes les filles), Philippe Le Garrec, Renan Castor, Chronitio / Val, Jessica / Linoa, Derek, Enrike, Ranakel, Under, Maïwenn, Maurice Grunbaum, Andrew Redstone, Callisto D’Io, Far’ael Hikari, Lt. Cole Blacksmith, les burners du Palais de Tokyo, Catherine Delporte et ses modèles d’Aikatérinê, Hina Von Hunter, Noémie Pouquine, Rigs Mordo, Ayla, Thierry Auge, Jérôme Ballay, David Didelot, Matthieu Nédey, Didier Lefèvre, Chris Labarre, Damien Granger, Maëlle Ström et Gavin.

Il y en a sans doute d’autres dont les noms ou visages m’échappent à l’instant (j’édite le texte si ça me revient, promis). Merci aussi aux visiteurs réguliers et aux commentateurs, peu nombreux mais toujours appréciés. Pour tout ceux là je dois à peine exister dans les souvenirs de ces vingt dernières années, mais ils sont inscrit au panthéon virtuel de cette zone Web. J’espère que l’avenir réserve sont lot de nouveaux venus même s’il ne faut pas trop rêver, et en attendant je m’attèle toujours aux prochaines parutions en tâchant de ne pas trop penser à la fin du voyage. Ce ne sera pas pour tout de suite car j’ai toujours quelques articles qui patientent depuis le crash du disque dur: Curse 2, Hotel Inferno 3, Killjoy 3, Snake Eater 3, Nemesis 4… J’ai aussi ce court manga à propos d’une chouette maudite qui tue quiconque la regarde, cette émission de télé japonaise où Freddy Krueger himself intervenait en guest star pour la promo d’un de ses films, et quelques pin-ups en bikini pour cette été. J’ai aussi amorcé une rétrospective Les Enfants du Maïs et puis il y a une section X à compléter maintenant.

Comme le disais le censeur Edward Svensson avant de tuer quelqu’un, “tant de travail à faire… et si peu de temps”. Souhaitons-nous quand même de rempiler pour deux autres décénnies pleines de monstres et de robots, même si j’aurai alors dépassé l’âge de retraite pour devenir un vrai senior. Tant qu’à faire souhaitons-nous aussi d’être toujours vivant d’ici là du coup, ça ne peut pas faire de mal…

 

20thanniversary (2)

2 comments to 20th ANNIVERSARY (2002-2022)

  • DD  says:

    Deiz-ha-bloaz laouen, joyeux anniversaire. C’est faire oeuvre de salut publique que de continuer à faire découvrir ce monde qui se perd face au rouleau compresseur woke! Les censeurs ne gagneront pas la preuve avec Netflix qui recule Un excellent blog, avec un réel talent pour l’écriture!

    • Adrien Vaillant  says:

      Merci beaucoup (avec un peu de retard), c’est très gentil ! Toujours un plaisir de lire ce genre de message !
      Bon, pas sûr que le politiquement correct ne cède malgré le mouvement de lutte qui semble émerger, mais croisons les doigts et continuons de parler des choses qui fâchent en attendant 😉

Leave a reply

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>