Boogeyman tagged posts

The Dead Pit (1989) AKA. Re-Animator Hospital

The Dead Pit

(1989)

“I’ve done Life. Now I’m doing Death.

Brett Leonard est un réalisateur à la carrière intéressante car tout en dents de scie, mêlant le bon avec le pire. Question grosses productions, il triomphe avec Programmé Pour Tuer et son Russell Crowe holographique et meurtrier, mais se plante royalement avec Le Cobaye, thriller virtuel efficace mais détesté par Stephen King et ses suiveurs pour n’avoir aucun rapport avec la nouvelle originale. Dans le petit budget son Souvenirs de l’Au-Delà avec Jeff Goldblum est plutôt bien reçu tandis que Man-Thing demeure dans l’obscurité même à l’époque où les adaptations Marvel sont à la mode. Enfin il a réalisé Highlander: The Source, probablement l’une des plus grandes catastrophes de l’Histoire du cinéma...

Lire...

Inner Sanctum 2 (1994)

Inner Sanctum 2

(1994)

Inner Sanctum n’avait pas besoin d’une suite et il est même difficile de croire que le film a rencontré la moindre popularité, que ce soit en vidéo club ou sur le câble. Et pourtant trois ans plus tard Fred Olen Ray revient avec ce nouvel opus qu’il scénariste lui-même sous pseudonyme et avec l’aide d’un Steve Armogida, futur réalisateur de Bikini Drive-In et Masseuse. Étrangement le duo livre une histoire extrêmement fidèle à l’original au point de faire des rappels à nombreux détails insignifiants, comme pour s’assurer de ne pas perturber les fans hardcore du premier volet. Margaux Hemingway reprend son rôle mais Tanya Roberts disparait, et avec elle toute prétention qu’il s’agit là d’un thriller érotique...

Lire...

Candy Corn (2019)

ROAD TO HALLOWEEN VI

Candy Corn

(2019)

N’y allons pas par quatre chemins: Josh Hasty, le réalisateur de ce Candy Corn, est un hipster. Avec sa grosse barbe huilée et taillée, ses cheveux laqués et ses grosses lunettes, il est de ces jeunes hommes qui pensent exprimer leur personnalité avec leur look sans comprendre qu’ils obéissent à la même mode et se ressemblent tous: interchangeables et semblant sortir d’une pub pour parfum ou vêtements chics. Et l’air de rien ceci explique beaucoup de choses sur son film...

Lire...

Lumberjack Man (2015)

ROAD TO HALLOWEEN VI

Lumberjack Man

(2015)

You’ll all end up in the asses of an ocelot !

Film d’horreur indépendant présenté en son temps dans au festival annuel 8 Films to Die For organisé par After Dark Films, Lumberjack Man semble a priori être l’habituel slasher mettant en scène un boogeyman surnaturel à la Freddy ou Jason. Un énième avatar du genre qui marche sur les traces de Hatchet pour son aspect grand guignolesque et l’exagération à l’extrême des scènes sanglantes. C’est en grande partie vrai, mais attention, car comme le titre l’indique un peu (l’homme-bûcheron, ce qui ne fait pas très sérieux) il s’agit en fait d’une parodie. Pas une caricature façon Scary Movie où tout est résolument absurde mais une comédie impossible à prendre au sérieux en...

Lire...

Pledge Night (1990)

ROAD TO HALLOWEEN VI

Pledge Night

(1990)

Si l’on se souvient principalement de la Shapiro-Glickenhaus Entertainement comme étant la boite responsable de l’Exterminator avec Robert Ginty, celle-ci n’a pas pondu que des films d’action et possède quelques titres horrifiques dans son catalogue: C.H.U.D., Maniac Cop, Frankenhooker, les suites de Basket CasePledge Night n’est pas le plus connu du lot, slasher tardif développé à la fin des années 80 alors que le genre s’essouffle et qui ne fut pas distribué avant le tout début de la décade suivante...

Lire...

Jason Goes to Hell: The Final Friday – Official Movie Adaptation (1993)

Official Movie Adaptation

Jason Goes to Hell: The Final Friday

(1993)

Dire que Jason va en Enfer est l’opus le plus controversé de sa saga est un euphémisme. Si Jason Takes Manhattan est souvent perçu comme le plus mauvais film de la franchise en raison de sa lenteur de progression, de sa faible violence et de son titre quasiment mensonger, il demeure accepté en tant que tel malgré tout. L’œuvre d’Adam Marcus, en revanche, est presque universellement conspuée pour ses choix scénaristiques qui relègue le tueur au masque de hockey à l’arrière-plan et modifie sa mythologie de telle manière que l’intrigue se connecte très difficilement avec le reste de la série. Même de nos jours, après de multiples séquelles et la disponibilité d’une version uncut restaurant un grand...

Lire...

Funny Man (1994)

Funny Man

(1994)

Ce que je raconte là, c’est complètement con…
Mais j’ai quand même la larme à l’œil.

Les origines de Funny Man, un film qui semble a priori être une sorte de Leprechaun british avec un bouffon monstrueux, sont plutôt nébuleuses. Tout commence lorsqu’un trio (Simon Sprackling qui veut être réalisateur, Nigel Odell, qui veut être producteur, et Neill Gorton, artisan des effets spéciaux ayant déjà bossé les monster movies Le Repaire du Ver Blanc, The Unholy et Revenge of Billy the Kid) décide de faire un petit film pour se faire connaitre. Le projet est un court métrage baptisé Family Meal, initialement à propos d’une jeune fille au pair qui n’est pas ce qu’elle semble être, mais le résultat évolue et devient un Hand of Fate pratiquement ...

Lire...

The Dragon Unleashed (2019)

The Dragon Unleashed

(2019)

Rene Perez est un habitué du cinéma de série B tendance Z, étant entre autre réalisateur de la trilogie zombiesque The Dead and the Damned, la trilogie slasheresque Playing With Dolls et tout récemment de Death Kiss, un faux Death Wish 6 avec un vrai sosie de Charles Bronson. Un film de vigilante qu’il a conçu dans un esprit rétro pour “rendre hommage” aux œuvres des années 70/80, surfant en réalité sur une monde très rentable qui ne semble jamais s’épuiser. Avec The Dragon Unleashed (anciennement Bring the Pain) il poursuit sur le même thème avec un supposé film de ninjas dans la lignée de ceux de la Cannon et équivalent, lequel n’a en vérité rien à voir – mais alors pas du tout – avec le sujet...

Lire...

Mr. Hell (2006)

Mr. Hell

(2006)

 

“You are fucking with the wrong fuckers !

Voilà une curiosité que ce Mr. Hell, un slasher qui date de 2006 mais aurait aussi bien pu sortir dix ans plus tôt. Car le concept même du film de Boogeyman est un sous-genre qui fonctionne beaucoup moins qu’auparavant malgré quelques avatars modernes, et tout ce qui est présenté dans celui-ci évoque une autre décade. Celle des Jack Frost, Uncle Sam, Sleepstalker et autre Psycho Cop Returns, ces rejetons mal branlés de Freddy et Jason qui donnaient dans la surenchère et l’humour volontaire pour se faire remarquer, et ce malgré un budget ridicule...

Lire...

Hack/Slash vs. Chaos!

En 2002, Chaos! Comics succombe comme tant d’autres aux conséquences du boom de la bande-dessinée américaine. Problèmes financiers et “erreurs stratégiques” lui force à mettre la clé sous la porte et son président, Brian Pulido, va partir se réfugier chez Avatar Press, studio qui partage son style “extrême” et horrifique tout en étant plus permissif encore sur le le sexe et le gore. S’il parvient à emporter avec lui l’un de ses bébés, Lady Death, il doit abandonner les autres: le monstrueux Evil Ernie, la vampire sexy Chastity et cette salope de Purgatori sont alors rachetés par une compagnie nommée Tales of Wonder, alors en partenariat avec la très jeune boite Devil’s Due Publishing...

Lire...