Monthly Archives août 2005

Sept Jours Pour une Éternité… (2003)

Marc Lévy

Sept Jours Pour une Éternité…

(2003)

Signant son troisième roman, Marc Levy poursuit sur le thème de la romance et des sentiments humains, y incluant cette fois un surnaturel relatif à la religion Chrétienne. Bien et Mal se côtoient au cœur d’une histoire d’amour que certains trouveront mièvre, d’autres touchante, avec une dose d’humour qui provoque un certain détachement quant aux rapports avec la religion et permet de ne pas être indigeste pour le lecteur n’étant pas trop portée sur la théologie…

L’histoire narre le pari stupide que fait “Monsieur” (Dieu) avec le Diable: l’un comme l’autre souhaitent démontrer leur supériorité et se donnent une semaine (soit le temps qu’il aura fallu à Dieu pour créer la Terre) pour se le prouver...

Lire...

The Lust Lizard of Melancholy Cove (1999)

Christopher Moore

Le Lézard Lubrique de Melancholy Cove

The Lust Lizard of Melancholy Cove

(1999)

Christopher Moore est un habitué des romans timbrés aux titres bizarres. Et Le Lézard Lubrique de Melancholy Cove ne fait pas exception: un bouquin complètement fou et hilarant, qu’on dévore du début à la fin en regrettant presque que ça ne soit pas un peu plus long ! L’histoire se déroule à Pine Cove (rebaptisée Melancholy Cove, d’après le titre du livre, pour la version française), petite ville de Californie où se déroulait l’histoire de Practical Demonkeeping, son premier livre dont il ramène ici quelques personnages. L’intrigue a lieu après la saison des vacances, les habitants de Pine Cove retrouvant un rythme de vie plus calme...

Lire...

Dead Heat (1988)

Dead Heat

(1988)

Welcome to Zombieland !

Pur produit des années 80 où le sous-genre du film de morts-vivants était à son apogée (Romero réalisant en 1985 son “dernier” volet de sa trilogie, Le Jour des Morts-Vivants) et déclinait en tombant dans la parodie forcée, Dead Heat à la particularité de mélanger le buddy movie plutôt commun aux films d’action de l’époque ainsi que la comédie horrifique tendance Le Retour des Morts-Vivants… Loin d’être indigeste, le résultat donne plutôt dans le spectacle fun et décomplexé.

L’histoire présente l’enquête que mènent les inspecteurs Roger Mortis et Doug Bigelow. Une série de braquages sont commis par des gangsters pratiquement invincibles...

Lire...

Ambreworld

Grande illustration commémorative du forum Ambreworld, avec tous les personnages joueurs actifs d’alors, effectuée par Renan pour l’anniversaire du jeu de rôles. Il l’a ensuite transformée en wallpaper pour les différents membres en guise de cadeau. Naturellement on peut y apercevoir Natasha, arme en main et vêtue d”un T-shirt “Punisher” qui lui va parfaitement, se tenant aux côtés de son frère Pern. Premutos, fidèle à lui-même, n’hésite pas à montrer le doigt à son rival d’alors, le géant Mordred.

Bref, une sacré surprise et un énorme cadeau que je m’empresse de repartager ici-même, cependant en une version sensiblement bidouillée pour que les couleurs originales de Natasha lui reviennent. En espérant que l’artiste ne m’en tienne pas rigueur…

Lire...

Le Manteau de Premutos

 

Pour mon anniversaire, Renan m’a gratifié de ce dessin. Une illustration qui représente un petit délire autour de mon personnage du jeu de rôle d’Ambre, Premutos, et des origines de son superbe manteau rouge. Celui-ci a tout simplement été taillé dans la cape de Spawn !

La réaction du rejeton de l’Enfer est sans appel…

Lire...

The Brood (1979)

The Brood

(1979)

Tout juste après avoir mis en place son univers avec ses deux véritables premiers films, Frissons et Rage, David Cronenberg termine les années 70 en réalisant deux films. Le premier est Fast Company, basique film de course automobile plutôt éloigné de l’esprit de ses films précédents, puis ce The Brood (oublions le titre français Chromosome 3, tout bonnement nonsensique quoiqu’en bonne concurrence avec celui, canadien, de La Clinique de la Terreur), un film dans la continuité de son œuvre et marquant une étape fondamentale dans l’évolution de celle-ci.

On note tout d’abord la volonté d’assumer pleinement l’œuvre à la vue du titre, précédant celui-ci par le nom du réalisateur (David Cronenberg’s The Brood), un peu à la manière ...

Lire...