Nanar tagged posts

Cy Warrior (1989) AKA. Cyborg – Il Guerriero d’Acciaio

Cy Warrior

(1989)

Le producteur Fabrizio De Angelis était le roi du Bis italien à son époque, s’étant particulièrement fait remarqué en s’associant avec Lucio Fulci pour ses meilleurs films (L’Enfer des Zombies, L’Au-Delà, La Maison Près du Cimetière, L’Éventreur de New York) avant de le lâcher afin de poursuivre une carrière toujours plus “nanarde” avec notamment Zombi Holocaust et les six (!) Karate Warrior. Mais on lui doit de nombreux titres du genre comme la trilogie Thunder, Les Nouveaux Barbares, les deux Guerriers du Bronx et les Killer Crocodile. Avec Cyborg – Il Guerriero d’Acciaio, alias Cy Warrior à l’international, il réuni une équipe du tonnerre pour pondre un clone tardif de Terminator. S’y retrouvent le musclé Frank Zagarino (Striker) et le t...

Lire...

Sharktopus vs. Pteracuda (2014)

Sharktopus vs. Pteracuda

(2014)

Avec Mega Shark vs. Giant Octopus, le premier Sharktopus est plus ou moins responsable de cet engouement populaire pour le nanar nouvelle génération. Celui qui appâte avec ses titres et concepts improbables mais n’assure que le service minimum avec des effets spéciaux digitaux volontairement mauvais “pour faire rire” et des scénarii interchangeables qui finissent par se confondre. Le quidam rit de bon cœur sans comprendre qu’il se fait manipuler, pensant se moquer d’un film prenant son sujet au sérieux alors qu’il ne fait que réagir à une formule spécialement étudiée. Le vétéran de la série B, lui, peut sourire devant quelques gags mais regrette surtout le temps où le genre était sincère et où la déconne n’empêchait pas l’effort...

Lire...

B-Movie Posters, Volume 2 (2018)

Damien Granger

B-Movie Posters, Volume 2

(2018)

Entre la parution du premier et du second volume de B-Movie Posters, il ne s’est même pas écoulé un an. Comme l’auteur l’explique dans son introduction, seulement six mois séparent la rédaction des deux livres avec quelques semaines supplémentaires à compter pour la distribution. Une rapidité de publication étonnante qui aura surpris tout le monde à commencer par Damien Granger lui-même, qui ne s’attendait pas à ce que son projet prenne une telle ampleur. Après tout il lui a fallu à l’origine se battre un peu pour le faire naitre, entre un premier financement participatif avorté et de longs mois de publicité à gérer sur les réseaux sociaux pour intéresser le lectorat...

Lire...

Inara, the Jungle Girl (2012)

Inara, the Jungle Girl

(2012)

Il y a quelques années je vous avais parlé de films fétiches japonais, que l’on peut apparenter à du cinéma pornographique du fait de son lien étroit avec le BDSM à la différence que la représentation du coït lui-même, parfois même de la nudité, peut en être totalement absent. Par définition le fétiche est une “préférence” qui va exciter, et il n’est ainsi pas nécessaire d’en faire plus. Et si pendant longtemps cette notion se rapportait à des pratiques érotiques et/ou sexuelles ou a des tenues que l’on retrouve dans le milieu proche du bondage (uniforme militaire, de secrétaire, latex, cuir, etc), la nouvelle génération a fini par lui trouver de nouveaux terrains d’exploration...

Lire...

Leprechaun 4: In Space (1996)

Leprechaun 4: In Space

(1996)

“As Shakespeare says, shit happens.

Suite à sa très bonne expérience avec Leprechaun 3, Brian Trenchard-Smith rempile de son propre chef lorsque la Trimark annonce un quatrième volet aux aventures du farfadet meurtrier. C’est lui qui propose le pitch de ce nouvel opus, décidant de poursuivre sur la lancée humoristique amorcée avec le dernier film et choisissant d’expédier le lutin… dans l’espace ! De la parodie volontaire qui permet de changer de cadre et surtout d’adresser un clin d’œil au public quant à la manière d’accueillir la franchise. Leprechaun n’est pas Chucky, ni Freddy, et tend plus vers l’humour que l’horreur.
Avec une telle idée, l’Australien peut même tirer partie de son petit budget pour rendre hommage à l’esthétisme...

Lire...

Bob-omb – Super Mario Bros. (1993)

Lost (and found) in the 5th Dimension

Épisode 17

BOB-OMB

Super Mario Bros. (1993)

De son nom original japonais ボム兵, ou ボムへい (soldat bombe), le Bob-omb est l’un des plus célèbres ennemis de l’univers de Mario, le plombier moustachu de Nintendo. Un adversaire de base, au même titre que les Goombas ou les petits Koopas, qui “attaque” en se laissant simplement exploser. Son nom international découle en fait de son surnom japonais, où il est souvent juste appelé “Bob” sans doute parce que cela doit beaucoup ressembler à “Bomb” (probablement un cas d’Engrish). Sa première apparence remonte à l’époque de Super Mario Bros. 2 – la version américaine, en fait le jeu de plateforme Yume Kōjō: Doki Doki Panic modifié pour l’occasion (car le vrai Super...

Lire...

B-Movie Posters, Volume 1 (2017)

Damien Granger

B-Movie Posters, Volume 1

(2017)

Il me semble inutile de revenir sur les origines de cet ouvrage, pour la simple et bonne raison que la plupart des lecteurs les ont vécues à travers les réseau sociaux en ayant son auteur, Damien Granger, dans leur contact. Qui plus est la naissance de B-Movie Posters est retracée dans l’introduction du livre, aussi cela ne sert à rien de synthétiser un texte qui fait déjà très bien le boulot.
Mais pour la forme rappelons que le projet a connu différentes étapes avant d’obtenir sa version définitive. En soit on peut dire que la page Facebook du journaliste en est un prototype, puisqu’il y balançait déjà d’extraordinaires flyers et pré-affiches, accompagnés de quelques informations et anecdotes...

Lire...

The Rift (1989) AKA. Endless Descent

The Rift

(1989)

And here we have nothing but darkness… and goosebumps.

Voilà un film dont les origines sont au moins aussi obscures que les abysses sous-marines auxquelles il fait référence. Sorti à l’international en 1989 sous le titre de The Rift, il n’est exploité qu’un an plus tard aux USA sous le celui de Endless Descent, ce qui est peut-être lié à son producteur principal, Dino De Laurentiis, qui décida de financer la chose anonymement. Pas de bol pour lui, le nom de sa fille se trouve au générique et cela facilite les recherches. Cette série B aquatique surfe sur la même vague que Deep Star Six, Lords of the Deep, The Evil Below et surtout le très cool Leviathan, justement produit par le même homme – autant de petits poissons cherchant à profiter du suc...

Lire...

Voodoo / Zealot: Skin Trade (1995)

Voodoo / Zealot: Skin Trade

(1995)

Voici en quelque sorte le représentant parfait du comic-book “Extrême” des 90s. Produit conjointement par Image Comics et son label / compagnie-sœur WildStorm, Skin Trade est un one-shot centré sur les deux héroïnes du groupe WildC.A.T.s: Voodoo, une ex-stripteaseuse dotée de gènes extraterrestres et de pouvoirs mentaux, et Zealot, sorte de version ultra-violente et asociale de Wonder Woman. Ce type de publication est ultra commun dans l’industrie des super-héros puisque permettant d’offrir à un personnage ou une équipe une petite aventure contenue et déconnectée de leur série principale...

Lire...

Le Sceptre de Norinaga – Teenage Mutant Ninja Turtles III (1993)

Lost (and found) in the 5th Dimension

Épisode 9

LE SCEPTRE DE NORINAGA

Teenage Mutant Ninja Turtles III (1993)

Il semble inutile de revenir sur Les Tortues Ninja III. Le film est une honte qui est plus ou moins responsable de la fin de la Turltlemania ayant vu le jour dans les années 80, et quand bien même la franchise a continuée son bonhomme de chemin en alternant entre le bon et le mauvais, ce “dernier” opus cinéma est toujours considéré comme une vaste plaisanterie même de nos jours. Si vous ne l’avez jamais vu, estimez-vous heureux, sinon vous savez très bien ce qu’il en est.
Pourquoi alors parler de cette triste séquelle que personne n’aime ? Aucune idée et même en revisitant le film tant d’années après ma dernière vision, le verdict reste le même...

Lire...