Category Goodies

Ghostbusters Marshmallows

Entre la Toussaint, Noël et le Nouvelle An, toutes les excuses sont bonnes pour se gaver de petites douceurs. Les bonbons, gâteaux et sucreries en tout genre deviennent absolument inévitables et ainsi, même moi qui ne bouffe jamais rien, je me retrouve à tomber sur quelques bêtises tentantes. Alors on va pas se mentir, cet article n’a rien d’intéressant ou de construit, c’est juste que j’ai encore trouvé un truc rigolo en faisant mes courses et que je ne peux pas m’empêcher de venir en parler ici. La dernière fois c’était à propos d’une étrange plante d’Halloween (elle grandit bien, merci pour elle), et il ne s’agit là que de simples friandises servant à faire la promotion d’un film horrible, nocif et déjà bien loin des yeux innocents – fort heureusement. Mais c’est 2...

Lire...

Fleurs d’Halloween

ROAD TO HALLOWEEN III

Touch of Wax – Halloween

Halowaxy Amaryllis

A l’origine je voulais juste faire un petit billet idiot pour Halloween, l’air de dire “tenez, regardez ce que j’ai trouvé au supermarché aujourd’hui !”. L’idée était de parler d’un truc différent pour changer, et peut-être d’inaugurer une nouvelle rubrique. Et puis j’ai été curieux. N’y connaissant strictement rien en plante, et n’ayant plus d’ingénieur paysagiste sous la main pour que l’on m’explique comment les choses fonctionnent, j’ai fait quelques recherches qui m’ont pratiquement déprimées.

Mais commençons par le sujet de l’article, ces Fleurs d’Halloween qui font un si joli titre...

Lire...

Collection Bimbo Star: Slave Girls

La trouvaille du jour, elle marque surtout mon ignorance à propos des éditeurs DVD français et des perles qu’ils ont pu sortir en toute discrétion. Ainsi c’est par pur hasard que mon chemin a croisé celui de ce Slave Girls: Les Captives de l’Espace, en fait la version hexagonale du fameux Slave Girls From Beyond Infinity, avec Brinke Stevens et Elizabeth Kaitan. Une relecture des chasses du Comte Zaroff version spatiale et Série B, avec ce qu’il faut de monstres mutants, de robots tueurs, de décors en carton-pâte et de donzelles en bikini.
C’est d’abord très content que j’ai récupéré la chose, pensant naïvement que cette sortie était plus ou moins récente et qu’elle marquait le début d’une “nouvelle” collection à surveiller...

Lire...

Pumpkinhead: The Metamorphosis – Prélude

   

Pumpkinhead: The Metamorphosis. La Bête est mienne. Après tellement d’années à la désirer, je viens juste d’ouvrir le paquet avec toute la prudence dont je pouvais faire preuve. Chaque pièce semble là, prête à être assemblée et peinte pour donner forme a cet imposant et merveilleux démon ailé.
Pumpkinhead est le monstre d’un merveilleux film homonyme, sorte de conte de fée moderne où un homme invoque un démon pour venger la mort de son enfant. Mais dans sa colère, il oublie qu’il s’agissait d’un accident et qu’il devient lui-même responsable de la mort d’une bande de gamins...

Lire...

Massacre à la Tronçonneuse, la sérieusement ultime édition

Massacre à la Tronçonneuse, film légendaire, possède un grand nombre d’éditions DVD. Évidemment chaque réédition amène son lot de bonus supplémentaire et de pseudo remasterisation de la qualité de l’image (ce qui n’est franchement pas nécessaire vu l’aspect granuleux voulu du film) avec a chaque fois des titres tels que “special edition”, “collector edition” et bien entendu la classique “ultimate edition” qui sous-entend que ça ne sera pas la peine de choisir un autre DVD que celui-ci puisqu’il y a tout dedans.

Sauf que voilà nos amis anglais, qui par chez eux on déjà édité le film en ultimate edition, ressortent encore une fois un DVD de Massacre en version… ultimate ! Alors comment faire la différence entre deux ultimate editions, et quel intérêt de re-ressor...

Lire...

La dernière carte vidéoclub !

Le vidéoclub est une espèce en voie d’extinction, ce n’est un secret pour personne et à vrai dire on peut déjà dire qu’il n’en existe plus vraiment. Plus comme autrefois j’entends, avec les VHS, les affiches de sorties récentes, les autocollants et constructions promotionnelles en carton, et des locaux d’une taille conséquente. De nos jours le vidéoclub se limite à une pièce de petite taille, n’affichant plus que des DVDs sur des présentoirs de tailles modestes et accuse d’une sélection beaucoup moins intéressantes.
C’est totalement le cas d’Atout Vidéo, que je fréquentais durant mon enfance juste avant le Boom du nouveau support, et qui a troqué son espace gigantesque contre un préfabriqué grand comme mon salon...

Lire...

Nostalgie…

Aaaah nostalgie…

Hier en passant au cash, je suis tombé sur une vieille VHS qui a éveillé des souvenirs cinéphiles d’il y a des années… Il s’agissait d’une cassette du cultissime Evil Dead de Sam Raimi. Et quel ne fut pas ma stupéfaction quand je me suis rendu compte qu’il s’agissait de la VHS que j’avais moi-même loué dans mon enfance (par deux fois d’ailleurs) ! Oui, cette vieille cassette qui figurait sur les étagères d’un vidéo-club désormais disparu (mon premier, et le meilleur), celle-là même sur laquelle mon imagination fertile de petit garçon ignorant travaillait dure, cette cassette qui me donna sûrement des sueurs froides rien que par son absence de résumé, ses étranges photos et ce Bruce Campbell couvert de sang brandissant sa tronçonneuse.
Complètement bo...

Lire...