Xtreme 90s tagged posts

Serpentina (1998)

Serpentina

(1998)

John Cleary est un bonhomme intéressant, puisqu’à l’origine son boulot n’a rien à voir avec l’industrie de la bande-dessinée. Si celui-ci est un artiste, il est avant tout… sculpteur professionnel ! C’est par un incroyable coup du sort ou une étrange opportunité qu’il se retrouva à bosser en tant que dessinateur pour comics durant les années 90. L’époque du grand Boom qui déstabilisa l’industrie suite à un vide juridique permettant à quiconque de lancer sa boite sans payer de taxes tout en profitant du marché “collector” alors à la mode. Cleary ne passe évidemment pas par la grande porte et fait ses débuts chez Topps Comics où il travail sur Satan’s Six, la fameuse série qui, en 1993, emploie Jason Voorhees comme guest star dans un hallucinan...

Lire...

Catfight: Escape From Limbo (1996)

Catfight: Escape From Limbo

(1996)

You’re a hero, aren’t you ? And aren’t heroes supposed to care ?

Lightning Comics, ça vous dit quelque chose ? C’était, en 1967, une tout petit éditeur qui n’a publié que deux titres de toute son existence. Et bien ce n’est pas de lui dont je veux parler mais plutôt du Lightning Comics des années 90, une de ces innombrables compagnies qui, vous l’aurez compris, a vu le jour durant le boom de l’industrie lors de l’Âge Sombre et extrême. Bloodfire, Perg, Deathangel, Sinja… Si cela ne vous parle pas c’est normal: la boite était un de ces nombreux parasites qui ont profité de la situation d’alors pour inonder le marché de revues cheap, mal foutue et sans imagination mais dotées de nombreuses variantes de couvertures pour appâter le ...

Lire...

Un truc vaguement intéressant à propos du Marvel Universe

Bien sûr la chose la plus importante associée à Marvel Comics ce mois-ci est le décès de Stan Lee. Concernant son univers fictif cependant, il est difficile d’évoquer quoique ce soit d’intéressant s’y déroulant tant la compagnie semble désormais n’exister qu’à travers controverses, insultes, propagande socio-politique hors-propos et surtout de très mauvais livres écrits et dessinés par des “artistes” dénichés sur Tumblr et payés au lance-pierre, ou par de vieux cons s’amusant à détruire leurs anciens héros désormais trop Blancs et trop macho (Slott avec Spider-Man, Bendis avec Iron Man). Quelques bonnes choses émergent de temps en temps comme l’excellent Immortal Hulk, mais rarement la Maison des Idées ne s’est montrée aussi mauvaise et peu créative.
Il faut dire...

Lire...

Hack/Slash vs. Chaos!

En 2002, Chaos! Comics succombe comme tant d’autres aux conséquences du boom de la bande-dessinée américaine. Problèmes financiers et “erreurs stratégiques” lui force à mettre la clé sous la porte et son président, Brian Pulido, va partir se réfugier chez Avatar Press, studio qui partage son style “extrême” et horrifique tout en étant plus permissif encore sur le le sexe et le gore. S’il parvient à emporter avec lui l’un de ses bébés, Lady Death, il doit abandonner les autres: le monstrueux Evil Ernie, la vampire sexy Chastity et cette salope de Purgatori sont alors rachetés par une compagnie nommée Tales of Wonder, alors en partenariat avec la très jeune boite Devil’s Due Publishing...

Lire...

Razor sort des limbes !

Cela fait longtemps que j’avais envie de vous parler de Razor, un des nombreux comics “extrêmes” des années 90. Publiée en son temps chez London Night Studios, boite indie spécialisée dans les histoires en noir et blanc (c’est moins cher) violentes et érotiques (c’est la mode), la série n’est pas particulièrement connue puisque noyée dans un océan de semblables et ayant débutée avec un artiste loin d’être doué. Malgré ses dessins brouillons et son intrigue clichée, la série a survécu à travers le temps et a su se faire remarquer par un lectorat porté sur l’underground (et le death metal) au point d’être ressuscité durant les années 2000 via l’éditeur Avatar Press. Mieux: il s’agit du seul titre au monde possédant un crossover avec The Crow, la mythique bande...

Lire...

Leprechaun – Limited Collector’s Edition (1992)

Leprechaun

Limited Collector’s Edition

(1992)

Techniquement, nous avons là le tout premier opus de la franchise Leprechaun, avant même le film original de Mark Jones. Conçu comme un gadget promotionnel durant la production, ce petit comic-book d’une dizaine de pages fut distribué en 1992, soit quelques mois avant la sortie officielle du long-métrage, et sert (supposément) de préquelle à l’histoire. En vérité les auteurs n’ont dû obtenir qu’une version tronquée du script puisque leur récit ne se raccorde pas vraiment avec le film sur les petits détails. Personne ne s’en souciera et pour cause: très peu savent de toute façon que cet ouvrage existe !
C’est bien dommage puisque, outre son lien avec la saga du farfadet meurtrier, ce Leprechaun version papier est une rel...

Lire...

Spider-Man 2099 #31 – Route 666 (1995)

Spider-Man 2099 #31

Route 666

(1995)

– Why’s this road so choppy ?!
– Because it’s paved with good intentions.
 
Route 666 avait fait son petit effet chez moi, alors que je n’avais que douze ou treize ans. A la revoyure, il n’y a aucune raison pour que cet épisode ne soit remarqué pour quelques raisons que ce soit. Il ne s’agit que d’un filler, une sorte de mini-conclusion à la storyline des numéros précédents (#28 à 30, que je n’avais pas lu) et un moyen d’apporter un peu de finalité aux évènements tragiques qui en découlent, pour mieux relancer le héros dans de nouvelles aventures après ça...
Lire...

Voodoo / Zealot: Skin Trade (1995)

Voodoo / Zealot: Skin Trade

(1995)

Voici en quelque sorte le représentant parfait du comic-book “Extrême” des 90s. Produit conjointement par Image Comics et son label / compagnie-sœur WildStorm, Skin Trade est un one-shot centré sur les deux héroïnes du groupe WildC.A.T.s: Voodoo, une ex-stripteaseuse dotée de gènes extraterrestres et de pouvoirs mentaux, et Zealot, sorte de version ultra-violente et asociale de Wonder Woman. Ce type de publication est ultra commun dans l’industrie des super-héros puisque permettant d’offrir à un personnage ou une équipe une petite aventure contenue et déconnectée de leur série principale...

Lire...

Ninjak #0 & #00 (1995)

Ninjak

#0 & #00

(1995)

Lorsqu’on se promène pendant un temps dans monde des comics, voir quelque chose comme un #0 est on ne peut plus banal. Il s’agit généralement d’une sorte de numéro preview destiné à appâter le lecteur en lui montrant, en quelques pages (moins que dans un épisode régulier), à quoi vont ressembler les illustrations et l’univers au lancement de la série. Il n’y a généralement pas de véritable intrigue, juste une rencontre avec quelques éléments que l’on retrouvera par la suite: héros, vilains, personnages secondaires, sociétés et organisations, objets magiques, créatures, etc. Plus rare mais finalement tout aussi connu, la présence d’une numérotation à virgule. Des épisode 1.A ou 1.B, ou encore des 5.1, 5.2 et 5...

Lire...

Carnage: It’s a Wonderful Life (1996)

Carnage: It’s a Wonderful Life

(1996)

Second one-shot dédié à Carnage après l’excellent Mind Bomb de Warren Ellis, ce It’s a Wonderful Life en constitue un très bon supplément puisqu’il en reprend les thèmes pour les pousser encore plus loin. A la manière du film The Cell, le Dr. Kafka va cette fois s’introduire au sens propre dans le mental détraqué de son patient et se laisser contaminée par sa folie. Quant au graphisme organique de Kyle Hotz, qui faisait des merveilles dans l’opus précédent, il ajoute une touche de continuité bienvenue à l’ensemble.

L’intrigue se déroule plusieurs mois après Mind Bomb et entre temps se sont déroulés les événements de Web of Carnage, dans les pages de Spider-Man, durant lesquels le symbiote a tenté une évasion en utilisa...

Lire...