Vidéotopsie n°15 REVIEWS

 

Et bien, voilà qui est gratifiant ! Vidéotopsie n°15 commence tout juste a sortir et frappe bien fort, se retrouvant déjà avec quelques retours positifs. Deux chroniques furent écrites hier, et pas des moindres puisque l’une d’elle provient de Toxic Crypt, jeune site dédié a l’Horreur, au Bis et autres “Mad Movies”, et l’autre de Diabolikzine, pendant Web du fanzine du même nom. En gros des fans de la première heure dont l’avis compte énormément. Voilà donc qui est très encourageant (et mérité !) pour David Didelot, même s’il faut reconnaître que Vidéotopsie n°16 verra probablement le jour quoiqu’il arrive. Suite à la petite bombe que fut son livre Gore, cela laisse rêveur quant a ce que ce grand bonhomme peut nous concocter pour la suite.

Comme je le disais précédemment, à ma découverte du fanzine, cela paraît totalement absurde de se voir ainsi cité aux côtés de gros bosseurs et connaisseurs sans doute bien plus éclairé que moi. Visez un peu le boulot accompli par les gars: interview de Léon Paul de Bruyn, qui revient sur le Tromatique Maniac Nurses (♫ Find Ecstasy ♪ malgré tout, parce que ça reste rigolo), dossier sur la saga Hurlements, dont le dernier épisode me laisse encore KO (faire pire que New Moon Rising fallait le faire), un grand hommage à Madame Annie Belle, ancienne compagne de Al Cliver. Une visite du délirant Kiss Museum de LE PAT. Et puis bien sûr, il y a un petit quelque chose a propos du livre Gore – Dissection d’une Collection, sorte de conclusion a l’aventure. Perdus dans tout ça, des tonnes de textes (d’où l’épaisseur surprenante du fanzine) très intéressants.
Une analyse de Vicieuse et Manuelle, véritable film-fantasme qui réuni les déesses Annie Belle et Laura Gemser, des chroniques de quelques classiques comme King Kong contre Godzilla,Vampyros Lesbos ou Hollywood Chainsaw Hookers (ah si, si). Et j’en passe puisque entre le passage en revue de quelques fanzines et nouveautés (Zombie 108, que je ne m’attendais pas a trouver là), je fini par m’y perdre sans le zine entre les mains…

 

 

Et puis dans tout ça il y a ce bout de texte sans importance, concernant un film que personne n’a jamais vu. Cannibal Mercenary. Le peu de confiance que j’avais en moi étant récemment passé a la poubelle, j’avoue ne m’être attardé dessus que pour jeter un œil a la mise en page et me dire “oui, ton papier est bien là.” Aussi même avec du recul je ne peux pas me prononcer sur ce texte. J’imagine qu’il doit partir un peu dans tous les sens entre mes divagations sur le cinéma italien et Hong-kongais, la description des sévices qui traversent le film et cet encart a propos d’une suite invisible qu’il me sera impossible de découvrir.
Quel ne fut pas mon étonnement en voyant que les deux articles félicitant ce 15ème numéro de Vidéotopsie évoque cette chronique. Vu le sommaire incroyable de la revue, je ne crois pas que ma participation soit a la hauteur du travail de passionné abattu par mes “collègues” et je suis resté pantois devant les quelques mots écrit par Rigs Mordo pour Toxic Crypt: mon article serait un “gros morceau” qui “décrit avec brio” le film dont je traite. Moi qui me souviens encore envoyer avec appréhension mes fichiers a David, pensant ne pas être vraiment digne de son fanzine et de ses participants, je suis plutôt sur le cul.

 

 

Je ne peux remercier assez David qui, il y a quelques mois encore, tentait de me convaincre que ma chronique était tout ce qu’il y a de plus correct, pour avoir accepté mes quelques documents. Et je crois qu’il en va de même pour Monsieur Rigs Mordo et ses quelques mots qui, en cette période post-apocalyptique pour moi, me touchent profondément et m’encouragent a continuer. Il y a quinze ans, j’aurai considéré ça impossible mais génial. Il y a dix ans, j’aurai sauté sur l’occasion pour pondre dix milles textes et les distribuer a tout autant de fanzines, me donnant l’impression d’être un journaliste pour ce Mad Movies que je bouquine depuis toujours. De nos jours, ça me paraît simplement incroyable d’avoir pu atteindre un lectorat partageant ma passion pour le genre.
Certes ce n’est pas grand chose, mais ça fait quand même son effet. J’ose simplement espérer pouvoir réitérer l’expérience désormais.

Pour les intéressés, ces deux reviews de Vidéotopsie n°15 sont trouvables sur leur site respectif.

Videotopsie n°15 disponible dans les bons kiosques
Par Roberto Tobias (https://diabolikzine.wordpress.com)

Vidéotopsie 15
Par Rigs Mordo (http://www.toxiccrypt.fr/)

Et naturellement, le fanzine Vidéotopsie se trouve a travers son blog, Vidétopsie Fanzine Cinéma, et sa page Facebook, Vidéotopsie Fanzine. Achetez-le, c’est limite plus engageant que ce que l’on trouve dans la presse dite “professionnelle”.

 

   

Leave a reply

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>