Hoodsploitation tagged posts

Killjoy (2000)

killjoy (1)

Killjoy

(2000)

killjoy (4)

L’humanité est rarement du genre à s’entendre, c’est la raison pour laquelle le monde est secoué par toutes sortes de conflits. Il existe pourtant en ce monde une chose qui semble mettre tout le monde d’accord: Killjoy est une grosse merde. Pas un seul critique ou chroniqueur ne se risquera à dire le contraire, et il est difficile de nier que le film est raté, mal branlé et sans aucune originalité. Rien de surprenant à ça puisque l’on retrouve Charles Band à l’origine du projet, à une époque où sa compagnie commence à gravement piquer du nez...

Lire...

Trespass (1992)

Trespass

(1992)

A l’origine de ce Trespass, connu chez nous sous le titre Les Pilleurs, il y a un script écrit durant les années 70 par Bob Gale et Robert Zemeckis, duo gagnant en devenir des Retour vers le Futur, à propos de deux types en pleine chasse au trésor dans un bâtiment abandonné qui se retrouvent plongés malgré eux en pleine guerre des gangs. Une intrigue fortement inspirée du Trésor de la Sierra Madre avec Humphrey Bogart, qui troque la mine d’or et les brigands d’autrefois pour un cadre urbain forcément plus moderne. Le scénario reste au placard pendant des dizaines d’années jusqu’à ce qu’un producteur ne le dépoussière et le propose à Walter Hill, alors fraichement sorti de 48 heures de Plus...

Lire...

Evil Feed (2013)

Evil Feed

(2013)

Film de genre hybride, Evil Feed mélange de manière peu conventionnelle le survival gore avec l’intrigue de combats clandestins du cinéma d’arts martiaux. Comment ? En situant l’action au sein d’un restaurant de haute gastronomie pour cannibales ! Cette idée, c’est à la base celle de Ryan Nicholson, auteur du sévèrement violent Gutterballs et spécialiste des effets spéciaux sanglants, et elle repose sur le concept démentiel de montrer les guerriers comme des homards dans leur aquarium: les clients regardent les matches et peuvent parier non pas sur le résultat, mais sur les morceaux de corps qu’ils désirent manger ! Un point de départ intéressant qui va cependant légèrement dévier de sa route lorsque le projet tombe dans les mains du cascadeur Kimani Ray Smi...

Lire...

Demon Slayer (2002)

Demon Slayer

(2002)

They’re whores, that makes them evil !

Parce que l’anime Demon Slayer est à la mode en ce moment, cela m’amusait d’exhumer ce Demon Slayer oublié de tous, un avatar de la hoodsploitation horrifique du début des années 2000 qui n’est pas sans rappeler les œuvrettes commanditées par Charles Band à la même époque (Cryptz, Killjoy, Ragdoll). Celui-ci tire son inspiration de Evil Dead, déplaçant l’action dans un bâtiment abandonné du ghetto et remplaçant le Necronomicon par un mélange peu réussi de mythologie Aztèque et de culture mexicaine...

Lire...

Deadly Ten, la nouvelle arnaque Full Moon ?

Charles Band et sa Full Moon, c’est depuis longtemps une vaste blague pas vraiment drôle, qui ne manque jamais de faire sourire autant que pleurer quand on voit à quoi la compagnie en est réduite depuis sa vieille heure de gloire. Prêt à tout pour gagner le moindre dollar, son créateur s’est lancé dans des affaires tenant parfois de l’arnaque pure et simple depuis ces dernières années. Les films, réalisés au caméscope avec un budget minable, sont secondaires par rapport au merchandising foireux qu’il tente de refourguer à ses vieux fans: souvenons-nous des Badass Dolls, des Monster Bras et de ces boites de céréales dégueulasses avec un DVD en bonus à l’intérieur ! Avec l’explosion actuelle des services streaming, il était évident qu’il s’intéresserait à l’affaire, pouvan...

Lire...

Leprechaun: Back 2 tha Hood (2003)

Leprechaun: Back 2 tha Hood

(2003)

“Even if you steal for God, you still have to pay the Devil.

Compte-tenu des mystérieux problèmes de production dont a souffert Leprechaun in the Hood, il n’est pas étonnant de voir la Trimark plaquer la franchise. Celle-ci est heureusement récupérée par Lions Gate (qui en toute honnêteté récupère un peu n’importe quoi dans son catalogue) qui engendre un nouvel opus après quelques années de gestation. Bonne nouvelle: Gabe Bartalos et Warwick Davis reviennent, garantissant la continuité entre ce nouveau Leprechaun et les précédents, et assurant surtout le retour de la fanbase. Car bien que la série change de bannière, la formule reste la même et l’idée est de continuer les aventures du lutin irlandais comme d’habitude...

Lire...

Leprechaun in the Hood (2000)

Leprechaun in the Hood

(2000)

A friend with weed is a friend indeed

Il est loin le temps où la Trimark faisait tout pour imposer son Leprechaun, entre produits dérivés et parades pour le premier opus, et budget confortable avec sortie cinéma pour le second. Arrivé à Leprechaun 5, qui débarque tardivement après un rythme initial d’un film par an (quatre années d’hibernation), la stratégie marketing se montre discrète et se contente de reprendre le même gimmick que dans les volets précédents – placer le lutin Irlandais dans un cadre décalé – pour vendre son produit. Cette fois-ci le ghetto, alors très tendance en cette fin 90s / début 2000 avec les DTV de Ice-T, Snoop Dogg, Coolio et DMX qui fleurissent dans les programmes télé et les rayons DVD.
Las, ...

Lire...

Divines

 

Divines
(2016)

Les Cinémas Studio, Tours (37)

 

Lire...

Le Manuel des Monstres, N°153 – Fuzzy

Le Manuel des Monstres

Entrée #153

Fuzzy

manuelmonstres153fuzzy (2)

Fuzzy était un jeune homme vivant dans le ghetto. Il fut attiré dans la Cryptz et gardé prisonnier pour devenir la victime d’un des vampires. Cependant il y eu un changement de plan lorsque l’un des familiers fut transformé en récompenses pour ses actions, et Fuzzy fut choisi pour le remplacer dans le rôle du servant. Toutefois Kulada, la grande maitresse, le transforma également. On peut supposer que cette décision fut prise sur le moment lorsque la prêtresse Macumba était de très bonne humeur suite à une grande découverte. On peut aussi imaginer qu’elle le changea uniquement afin d’obtenir un partenaire sexuel…

manuelmonstres153fuzzy (3)

Fuzzy fut finalement détruit par un chasseur de vampire professionnel, ainsi que son ancien meilleur ami, lorsqu...

Lire...

Ticks (1993) | Infested

Ticks

(1993)

Produit par le goreux Brian Yuzna (Society, les deux Le Dentiste) et réalisé par Tony Randel a qui l’on doit les très sympathiques Hellraiser II et Amityville 1993, ce Ticks est une grosse série B à l’ancienne des plus sympathique. S’il n’est pas original et très probablement conçu comme une copie de Arachnophobie sorti trois ans plus tôt (et les tiques sont des arachnides, ce qui porte parfois à la confusion ici vu leur taille), le film aurait pu avoir un intérêt très limité s’il s’était contenté d’aligner les scènes d’attaques sanglantes. A la surprise générale, Ticks se montre plutôt chiche à ce sujet et se caractérise plus par son atmosphère amusante et son hommage aux films de SF des années 50.
L’histoire nous montre comment ...

Lire...