Iron Maiden – World of Warplanes

 

Iron Maiden et les jeux vidéos, c’est une vieille et triste histoire qui n’a jamais connue de grands succès. On peut remonter jusqu’en 1998 avec Carmageddon II, suite sympathique mais très en-dessous de son original. Un jeu de “course” où le véritable but est de détruire ses opposants et d’écraser le plus de piétons possible, hommage évident à Death Race 2000. Seulement le premier opus, gore et graphiquement brut, laisse place à un nouveau moteur 3D tout lisse où les victimes cubiques sonnent trop fausses. Pire: de nombreuses versions sont censurées, remplaçant les passants par des zombies et l’hémoglobine par du sang vert. Les musiques de Maiden, avec Aces High, The Trooper ou Man on the Edge restent sans aucun doute le point fort de cette suite, permettant de rester malgré tout dans une ambiance fun et forcément “Metal”.
Un an plus tard c’est le très critiqué Ed Hunter qui fait son apparition. Un jeu de tir type rail shooter où l’on progresse dans différents niveaux inspirés des albums du groupe (les rues londoniennes de Killers, le cimetière de Live After Death, la pyramide de Powerslave, etc). Sauf que ce jeu est plus un gadget marketing visant à justifier l’existence d’une compilation inutile et à faire la promo d’une tournée. Le jeu est court, le gameplay ultra-réduit, une unique musique tourne en boucle dans chaque niveau et l’évolution technologique le rend impossible à faire tourner de nos jours, à moins de s’y connaitre en mod ou en hacking. Je lui apprécie quand même son côté nanar, avec ses CGI primitifs et ses bruitages poussifs.

 

 

Récemment c’est Legacy of the Beast qui a fait son apparition, étrange jeu de stratégie type RPG à combats au tour par tour, qui s’inspire lourdement de l’univers Iron Maiden pour créer un cadre unique. La chose est encore une fois associée à une tournée, et si le résultat n’est pas mauvais, il n’est qu’un énième free-to-play blindé de micro-transactions, nous obligeant à payer encore et toujours si l’on souhaite ne pas être vite limité. Seul les fans y trouveront leurs comptent, les autres ayant déjà 150.000 autres jeux de ce type à essayer, parfois plus complet.
Et justement, dans le genre débarque une improbable association entre le groupe et World of Warplanes. Alors vous avez sans doute déjà entendu parler de World of Tanks, un jeu en ligne où l’on pilote un tank pour détruire d’autres tanks et récupérer de nouveaux tanks ? Là c’est pareil avec les avions ! On me fait signe qu’il existe également World of Warships pour ceux qui préfèrent les batailles navales. Comme pour Legacy of the Beast, nous sommes dans un type de jeu en apparence gratuit, mais où il faut constamment payer du nouveau contenu pour ne pas être largué. Pas mon style, et honnêtement je ne comprends pas cette génération, puisque même si l’on parle d’investissement à long terme, c’est toujours faux. Les serveurs peuvent s’arrêter subitement, et lorsque le joueur passe enfin à autre chose, il a intérêt à ne pas regarder la facture totale car cela fait cher la partie, même avec plusieurs années d’utilisation.

 

 

Il y a d’ailleurs fort à parier que cette association n’existe que pour relancer un peu World of Warplanes, apparemment en chute libre (ah !) depuis pas mal de temps. Les développeurs ne savent pas trop quoi faire avec leur jeu et la version 2.0.5 semblent avoir apportée pas mal de changements désagréables pour le gameplay. Les joueurs se plaignent de ne plus contrôler l’avion correctement, le système de tir a été modifié en moins bien et on parle de respawns incessants et bordéliques au possible qui ont vite fait de ruiner une partie. La solution du développeur a ces problèmes ? Contacter Bruce Dickinson, le chanteur du groupe et par ailleurs grand fan d’aviation, afin de faire un peu de promo ! Pas de correction de bugs, pas de nouvelles versions remaniant les défauts, pas de contenus exclusifs, juste quelques vidéos promos pour nous assurer que les Messerschmitt et les Spitfire, c’est vachement cool !
Alors oui, Dickinson est un passionné et n’importe quel fan le sait. Il est pilote dans la vraie vie et le groupe se déplace depuis longtemps à bord de différents Ed Force One, avions de ligne qui foutent la honte aux engins présidentiels de plusieurs pays et ont même été utilisé dans quelques œuvres humanitaires. Mais est-ce que cela sera suffisant pour sauver World of Warplanes ? Rien n’est moins sûr à en lire les commentaires des joueurs, rares étant les optimistes qui croisent les doigts pour de futures améliorations.

 

 

En pratique, ce partenariat n’a même rien de bien excitant et pue la démarche marketing à plein nez. Commençons par le plus drôle: la vidéo hommage à Maiden et Aces High, dont le thème était justement l’aviation militaire et la Grande Bataille d’Angleterre durant la Seconde Guerre Mondiale. La musique résonne bien et l’utilisation d’images d’archives évoque le vidéo-clip original… sauf que l’on a remplacé les passages où le groupe joue sur scène par des images de jeu. Pas vraiment du gameplay, juste des images pré-programmé de quelques véhicules volant en formation ou se livrant à du dogfight, avec toute la rigidité dont peut faire preuve le moteur 3D du développeur. Cela me rappel les bons vieux replay d’après-mission sur Ace Combat 3, où l’appareil semble moins voler dans les airs que “glisser” dans un environnement virtuel, avec des à-coups un peu brusques lors des changements de direction.
Le plus drôle sont les apparitions ici et là de Eddie en pilote, reproduction d’une illustration de Derek Riggs en bien moins impressionnant. Il se tient dans son cockpit, droit comme un “i”, et tourne légèrement la tête vers la caméra comme un vieil automate en fin de vie ! Hilarant. Dommage qu’il n’interviennent que deux fois, le reste de la vidéo se faisant vite ennuyeuse. Certes les explosions sont jolies et les avions sont reproduit avec un soucis du détail qui force le respect, mais… on s’emmerde vite.

 

 

Quoi d’autre ? Un hangar rénové, zone où le joueur peut changer de véhicules et apporter diverses modifications aux engins, à l’équipage, et utiliser d’autres options. Celui-ci est désormais truffé d’easter eggs relatifs au groupe. De la déco pure et simple même s’il doit être amusant d’explorer les lieux une première fois. On peut y trouver le logo militaire de A Matter of Life and Death, retrouver des posters et programmes de concerts un peu partout, et différentes images peintes sur la carrosserie des avions. Beaucoup se sont demandé si Eddie lui-même serait disponible comme personnage, avec ses propres statistiques, mais visiblement non.
Le véritable contenu fourni par cette association, il se trouve gratuitement sur la chaine YouTube du jeu: The Bruce Dickinson Warplanes Diaries. Une série de petites vidéos assez courtes où le chanteur présente différents appareils ayant servit lors de la Bataille d’Angleterre, tel le Hawker Hurricane ou le Messerschmitt Bf 109. Apparemment le bonhomme aurait été bluffé par la véracité historique dont fait preuve World of Warplanes concernant ses modèles 3D et a donc accepté d’apparaitre dans une dizaine de modules qui sortiront “à peu près toutes les semaines” entre Juin et Août. Mais si le chanteur a effectivement l’air emballé, il faut reconnaitre que le sujet ne va toucher que très peu de personnes. Et sûrement pas les joueurs qui attendent autre chose.

Je ne peux que vous conseiller de revoir La Bataille d’Angleterre avec Robert “Quint” Shaw, qui sera bien plus divertissant que ces créations promotionnelles peu engageantes. Au pire rajoutez Aces High en boucle comme bruit de fond pour l’ambiance. Quant à World of Warplanes, c’est plutôt Flight of Icarus qui lui aurait été approprié…

 

Leave a reply

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>