Juan Piquer Simón tagged posts

The Shadow vs. Le Sadique à la Tronçonneuse – Pieces (1982)

Lost (and found) in the 5th Dimension

Épisode 21

Recyclage

THE SHADOW vs.
LE SADIQUE À LA TRONÇONNEUSE

Pieces (1982)

On connait tous le Sadique à la Tronçonneuse, ce pseudo giallo espagnol par l’auteur de Slugs. Un slasher ultra sanglant et limite misogyne, qui s’ouvre sur une scène incroyable montrant un gamin pervers mettre en pièces sa maman à coups de hache parce qu’elle désapprouve (hystériquement il faut dire) le puzzle érotique qu’il tente de reconstituer. Des années plus tard, l’assassin devenu grand mélange ces deux éléments de son passé et se met à découper de jolies étudiantes pour réassembler les morceaux en un seul corps parfait. De son véritable titre Mil Gritos Tiene la Noche – ce qui peut se traduire chez nous par Les Milles Cris de la Nuit, l...

Lire...

The Rift (1989) AKA. Endless Descent

The Rift

(1989)

And here we have nothing but darkness… and goosebumps.

Voilà un film dont les origines sont au moins aussi obscures que les abysses sous-marines auxquelles il fait référence. Sorti à l’international en 1989 sous le titre de The Rift, il n’est exploité qu’un an plus tard aux USA sous le celui de Endless Descent, ce qui est peut-être lié à son producteur principal, Dino De Laurentiis, qui décida de financer la chose anonymement. Pas de bol pour lui, le nom de sa fille se trouve au générique et cela facilite les recherches. Cette série B aquatique surfe sur la même vague que Deep Star Six, Lords of the Deep, The Evil Below et surtout le très cool Leviathan, justement produit par le même homme – autant de petits poissons cherchant à profiter du suc...

Lire...

Slugs (1988) AKA. Slugs, Muerte Viscosa

Slugs

Muerte Viscosa

(1988)

De son vrai nom Juan Piquer (le Simon étant là pour américaniser et faciliter l’exploitation de ses films), le réalisateur est avant tout connu pour ses nanars, tels que Supersonic Man ou Le Sadique à la Tronçonneuse. Avec Slugs, une coproduction entre l’Espagne et les États-Unis, il adapte un petit livre de Shaun Hutson, œuvre horrifique et gore, qui alors cartonne et devient best-seller en Grande-Bretagne.

Lorsque Juan Piquer s’attaque au scénario, il est alors sous l’influence d’Aliens et imagine une Reine pondeuse en dernière partie de film. Cette idée de limace géante est trop ambitieuse au regard de la production, qui ne peut en permettre la réalisation...

Lire...