Monthly Archives février 2018

Le Démon et l’Ourson – Look Who’s Talking Too (1990)

Lost (and found) in the 5th Dimension

Épisode 16

LE DEMON ET L’OURSON

Look Who’s Talking Too (1990)

Il y a des films auxquels il semble impossible d’échapper à certains moments, et puis avec les années ils disparaissent de toutes les mémoires comme s’ils n’avaient jamais existé. Par exemple, vous souvenez-vous du film Allô Maman, Ici Bébé, avec John Travolta ? Moi non plus, si ce n’est pour quelques images. Je me rappel d’une intro où les spermatozoïdes commentent leur course à l’ovule et du principe qui était d’entendre le bébé parler comme un adulte, commentant la vie de couple de sa mère et de son nouveau petit ami et des situations entre adultes et tout petits...

Lire...

B-Movie Posters, Volume 1 (2017)

Damien Granger

B-Movie Posters, Volume 1

(2017)

Il me semble inutile de revenir sur les origines de cet ouvrage, pour la simple et bonne raison que la plupart des lecteurs les ont vécues à travers les réseau sociaux en ayant son auteur, Damien Granger, dans leur contact. Qui plus est la naissance de B-Movie Posters est retracée dans l’introduction du livre, aussi cela ne sert à rien de synthétiser un texte qui fait déjà très bien le boulot.
Mais pour la forme rappelons que le projet a connu différentes étapes avant d’obtenir sa version définitive. En soit on peut dire que la page Facebook du journaliste en est un prototype, puisqu’il y balançait déjà d’extraordinaires flyers et pré-affiches, accompagnés de quelques informations et anecdotes...

Lire...

Frank Castle: The Punisher #71-74 – Welcome to the Bayou (2009)

 

Frank Castle: The Punisher #71-74

Welcome to the Bayou

(2009)

Lorsque Garth Ennis présente la version définitive du Punisher en 2004, la revue s’intitule simplement The Punisher et se trouve encore liée à l’univers officiel Marvel (dit 616). Bien vite il apparait que ce nouveau Frank Castle ne peut plus vraiment co-exister avec les super-héros, et le personnage est déporté vers un label secondaire du nom de MAX. Une sorte d’équivalent de Vertigo chez DC Comics, qui permet aux auteurs de pondre des histoires plus sombres que d’ordinaire ou portant sur des thèmes plus sensibles. Et graphiquement plus osées puisque s’adressant à un public “mature”. Cette version remaniée se présente comme un véritable monstre s’attaquant à des criminels résolument humains...

Lire...

The Beach Ball Alien – Dark Star (1974)

Lost (and found) in the 5th Dimension

Épisode 15

 

THE BEACH BALL ALIEN

Dark Star (1974)

Il n’en a pas l’air avec sa tronche de ballon de plage (non réellement, c’est un ballon de plage – à peine maquillé), mais ce petit monstre est basiquement l’ancêtre du célèbre Xénomorphe de Ridley Scott. Alors attention, il n’est pas tellement brouillon de la créature elle-même, telle qu’elle fut désignée par H.R. Giger, mais plutôt un prototype de Alien – le film, le concept de l’extraterrestre ramené à bord d’un vaisseau spatial et qui cause bien des problèmes. Tout le monde connait la petite histoire: Dark Star fut le film d’étudiants de John Carpenter et Dan O’Bannon, et lorsque le duo se sépara pour divergences artistiques et poursuite de carrière, le second en recycla...

Lire...

Lobstora – Multiple Maniacs (1970)

Lost (and found) in the 5th Dimension

Épisode 14

LOBSTORA

Multiple Maniacs (1970)

I am a maniac.
I am Divine.

Eh, vous vous souvenez des Craignos Monsters ? Ils me manquent aussi. Et voilà pourquoi aujourd’hui j’ai décidé de vous parler de Lobstora, un improbable homard géant que l’on doit à l’esprit déjanté (et sous drogues, surtout) de John Waters. Et oui, le réalisateur de Pink Flamingos et de Hairspray a bien inventé un monstre pour l’un de ses films ! Un gros, en carton-pâte et animé par des fils grossiers qui se voient à l’écran, comme s’il provenait d’une quelconque œuvre oubliée de Ed Wood. Peut-être un mutant géant, héritier des films hollywoodien de l’Âge Atomique et, naturellement, des Daikaiju Eiga...

Lire...

Spider-Man 2099 #31 – Route 666 (1995)

 
Spider-Man 2099 #31

Route 666

(1995)

 
 
– Why’s this road so choppy ?!
– Because it’s paved with good intentions.
 
 
 
Route 666 avait fait son petit effet chez moi, alors que je n’avais que douze ou treize ans. A la revoyure, il n’y a aucune raison pour que cet épisode ne soit remarqué pour quelques raisons que ce soit. Il ne s’agit que d’un filler, une sorte de mini-conclusion à la storyline des numéros précédents (#28 à 30, que je n’avais pas lu) et un moyen d’apporter un peu de finalité aux évènements tragiques qui en découlent, pour mieux relancer le héros dans de nouvelles aventures après ça...
Lire...

The Rift (1989) AKA. Endless Descent

The Rift

(1989)

And here we have nothing but darkness… and goosebumps.

Voilà un film dont les origines sont au moins aussi obscures que les abysses sous-marines auxquelles il fait référence. Sorti à l’international en 1989 sous le titre de The Rift, il n’est exploité qu’un an plus tard aux USA sous le celui de Endless Descent, ce qui est peut-être lié à son producteur principal, Dino De Laurentiis, qui décida de financer la chose anonymement. Pas de bol pour lui, le nom de sa fille se trouve au générique et cela facilite les recherches. Cette série B aquatique surfe sur la même vague que Deep Star Six, Lords of the Deep, The Evil Below et surtout le très cool Leviathan, justement produit par le même homme – autant de petits poissons cherchant à profiter du suc...

Lire...

Dream Jason – Friday the 13th Part V (1985)

Lost (and found) in the 5th Dimension

Épisode 13

DREAM JASON

Friday the 13th Part V: A New Beginning (1985)

Tout récemment, le jeu vidéo / hommage Friday the 13th vient d’offrir un petit cadeau à ses joueurs en la présence d’un tout nouveau Jason exclusif ainsi qu’une map qui lui est relative. Je ne parle pas du Über Jason de Jason X (et qui sera disponible avec une environnement futuriste reprenant le vaisseau spatial du film), annoncé il y a quelque temps et que les fans n’en peuvent plus d’attendre, mais de Roy Burns. Le fameux copycat de Vendredi 13, Chapitre 5, remplaçant le tueur au masque de hockey alors tué dans l’opus précédent et pas encore officiellement un mort-vivant indestructible.
Voilà une surprise inattendu car totalement gratuite (à cette époque de ...

Lire...

Pin-Up – Nadine (Stan Helsing, 2009)

Lost (and found) in the 5th Dimension

Épisode 12

Pin-Up

NADINE

Diora Baird – Stan Helsing (2009)

Sorti en 2009 et heureusement disparu dans les limbes depuis, Stan Helsing est un très, très, très mauvais film qu’il convient de garder oublié. L’œuvre, réalisée par un pseudo producteur qui n’a jamais rien fait de concret de sa carrière, est un de ces films “parodiques” post-Scary Movie qui auront pourris les années 2000: Meet the Spartans, Epic Movie, Vampires Suck, etc. Des comédies qui se veulent drôle mais ne le sont jamais car s’adressant avant tout à des spectateurs cons comme leurs pieds, qui ricanent aussitôt qu’il y a un pet ou un rot quelque part (l’audience décrite dans Idiocraty !) et sont incapable de comprendre ce qui fait la différence entre vrai...

Lire...