Loup-garou tagged posts

Fear Itself (1.09) – Something With Bite (2009)

ROAD TO HALLOWEEN V

Fear Itself

Something With Bite

(2009)

Ce n’est pas vraiment un scoop que de dire que la série Fear Itself possède une très mauvaise réputation. Il faut dire que ça sentait le brûlé avant même sa création, puisque son existence repose sur l’annulation de Masters of Horror, elle fortement appréciée par les fans et pour cause: en plus de réunir les plus grands noms possibles au sein d’une même anthologie (Carpenter, Argento, Hooper, Landis, etc), elle leur donnait pratiquement carte blanche en terme de violence et de nudité...

Lire...

The Twilight Zone (1.15a) – Monsters ! (1986)

ROAD TO HALLOWEEN V

The Twilight Zone

Monsters !

(1986)

Midnight. Not 12 at the clock, but mid night. When twilight and dawn are evenly balanced. One no stronger than the other, each pulling against each other in the opposite directions so that the very fabric of the night is torn appart. Midnight. When the monsters come out.

Monsters ! est le meilleur film de Joe Dante qui n’a pas été réalisé par Joe Dante. Son ombre plane tellement sur ce court qu’il est difficile de croire qu’il n’a rien à voir avec cet épisode, et pourtant… En réalité on le doit au scénariste Rober Crais, qui n’a jamais rien fait de très remarquable si ce n’est écrire le livre à l’origine du sympathique Otage avec Bruce Willis...

Lire...

ʽNamwolf (2017)

ʽNamwolf

(2017)

War is Hell

ʽNamwolf est né d’un amusant quiproquo lors du HeroesCon 2014, durant une conversation entre le scénariste Fabian Rangel, Jr. et son ami, l’illustrateur Logan Faerber. Alors qu’ils entretiennent une discussion sur Predator et le cinéma d’action des années 80, ils dérivent sur les films de loups-garous et, quand le dessinateur évoque le génial Loup-Garou de Londres, l’autre comprend mal le titre: plutôt que An American Werewolf in London, il entend An American Werewolf in Vietnam. Tout le concept est là et le duo va s’amuser à en faire leur nouveau projet. Environ un an plus tard ils accouchent d’une petite copie ashcan (un prototype promotionnel) de huit pages qui présente personnages et intrigue. Le titre: ʽNamwolf, avec une apostr...

Lire...

Lycanthropazine – Gunnm (1991)

Lost (and found) in the 5th Dimension

Épisode 4

LYCANTHROPAZINE

Gunnm (1991)

“– Gally ? On dirait comme un nom de fleur…
– Moi j’aime bien… C’est un ami qui l’a trouvé.

Il m’apparait que je ne parle pas assez manga ou d’anime dans ce blog, et la raison n’est pas parce que j’esquive le sujet ou que je déteste, mais tout simplement parce que cela fait un bon moment que je n’ai pas vraiment eu l’occasion de le faire jusqu’ici. La faute aussi à ces séries composées de 30 volumes de plus de 200 pages chacune. Pour être franc, j’ai énormément lâché ces médias après la conclusion de Hellsing et je n’y reviens qu’occasionnellement.
Mais avec l’horrible bande-annonce de Battle Angel Alita, alias Gunnm de son vrai titre, je me sens obligé de toucher deux mots à propo...

Lire...

Resident Evil: The Official Comic Magazine #3 – Wolf Hunt (1998)

ROAD TO HALLOWEEN IV

Resident Evil: The Official Comic Magazine #3

Wolf Hunt

(1998)

Il est difficile d’expliquer l’ampleur du phénomène Resident Evil à l’époque. Avant les suites à rallonges, les spin-offs, les adaptations cinéma ridicules et les films d’animations. Avant la Franchise. Le jeu vidéo original avait déjà fait beaucoup parler de lui, réinventant le genre Survival Horror pour une nouvelle génération pas trop regardante sur le passé (Alone in the Dark ? Sweet Home ? Internet était inexistant, donc l’Histoire aussi pour beaucoup de jeunes). Mais c’est surtout Resident Evil 2 qui explosa à la face du monde, lui permettant de consolider sa réputation pour toujours. Son succès fut immense, engendrant plusieurs titres horrifiques chez la concurrence (The H...

Lire...

Hellblazer #292 – House of Wolves (2012)

ROAD TO HALLOWEEN IV

Hellblazer #292

House of Wolves

(2012)

Well, you know the french. Everything’s got to be about sex.

L’amateur éclairé d’Horreur et de Fantastique pourra faire un rapprochement entre John Constantine et Harry D’Amour, deux détectives de l’occulte british dont les aventures baignent dans une ambiance ouvertement horrifique. Deux anti-héros qui boivent, fument, baisent, sont tatoués et percés et qui luttent contre des abominations venu d’autres dimensions. Malgré quelques différences mineurs dans leur physique et leur comportement, il faut admettre qu’on les confondraient volontiers. Hasard ou non, ils partagent d’ailleurs la même date de naissance: 1985. D’Amour tient la vedette de la nouvelle The Last Illusion, publiée dans le sixième Livre ...

Lire...

Frankenstein: The Monster Returns (1991, NES)

Nintendo Entertainment System

Frankenstein: The Monster Returns

(1991)

Ça m’embêtais un peu d’avoir fait toute une introduction à propos du Monstre de Frankenstein vu par les japonais pour un simple jouet, aussi je me permets de vous y renvoyer afin de parler d’une autre incarnation improbable du personnage. Conçu là encore par le pays du soleil levant, ce nouveau Monstre mérite bien son nom puisqu’il est l’antagoniste d’un jeu vidéo horrifique qui remonte à l’époque de la simple Nintendo: Frankenstein: The Monster Returns.
Pas besoin d’en dire plus à propos de celui-ci puisqu’il ne s’agit aucunement d’un classique ou d’une perle oubliée, mais au contraire d’un titre plutôt médiocre est oubliable...

Lire...

Frank Frazetta’s Dracula Meets the Wolfman (2008)

Frank Frazetta’s

Dracula Meets the Wolfman

(2008)

Grandes figures de l’épouvante, Dracula et le Loup-Garou hantent depuis toujours le genre Fantastique avec succès. De House of Frankenstein en 1944 jusqu’à Van Helsing, soixante ans plus tard, ces deux icônes n’ont de cesse de se rencontrer et de s’affronter. Illustrateur emblématique de la Fantasy, Frank Frazetta leur a dédié une peinture en 1966 dénommée Dracula Meets the Wolfman et c’est celle-ci que l’éditeur Image Comics se décide d’adapter dans ce one-shot du même nom.

Suite au succès de Death Dealer, une mini-série inspirée d’une autre œuvre de l’artiste, la firme a en effet décidé de lancer une série de titres inspirés de son travail...

Lire...

Carnage: It’s a Wonderful Life (1996)

Carnage: It’s a Wonderful Life

(1996)

Second one-shot dédié à Carnage après l’excellent Mind Bomb de Warren Ellis, ce It’s a Wonderful Life en constitue un très bon supplément puisqu’il en reprend les thèmes pour les pousser encore plus loin. A la manière du film The Cell, le Dr. Kafka va cette fois s’introduire au sens propre dans le mental détraqué de son patient et se laisser contaminée par sa folie. Quant au graphisme organique de Kyle Hotz, qui faisait des merveilles dans l’opus précédent, il ajoute une touche de continuité bienvenue à l’ensemble.

L’intrigue se déroule plusieurs mois après Mind Bomb et entre temps se sont déroulés les événements de Web of Carnage, dans les pages de Spider-Man, durant lesquels le symbiote a tenté une évasion en utilisa...

Lire...

Mercy Thompson, T.4 – Bone Crossed (2009)

Vite lu à ma grande surprise, moi qui pensais stagner un peu à cause des répétitions et des défauts habituels de l’auteur. Ceux-ci se font très pesant arrivé au 4ème volume mais bien heureusement l’intrigue change suffisamment du train-train habituel pour se suivre. Pour une fois il ne s’agit pas d’une énième enquête répétitive sur un clan surnaturel, mais d’une continuité de l’histoire générale, qui du coup fait définitivement évoluer les personnages.
On en apprend un peu plus sur Mercy et ses capacités spéciales, tous les protagonistes secondaires sont présents ou évoqués et quelques éléments des livres précédents sont ramenés ici pour lier le tout...

Lire...