18 ans – I’m Eighteen and I Like It !

 

Eighteen – I just don’t know what to say
– Alice Cooper

 

Une nouvelle année, un nouvel anniversaire. A l’origine je ne voulais pas en écrire des lignes et des lignes, mais il faut reconnaitre que 18 ans c’est quand même quelque chose et je me sens un peu obligé de dire quelques mots. Le soucis c’est qu’il n’y a absolument rien qui me vient, et d’ailleurs ceci est le premier article que je publie sur le site depuis… le 3 Décembre. Ouch. Ce n’est pas le début de la fin pour autant puisque je suis coutumier du fait depuis toujours, écrivant au rythme de périodes fastes et de traversées du désert en fonction de l’état de ma vie privée et professionnelle, et de mon moral fluctuant. D’ailleurs les rares abonnés qui jettent un œil par ici de temps à autres remarqueront que je rattrape progressivement mon retard avec une série de chroniques datant de Septembre dernier, que je n’avais pas eu le temps de mettre à jour avant la période d’Halloween.

Mais peu importe. Au moins auront nous survécu à la propagation du C-Virus et au confinement, et alors qui se soucie de la régularité des updates d’un obscure site Internet ? Profitons en pour rappeler que la situation actuelle reste épineuse avec toujours des risques de contamination, alors s’il vous plait faites attention à vous, prenez des précautions, et quoiqu’il arrive soyez sympa: ne piquez pas tout le PQ. D’autant qu’il y aura de bonnes petites choses par ici à l’avenir, si jamais vous survivez: Black Lagoon Fanzine #4 verra le jour, même s’il faut que je pense à rendre mon article dans les jours à venir (ce qui n’est pas franchement gagné). Le talentueux Mighty Matt Nedey a renoué avec moi pour un dossier Craignos Wrestling chez Cathodic Overdose qui sera, je le pense, vraiment très sympa. Enfin il y a les textes que j’ai commencé à écrire depuis ces quinze derniers jours, histoire de justifier la facture annuelle de mon hébergement web.

Un programme qui devrait faire plaisir aux amateurs de vraies série B, avec des trucs comme Dolly, Re-Animator Hospital ou encore les Shootfighter avec Bolo Yeung. Il y aura aussi du fanfilm suédois des années 80, du thriller érotique et même du sitcom, genre idiot par excellence que j’ai beaucoup de mal à supporter mais qui peut offrir quelques pépites comme un Anthony Perkins façon Famille Addams ou une jeune Megan Fox en bikini. “ENDLESS TRASH !” dirait Mike Stoklasa, et il aurait bien raison, mais je me suis résigné. Que je le veuille ou non, je suis devenu une sorte d’archéologue de la bizarrerie culturelle, un job que je tiens avec régularité depuis maintenant dix-huit ans. Cela signifie que j’ai passé exactement la moitié de mon existence à explorer l’univers psychotronic, pour reprendre le terme de Michael J. Weldon. Si ça ne mérite pas une fête d’anniversaire, ça…

Enfin voilà. J’aimerai vous remercier de me suivre depuis une fraction de tout ce temps et vous donner rendez-vous dans un avenir proche avec ce qui va suivre, mais je ne me fais plus d’illusion sur le suivi de mon travail. Ce que je comprends parfaitement à la relecture de certains écrits. Et ça me convient très bien lorsque je vois les débats enflammé qu’une simple critique peut entrainer, où seul l’avis personnel semble compter. Perdu dans la 5ème Dimension restera donc une zone d’exploration avec tout ce que cela implique comme longueur de texte, et tant pis pour ceux qui ne peuvent pas ou ne veulent pas lire. Ce qui veut dire que rien ne va changer pour ces prochaines années – en supposant que le site existe toujours d’ici là, hormis peut-être un projet de textes secrets à débloquer façon jeu vidéo, sur lequel je planche pour passer le temps lors de mes fréquentes crises de flemmingite.

J’abrège parce que j’ai des bougies à souffler et quelques Schoko-bons à grignoter. Sincèrement merci à ceux qui ont trainé dans les parages de près ou de loin, à ceux qui ont participé d’une quelconque façon et ça même si la Vie nous a fait des coups de pute en nous poussant à nous séparer en plus ou moins bons termes, et à ceux qui daignent encore me proposer quelques projets malgré mon absence de popularité. Sans vous cet endroit existerait sans doute quand même (autant ne pas vous mentir), mais il serait beaucoup moins beau et je ne peux que vous en être reconnaissant.

 

2 comments to 18 ans – I’m Eighteen and I Like It !

  • Roggy  says:

    Salut l’ami. Joyeux anniversaire à ton site toujours particulièrement bien achalandé en B-Movies ou en retour de lecture de fanzines. C’est une véritable alternative dans le monde d’un cinéma qu’on pourrait qualifier d'”autre” mais fort sympathique nous en sommes convaincus. Alors, continue comme ça pour 18 ans de plus !

    • Adrien Vaillant  says:

      Grand, grand, GRAND merci pour ce petit message, Roggy !

Leave a reply

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>